Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Suite Armoricaine
Pascale Breton  mars 2016

Réalisé par Pascale Breton. France. Drame. 2h28 (Sortie le 9 mars 2016). Avec Valérie Dréville, Kaou Langoët, Elina Löwensohn, Manon Evenat, Laurent Sauvage, Klet Beyer, Yvon Raude et Peter Bonke.

Voilà un film qui n'a pas froid aux yeux de ses potentiels spectateurs et qui, vaillant et têtu comme le nom que porte sa réalisatrice, va droit où il veut aller, sans se soucier des obstacles qu'il accumule.

"Suite Armoricaine" de Pascale Breton est peut-être le film qui ces temps-ci mérite qu'on réhabilité la vieille étiquette de "cinéma d'art et d'essai".

Car il s'embarque dans la lutte des salles avec un titre pas très explicite ou au contraire trop : sa revendication de "bretonnitude" fera sans doute fuir ceux pour qui "Armorique" n'est pas porteur de valeurs universelles. Ce sera la première erreur, parce que dans le temps patient du film de Pascale Breton l'Armorique viendra pour une belle conclusion, avec guérisseur-druide et pays "féérique" pour le moins sublime dans les dernières plans que proposera la réalisatrice.

Mais déjà, alors qu'on était parti pour en parler de manière cursive, le film impose qu'on le raconte en dépit du bon sens. Mais est-ce faire preuve de bon sens de faire porter toute cette histoire sur les épaules de Valérie Dréville ? Si, sur les planches, elle peut prétendre à une certaine reconnaissance, qu'en est-il sur un écran ?

Surtout si elle partage la vedette avec Kaou Langroët et Elina Löwensohn ? En faire une universitaire qui disserte à longueur de plans sur des tableaux de Poussin, c'est aussi un sacré pari. D'autant que c'est de sa chaire qu'elle vient d'obtenir dans une ville où elle a passé sa jeunesse que le film déroule progressivement son sujet.

On ne s'y attendait pas forcément, mais il s'agit d'un film nostalgique, un film bilan sur une génération encore une fois perdue, celle des post-post soixante-huitards et des après-punk qui, malgré les progrès faramineux de l'individualisme, croyaient encore à un destin collectif.

C'est là la force de "Suite Armoricaine" de Pascale Breton, raconter la dernière génération qui voulait changer le monde mais que le monde a morcelé, groupusculé, atomisé façon puzzle.

Il ne reste plus d'elle que des marginaux pétris d'addiction ou en perte de repères. Valérie Dréville va voir ressurgir de son passé tout un tas de spectres, pas mieux lotis qu'elle pour vivre dans un monde sans utopie.

Et parmi ces fantômes, il y aura cette ex-jeune femme flamboyante qui triomphait de son insolente jeunesse rebelle sur une vieille photo et qui, aujourd'hui, a le visage émacié d'un Antonin Artaud revenu de Rodez et de tous les dérèglements des sens. Valérie Dréville fait face à la sublime Elina Löwensohn, elle aussi bien connue des milieux théâtraux, dans des retrouvailles pathétiques, celle de l'universitaire des champs et celle de la clocharde des villes.

Destiné précisément aux quadras-quinquas, mais plein d'enseignements pour leurs enfants, "Suite armoricaine" de Pascale Breton est un cruel constat pour une génération médiane qui n'a pas pu empêcher les choses affreuses qui arrivent maintenant. Ni responsables ni coupables, seulement portés par des flots contraires, ces hommes et ses femmes survivent, se survivent.

C'est donc un message très fort qui se cache derrière ce film mal aimable qui fait son chemin chez ceux qui ne l'auront pas refusé.

Et puis, "Suite Armoricaine" ne se complaît pas seulement dans une nostalgie délétère. Grâce au personnage joué avec fougue par Kaou Langoët, s'opère une mystérieuse transmission. Lui qui était le fils perdu d'une âme perdue, devient le fils retrouvé d'une mère sans enfants.

Et l'on restera volontairement dans cette formulation vague pour ne pas tout révéler à ceux qui auront eu raison d'aller voir ce vraiment beau film qui met Pascale Breton sur des rails incertains, mais qui, on l'espère, sauront lui faire parcourir d'autres forêts de Brocéliande.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=