Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dans la solitude des champs de coton
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  février 2016

Comédie dramatique de Bernard-Marie Koltès, mise en scène par Roland Auzet, avec Anne Alvaro et Audrey Bonnet.

En quelques répliques, ou plus exactement quelques monologues, la cause est entendue : "Dans la solitude des champs de coton" est l'une des œuvres les plus fortes de Bernard-Marie Koltès, celle où fonctionne le mieux son "lyrisme trivial", celle où il se hisse hors de l'anecdote pour atteindre un niveau supérieur, celui d'un vrai tragique contemporain.

Organisée autour du thème du "deal", de l'échange, sans que sa nature soit clairement définie, "Dans la solitude des champs de coton" est aussi un duel à fleuret non moucheté entre le vendeur et l'acheteur.

Dans la version proposée par Roland Auzet, au lieu de concerner deux hommes, voire un homme blanc et un homme noir, le "deal" oppose deux femmes. Cette nouveauté ne gêne en rien le déroulé de la pièce, n'induit aucun contresens. Surtout qu'avec sa voix grave de fumeuse, son pantalon et son blouson, Anne Alvaro compose une "dealeuse" bien masculine face à une Audrey Bonnet, elle aussi, très "mec".

La pièce fonctionne donc à merveille, épurée de tout décor, délestée de toute violence excessive. On est loin de certaines versions "destroy" où les chiens évoqués dans le texte apparaissaient sous la forme de molosses menaçants.

Mais pour briser le beau classicisme de son travail, Roland Auzet a cru utile d'équiper acteurs et spectateurs de "casques audio". On oserait presque écrire de "casques odieux" tant ils constituent une épreuve pour l'amateur de beaux textes dits par de belles voix.

Certes, au début de la représentation, les spectateurs étant massés dans la pénombre au centre de la scène, pendant que les actrices se rencontrent au balcon, le casque pouvait se justifier. Mais, une fois le rendez-vous acté, les deux protagonistes se retrouvent au cœur de la scène et les spectateurs ont repris leurs places normales.

Dès lors, sauf à deux ou trois courts moments, Anne Alvaro et Audrey Bonnet occupent l'espace central de la scène des Bouffes du Nord. Hélas, malgré cela, la quasi-unanimité du public garde sur sa tête ses écouteurs. Quelle hérésie !

On pense au spectateur qui voit un chef-d'oeuvre du cinéma noir et blanc en version colorisée. Ici, il écoute - avec une "musak" de fond composée par Roland Auzet lui-même - des voix FM, modulées par l'appareil... alors que s'il enlève son casque, il entendrait parfaitement les deux actrices.

Quand on pense à l'acoustique des Bouffes du Nord, qui a valorisé des centaines de voix magnifiques, on est triste pour ceux qui préfèrent avoir les oreilles compressées que libres d'entendre les belles voix de ces deux comédiennes d'exception.

Car Anne Alvaro et Audrey Bonnet permettent d'oublier cette irritante - et sans doute très coûteuse - afféterie sonore qui n'apporte absolument rien, sauf peut-être quelques désagréments hygiéniques si les casques ne sont pas régulièrement nettoyés.

Elles portent haut le verbe de Koltès, dans une pièce qui est désormais un classique, résistant au temps et à toutes les lubies des metteurs en scène.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 3 juillet 2022 : Rythme d'été

Moins d'émissions mais toujours des chroniques tout au long de l'été sur le site évidemment, avec des spectacles, des nouvelles du Festival Off d'Avignon, des expos en région et peut être quelques concerts de temps en temps : restez connectés !

Du côté de la musique :

"Violetta y el jazz" de Emiliano Gonzalez Toro
"Leoni Leoni" de Leoni Leoni
"Circus envy" un nouveau mix à écouter en ligne signé Listen In Bed
"L'album du centenaire 1922-2022" de Odette Gartenlaub
"Folklore chapter 1" de Pilani Bubu
"Mami Wata" de Reuben's Daughters
et toujours :
"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Malade imaginaire" au Théâtre Le Lucernaire

"Boule de Suif" au Théâtre Le Lucernaire
"Novecento Pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
"B+B=BB" à La Folie Théâtre
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Hexagone" au Théâtre Essaion
les autres spectacles déjà l'affiche
et les spectacles à l'affiche du Festival Off d'Avignon

Expositions :

"ORLAN - Les femmes qui pleurent sont en colère" au Musée Picasso Paris
"Manifeste ORALN - Corps et sculptures" aux Abattoirs à Toulouse
dernière ligne droite pour "Love Brings Love" au Palais Galliera
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Esprit sacré" de Chema García Ibarra
"The Sadness" de Rob Jabbaz
en streaming gratuit avec :
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Séjour dans les monts Fuchun" de Gu Xiaogang
"Rapsody" de Constance Meyer
"Sashinka" de Kristina Wagenbauer
"Corps of Tobi" d'Alexa Bakony

Lecture avec :

"Cao Bang 1950" de Ivan Cadeau
"La fille sur le coffre à bagages" de John O'Hara
et toujours :
"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=