Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Magoarou
Poésie Rock  (Autoproduit)  janvier 2016

Et mes trois premiers qualificatifs sont : insomniaque, voyageur et charnel.

Des mots parfois crus qui balayent les figures de style et les angles arrondis d’un coup de corde bien placé entre le pouce et l’index, Magoarou a la voix sensuelle d’un loup-garou en chasse.

Qui sait ce qu’il fera de vos fesses une fois qu’elles seront entre ses pattes de velours ? "Ils peuvent crever la gueule ouverte ces chiens qui hurlaient avec les loups" ("Une rose au bout des dents"). "Tes illusions te collent dans la merde jusqu’au cou" ("Cap ou pas Cap").

Une musique doucement rock, comme une guitare retenue de la famille folk, sans les banjos. Des rythmes électroniques alanguis qui ondulent, à l’image d’un serpent hypnotique chatouillant les flots de passagers immobiles déversés par un escalator d’aéroport. Immobiles et en mouvement.

Sa dernière conquête, la femme de sa vie ou son meilleur épisode est décrit dans "L’amour debout" (âmes prétendues sensibles, je vous prie de couvrir la lecture de ce paragraphe d’un chaste voile) : "Avec un mouvement de danse, tu remues sur mon sexe ferme jusqu’à ce que l’ultime transe ne lâche en toi un flot de sperme". Et si de nos jours, cette poésie semble trop impudique, replongez donc dans les croustillances de la correspondance Sand-Apollinaire. Magoarou sublime l’amour physique en musique, comme peu d’auteurs savent le faire sans plonger dans la vulgarité. Pas évident, mais réussi.

Le chanteur donne parfois l’impression de chuchoter à haute voix. Il serait cet Edmond Dantès à la voix fatiguée qui souffre de ne pas être entendu du fond de son sombre cachot. Parce qu’on a envie de l’écouter, cet artiste qui a quelque chose à nous raconter, sans crier et sans s’énerver. Magoarou ne hausse jamais le ton, il retient son timbre comme pour nous forcer à tendre l’oreille, ou pour rester l’instrument souffle vocal qui accompagne les cordes chuintées, les cordes pincées, les caisses frappées de bienveillance. Parce qu’il s’agit bien là d’une invitation au rêve et au voyage.

Sensible et militant, il s’accompagne de cœurs d’angelos pour "Regarde les étoiles" : "La terre est en colère, comme on se fout des raisons, la tête en l’air allons, rêvons encore un peu", un titre émouvant sonnant les cloches de la fin du monde, en ajoutant cette indispensable note d’espoir qui fait lever les yeux des poètes et des douces âmes vers l’horizon.

Sans brasser inutilement l’air autour de lui, Magoarou chante ses amours et ses ennuis, les poussant en orbite vers nos amours et nos emmerdes, nos coups de cœurs et nos désespoirs, deux ambivalences peu distinguables mais nourrissant l’une et l’autre du même feu éternel et impitoyable.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Magoarou


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=