Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dakh Daughters - Freak Cabaret
Le Trianon  (Paris)  février 2016

Concert-spectacle des Dakh Daughters mis en scène par Vlad Troitskyi, interprété par Nina Harenetska, Ruslana Khazipova, Tanya Havrylyuk, Solomia Melnyk, Anna Nikitina et Zo.

Le groupe ukrainien Dakh Daughters, qui tourne à l'international avec succès depuis 2013, n'est pas né spontanément de l’effervescence artistique scène contemporaine ukrainienne.

En effet, il constitue un side-project musical du Théâtre Dakh, lui-même intervenant dans le cadre du Centre of Contemporary Arts de Kiev fondé et dirigé par le comédien, pédagogue et metteur en scène Vlad Troitskyi connu en France par trois opus récemment présentés -"Vii - Le Roi Terre", "Le Roi Lear - Prologue" et "La Maison des Chiens" et "La Maison des Chiens" - qui est également le fondateur du festival multidisciplinaire GogolFest destiné à la promotion de l'Ukraine.

Profondément ancré dans la culture ukrainienne traditionnelle, son travail artistique témoigne de l'âme archaïque de l'Ukraine, appréhendée comme un pays-monde qui navigue, indique-t-il, "entre mythes païens des Carpates et évangiles apocryphes russo-ukrainiens", comme il revisite son histoire contemporaine à fin d'affirmation d'une culture nationale, bâillonnée pendant la période soviétique, qui s'ouvre sur le monde.

Au plan musical, cela se concrétise par la création d'une nouvelle musique ukrainienne qui va au-delà du procédé de la world fusion en phagocytant des rythmes extra-nationaux.

Ainsi, comme Dakha Brakha, dont le répertoire en sus composé de chants rituels préchristianiques, importe l'électro et le dubstep, les Dakh Daughters, constitué sur le mode d'un girl-band déclinaison riot grrl, introduisent, entre autres, punk-rock, rap et ska, qu'elles pratiquent dans des projets musicaux personnels, appliqués à des textes, chansons ou poèmes, d'auteurs essentiellement ukrainiens ce qui aboutit à un cocktail explosif et dissonant en sus dispensé en plusieurs langues.

Composé de comédiennes, chanteuses et musiciennes multi-instrumentistes qui furent élèves de Vlad Troitskyi avant d'intégrer la troupe du Théâtre Dakh, ce sextet féminin pratique donc un syncrétisme musical survitaminé qui contribue à une identité culturelle affirmée et revendiquée, dont elle se font l'étendard en brandissant le drapeau national bleu et jaune lors du final d'un spectacle qui s'ouvre avec le morceau au titre explicite "Rozy/Donbass", et musicale unique totalement addictive.

Par ailleurs, s'ajoute une identité visuelle forte qui, elle aussi, résulte du mélange des genres. Maquillées façon poupée de porcelaine au teint blanc et avec des pastilles roses sur les joues à la Colombine mais combinées avec des yeux charbonneux et les longs faux cils qui évoquent le cabaret burlesque des années 1930, elles se jouent des clichés de la la féminité sexy en arborant jambières noires et solides godillots avec une nuisette de baby-doll et le tutu de ballerine pour finir en "bathing beauties".

Cela étant l'unicité de costumes, à l'exception de l'ornement de tête différent, n'est pas synonyme de clonage et le tempérament comme la sensibilité de chacune s'expriment notamment lors de l'interprétation en solo.

Leur "Freak Cabaret", le terme freak ne devant pas être entendu selon le sens courant de monstre de foire mais le sens "ukrainien" qui est celui de la liberté d'expression subversive qui se traduit par une performance exploratoire, constitue un concert-spectacle qui s'inscrit dans la tradition du théâtre musical et dramatique ukrainien.

Il se déroule comme un enchaînement de tableaux dramatiques, qui racontent des histoires d'amour, de guerre, de mort, de la condition ouvrière, des femmes, de la bétonisation et de Dieu, avec une mise en scène orchestrée par leur mentor et directeur artistique Vlad Troitskyi - les lumières de Mariia Volkova, qui empruntent au show musical, la scénographie-vidéo de Maksym Poberezhskyi avec des projections, sur kakémonos faisant office tant de décor de scène que d'inserts illustratifs, des motifs de broderie, de vitraux et de peintures aux images d'archives - qui assure également une direction d'acteur millimétrée

L'interprétation est à l'avenant : maîtrisant leurs instruments, corps et voix, et toutes les diciplines comme les clavier, contrebasse, violoncelle, percussions et autres, les Dakh Daughters - Nataliya Halanevych, Tetiana Havrylyuk, Ruslana Khazipova, Solomiia Melnyk, Ganna Nikitina et Nataliia Zozul - investissent la scène en combattantes. Et le public est conquis.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=