Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un temps pour se séparer (Notes sur Robert Capa)
Sébastien Smirou  (Editions Hélium)  mars 2016

Poète, journaliste, écrivain, traducteur, et psychanalyste, Sébastien Smirou avait publié aux éditions P.O.L un recueil de poésie intitulé Un temps pour s'étreindre. Le titre de son dernier ouvrage Un temps pour se séparer pourrait nous induire en erreur, et nous laisser croire à une suite mais le sujet et la forme du livre sont tout à fait différents [1]. Il s'agit de notes consacrées au grand photographe et correspondant de guerre Robert Capa, pseudonyme d'Endre Friedmann, qui a marqué en profondeur l'histoire du journalisme par la vivacité et la profondeur de son travail.

L'auteur n'a pas choisi le grand angle biographique ou le zoom de l'histoire de l'art, mais un objectif sur mesure, mélangeant psychanalyse, éléments autobiographiques de l'auteur, contextualisation historique, et on serait bien en peine de dire quelle étiquette accoler à ce livre tant sa démarche est originale. Mais, si la psychanalyse est convoquée, comme outil et grille de lecture, on ne manquera pas de se demander s'il n'y a pas déjà eu trop de travaux entachés par l'hubris interprétatif visant à analyser des sujets au delà de ses prérogatives légitimes. Ce passage, très éclairant, répond à cet embarras potentiel :

"Il n'y a tout simplement pas de psychanalyse possible hors transfert. En l’occurrence, je n'ai évidemment jamais reçu Robert Capa en séance et, à ma connaissance, il n'a d'ailleurs jamais consulté qui que ce soit. C'est bien pourquoi ce livre constitue non pas une étude ou un essai sur Robert Capa, mais bien une fiction psychanalytique à partir du personnage Robert Capa. Le seul transfert qu'on puisse y observer est le mien, sur ce personnage." (page 33)

Voilà une précision tout à fait fondamentale. Notons, de plus, qu'on trouve là une continuité dans le travail de Sébastien Smirou dont les commentaires introductifs de Ferenczi et de Winnicott faisaient une place à la rêverie et à la fiction.

Le récit se constitue de cette méditation habitée de théorie psychanalytique, le long d'un chemin qui nous amène de la consultation d'archives au camp d'extermination de Majdanek. Car la question de départ est : pourquoi Capa n'a-t-il pas photographié les camps de la mort, lui qui semble avoir été quasi immortel, survivant à la guerre d'Espagne, et au débarquement allié en Normandie ? Question difficile et profonde, qui demande des détours complexes et des hypothèses inédites.

Cette manière de laisser le récit trouver par lui-même sa forme d'évocation, cette respiration qui laisse le lecteur circuler dans sa propre rêverie me rappelle beaucoup Pascal Quignard. Mais, autre chose imprègne la lettre du texte de Un temps pour se séparer : la ténacité de la question qui habite l'auteur ne se dément jamais et nous transporte jusqu'à la dernière page. En cela, Sébastien Smirou marche dans les pas de Jean Améry en explorant la question de la mort et la possibilité d'un mal radical. Capa devient le personnage conceptuel [2] de cette exploration et de ce dialogue imaginaire ou, tout à tour, se trouve interrogée la judéité du narrateur, et celle du photographe. Un temps pour se séparer, un temps où Sébastien Smirou nous donne accès à Robert Capa, le rendant un peu plus vivant, un peu plus proche, nous permettant de nous le représenter, au travers de questions qui débordent le personnage et cette fiction. Ce livre n'est pas seulement la photographie que son auteur nous en propose, elle devient aussi la nôtre.

 

[1] Je ne dis pas pour autant que dans l'esprit de l'auteur les deux livres n'aient aucun rapport, ou qu'il n'y ait pas une continuité. Je reviens plus loin dans la chronique sur la continuité de son travail.

[2] Concept de Gilles Deleuze dans Qu'est-ce que la philosophie ?

En savoir plus :
Le site officiel de Sébastien Spirou


Gilles Deles         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=