Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Transsibérien Je suis
Théâtre 13/Seine  (Paris)  février 2016

Spectacle conçu et mis en scène par Philippe Fenwick, avec Philippe Arestan, Philippe Borecek, Philippe Fenwick, Alexandre Fournier, Hugues Hollenstein, Grit Krausse, Marine Paris, Sergueï Vladimirov et des artistes invités.

Un mot vient forcément aux lèvres en pensant au travail de Philippe Fenwick : foutraque.

Il suffit, avant même que "Transsibérien Je suis" commence, de regarder la scène où va uniquement se passer le spectacle : d'un côté une pièce qui semble habitée où traînent par terre de vieux magazines, de l'autre, une plus petite pièce avec un bureau où s'accumulent aussi des objets hétéroclites et un portant à roulettes encombrés de vêtements divers... Sans oublier les rails de train électrique qui traversent les deux parties de la scène...

Comme on sait qu'un spectacle précédant de Philippe Fenwick s'appelait "On a fait tout ce qu'on a pu mais tout s'est passé comme d'habitude", on n'ignore pas qu'on va être dans un univers paradoxal.

Ici, tout débute à Vierzon où l'homme à nom de chariot élévateur est devenue une drag-queen chantant en play-back "Gloria" de Sheila. Mais ce commencement, comme bien d'autres moments de la pièce, n'est qu'une fausse piste seulement propice à flash-back.

Car c'est à Brest que l'action se déroule, dans la chambre du chanteur Jacques Mercier, vedette brestoise victime du départ pour Toulon de la flotte de guerre. Lui qui triomphait dans un cabaret de Recouvrance, le voilà prostré dans sa chambre rêvant de prendre le Transsibérien terminus Vladivostok. Au point qu'un jour, une nuit, il disparaît corps et bien, dans une configuration "Mystère de la Chambre jaune".

Épopée sur "les traces d'un homme qui n'est jamais parti", "Transsibérien Je suis" ne pourrait se résumer exhaustivement dans le temps que dure la pièce. Il faut se résigner à en souligner l'étrangeté permanente sans chercher à dénouer un par un ses fils qui s'entremêlent afin de déterminer ceux qui appartiennent à une réalité mouvante et ceux qui proviennent d'un rêve certain...

Ici, par exemple, le chanteur breton ne compose qu'en russe. La voisine revêche finit par se transformer en acrobate pendant que sa fille disgracieuse, qui joue médiocrement du violoncelle, devient une danseuse de tango sexy. Les placards conduisent dans l'ailleurs et les malles sont magiques.

Alors que sur les murs, une lanterne magique - ou plus exactement un "Ombroscope" conçu par Hugues Hollenstein - fait défiler un paysage sibérien, Philippe Fenwick tente de trouver un financement à son grand dessein : raconter le destin de Jacques Mercier. Et pour cela, le voilà parcourant les bureaux kafkaïens du Ministère de la Culture de la Dramatie, état indépendant coincé entre la Normandie et la Picardie. On dit quelque part que ce ministère occuperait 30 % de la population active dramate...

Tout cela s'embrouille savamment aux accords de guitare de Sergueï Vladimirov campant un Jacques Mercier barbu et perdu dans son ici et dans son ailleurs, son pays rêvé et son rêve fracassé.

Entre musique et cirque, Philippe Fenwick interprète avec aplomb, son propre rôle de ludion dégingandé perdu dans son projet de théâtre total. Tout ne fonctionne pas à cent pour cent dans ce caravansérail de propositions oniriques, mais, à l'image du petit train électrique, avance avec détermination dans la nuit vers son but : emmener loin de son fauteuil le spectateur.

Parfois, comme pendant ce moment de grâce où Gritt Krausse, masquée, qui joue ordinairement sa logeuse, fait un époustouflant numéro d'acrobatie avec un drap, on pense à Boulgakov et à toute cette escouade d'écrivains russes capables de transfigurer le sordide.

"Transsibérien Je suis" sait vraiment bien saisir l'âme russe comme on la conçoit sous l'emprise de la vodka à Brest et en Dramatie. Philippe Fenwick réussit donc l'impossible traversée du miroir sibérien, et même si sa fin piétine, son théâtre baroque emporte la conviction.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 juin 2022 : Voilà l'été

Paul McCartney a 80 ans, La Mare aux Grenouilles vient de fêter ses 2 ans, il fait (trop) chaud : pas de doute, c'est bientôt l'été. En attendant une actualité plus légère sur juillet et août, voici de quoi découvrir et aiguiser votre curiosité !

Du côté de la musique :

"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy
et toujours :
"L'innocence" de Lisa Portelli
"Le syndrome de Goteborg" des Fatals Picards
Rencontre avec Laurent Honel des Fatals Picards
"Jokers" de Vincent Peirani
"Paris n'existe pas" de Son Parapluie
"The pleasure is goldmine" de Olivier Rocabois
"Les démons familiers" de Mathias Lévy
"Prince de plomb" de Marcia Higelin
"La dynastie du chouchou" de Listen In Bed à écouter en ligne
Festival Art Rock 2022 avec Kim Gordon, Flore Vesco, Pete Doherty ...
"Social Kaleidoscope" de Boris Maurussane
"Lost in confusion" de Amy Lee & the Loco Project Band
Cosse, Bukowski et Flor Del Fango dans une sélection de clips

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Believers" au Théâtre Lepic
"Ceci n'est pas une Framboise Frivole" à la Piccola Scala
"Hop-là !" au Théâtre Essaion
en avant-première du Festival Off d'Avignon :
"Une nuit avec Monsieur Teste"
"Je m'appelle Adèle Bloom"
"Second souffle"
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
derniers jours pour "Boilly - Chroniques parisiennes" au Musée Cognacq-Jay
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Jungle rouge" de Juan José Lozano et Zoltan Horvath
en streaming gratuit avec :
"Une femme fantastique" de Sebastian Lelio
"La tourneuse de pages" de Denis Dercourt
"Frost" de Sharunas Bartas
"Lady Chatterley" de Pascale Ferran
et le cinéma asiatique en 7 films

Lecture avec :

"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter
et toujours :
"Unfollow" de Luka Juliger
"Traquenoir" de Ed Lacy
"Reste près de lui" de Emily Koch
"Leonard de Vinci" de Jean Yves Boriaud
"Elle est le vent furieux" de Marie Alhinho, Marie Pavlenko, Sophie Adriansen, Flore Vesco, Cyndy Van Wilder & Coline Pierré

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=