Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ce sentiment de l'été
Mikhaël Hers  février 2016

Réalisé par Mikhaël Hers. France/Allemagne. Drame. 1h46 (Sortie le 17 février 2016). Avec Anders Danielsen Lie, Judith Chemla, Marie Rivière, Féodor Atkine, Dounia Sichov, Stéphanie Déhel, Lana Cooper, Jean-Pierre Kalfon et Thibault Vinçon.

Pour une fois, on ne sera pas parmi les premiers à dire tout le bien qui mérite d'être dit sur " Ce sentiment de l'été" de Mikhaël Hers.

Il y a déjà quatre ans, on avait écrit, ici-même, que "Memory Lane", le premier film de Mikhaël Hers, était plein de promesses. On avait aimé cette manière de suivre un groupe de personnages vivant dans une banlieue plutôt résidentielle et qui mettait du temps à quitter leurs adolescences.

Avec ce sujet original, traité avec modestie, mais avec aussi une belle assurance, on sentait confusément que ce premier film pouvait inaugurer une œuvre. "Ce sentiment de l'été" le confirme. Tout y est apparemment différent, pourtant on y pointe des thèmes communs, une sensibilité voisine où se mélange bienveillance et observation.

Bien entendu, puisqu'il traite de la mort d'une jeune femme, et du long chemin que son ami, sa sœur et tout son entourage vont faire pour reprendre une vie approximativement normale, ce second film porte en lui une gravité plus forte que le précédent. On sait d'emblée gré à Mikhaël Hers d'avoir attendu le temps qu'il fallait pour permettre à son cinéma d'être à la hauteur de ses grandes ambitions.

Trois étés, trois pays, trois manières de voyager, d'errer, de déambuler entre chagrin et nouvelle quête de bonheur vont se succéder afin que son compagnon trouve l'énergie pour avoir envie d'un autre destin et que, peut-être sa sœur commence elle aussi à penser à elle.

Il ne s'agit pas d'oublier l'être tant aimée mais de le laisser se sédimenter en soi, pour qu'il cesse d'être un obstacle pour la suite, mais au contraire qu'il en permette l'accomplissement.

Mikhaël Hers a mis en tête de distribution Anders Danielsen Lie que l'on a découvert dans "Oslo, 31 août" et revu dans "Fidelio, l'odyssée d'Alice". Avec son bel accent scandinave un peu traînant, un peu murmurant, il incarne avec un rare frémissement un homme jeune frappé à l'impensable perte d'un amour débutant. De Berlin à New York en passant par Paris, il cherche une paix intérieure et le courage de survivre à la disparition de sa belle compagne.

Mikhaël Hers sait filmer les lieux apaisants comme les jardins publics et leurs pelouses ou les cœurs des villes trépidants vus d'une chambre ou d'un toit. Dans les deux cas, son personnage semble s'en imprégner et en tirer de douces consolations.

En contrepoint, Judith Chemla assume sa fragilité d'adolescente attardée, orpheline de sa sœur. Chaque fois qu'elle est à l'écran, elle pourrait rire ou pleurer, et elle se maintient dans cet entre-deux avec la justesse d'une grande actrice.

On pourrait croire que ces deux beaux personnages écorchés par la même souffrance vont finir par se retrouver. Mikhael Hërs s'amuse à le laisser supposer, ou peut-être un moment l'a-t-il envisagé. Mais il a bien eu raison de ne pas se laisser aller à une astuce scénarique facile...

Film d'une vraie richesse, "Ce sentiment de l'été" de Mikhaël Hers ne s'attache pas qu'à ces deux protagonistes. Au contraire, que ce soient les parents de Sasha, très délicatement campés par deux "Rohmériens", Marie Rivière et Féodor Atkine, ou d'autres personnages amicaux saisis à Paris, Berlin ou New York, tous paraissent consistants et filmés avec plaisir. A commencer par Jean-Pierre Kalfon, qui porte avec élégance la jupe, sans que cela nuise en rien au ton du film.

Même s'il commence avec un drame, "Ce sentiment de l'été" sait cultiver sans ostentation l'art universel du petit bonheur qui peut devenir grand.

Aux accents de ballades nostalgiques minimalistes, le film trace lentement son sillon dans les têtes. Comme " Memory Lane", il tranche par ses choix radicalement opposés au cinéma bruyant et maniéré qui domine. On remarquera particulièrement comment Mikhaël Hers sait créer un climat quand il filme la party ayant lieu sur le toit d'un immeuble new-yorkais.

"Ce sentiment de l'été" de Mikhaël Hers se verra avec d'autant plus de plaisir qu'on a désormais la certitude qu'il sera suivi d'autres films où le réalisateur de " Memory Lane" devrait encore monter en puissance.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=