Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Cerisaie
Théâtre du Soleil  (Paris)  janvier 2016

Comédie dramatique de Anton Tchekhov, mise en scène de Christian Benedetti, avec Antoine Amblard, Brigitte Barilley, Christian Benedetti, Nicolas Buchoux, Christophe Carotenuto, Philippe Crubézy, Jean-Pierre Moulin, Lise Quet, Alix Riemer, Hélène Stadnicki et Hélène Vivies.

Dans le cadre de son ambitiueux projet d'"Intégrale Tchekhov", et après "La Mouette", "Oncle Vania" et "Trois soeurs", Christian Benedetti présente "La Cerisaie", métaphore de la fin d'un monde, celui du bipartisme social de la Russie tsariste qui ne connaissait que maîtres, les riches propriétaires fonciers, et le bas peuple, les paysans asservis, cédant sous les coups de boutoir des moujiks affairistes et les intellectuels révolutionnaires.

Sa proposition répond au parti-pris dramaturgique qui préside à ladite intégrale, celui d'un dogme anti-stanislavski scandé par trois axiomes - pas de psychologie, pas de pathos et pas de personnages - et deux modalités que sont le jeu antinaturel, avec un texte dépourvu d'inflexion débité au kilomètre, et l'insertion de brèves "pauses" caractérisée par la mutité et l'immobilité des comédiens qui correspond à l'arrêt sur image cinématographique.

Pour, précise-t-il, "résister à la lourdeur réaliste, à la lenteur et au sentimentalisme" et focaliser le spectateur sur une unique réflexion, celle qui, selon lui, se dégage de l'oeuvre tcheckhovienne, celle du temps présent qu'il résume en un questionnement sur "le contemporain".

C'est un choix auquel le spectateur doit adhérer autant qu'il doit être convaincu par cette version de "La Cerisaie", analysée comme constituant simultanément un vaudeville et une partition de musique abstraite.

Dispensée en tenue de ville dans une scénographie dépouillée, quelques éléments et meubles en bois, et la mise en scène vibrionnante de Christian Benedetti, la pièce résiste au traitement notamment parce que son élagage, résultant d'une libre adaptation du texte original dans sa traduction par André Markowicz et Françoise Morvan, non seulement impacte sur sa compréhension mais anesthésie les fonctions du théâtre telles l'identification, l'empathie ou la catharsis.

Par ailleurs, si certains comédiens trouvent le juste ton benedetticien, comme Brigitte Barilley, Lioubov la propriétaire ruinée de la Cerisaie, et Alix Riemer, la fille, d'autres versent dans le numéro d'acteur (Philippe Crubézy dans le rôle du frère) ou le jeu d'humeur (Hélène Vivies campant la gouvernante toujours larmoyante que ce soit de joie ou de chagrin).

Entre la valse des valises la cacophonie des retrouvailles, la jovialité forcée de la dernière fête et les borborygmes du vieux et déjà fantomatique domestique (Jean-Pierre Moulin) et le couperet de l'épilogue sonore, le massacre à la tronçonneuse des arbres emblématiques, n'émergent, fort étrangement, que quelques instantanés.

Tel, par exemple, celui où Lopakhine, le fils de moujik devenu riche interprété par Christian Benedetti, qui vient d'acquérir la Cerisaie tend en vain la main, offrant son coeur et la propriété, à Lioubov qui, conscience de classe oblige, ne s'abaissera jamais au "vulgaire".

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=