Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Misanthrope vs Politique
Vingtième Théâtre  (Paris)  mars 2016

Comédie dramatique d'après l'oeuvre de Molière, adaptation et mise en scène de Claire Guyot, avec Julie Cavanna, Pierre Margot, Emmanuel Lemire, Edgar Givry, Nastassja Girard, Benoit Du Pac, Denis Laustriat et Annick Roux.

Ces dernières années, on a pu voir un "Misanthrope" bobo de Thibault Perrenoud dans lequel Arsinoé arrivait en vélo sur la scène du théâtre de la Bastille, un autre très caricatural et m'as-tu-vu de Jean-François Sivadier où l'on voyait Nicolas Bouchaud arpenter la scène de l'Odéon aux accents de "Should I stay or should" des Clash.

Le "Misanthrope" politique que propose Claire Guyot penche plutôt du côté sympathique de Thibault Perrenoud que du côté emphatique de Jean-François Sivadier.

C'est une version malicieuse du chef d'oeuvre de Molière où l'on verra Célimène compter des billets de cent euros, les glisser dans des enveloppes et les remettre quelques scènes plus tard à Oronte. Les petits marquis pourraient s'appeler Laurent Wauquiez et Bruno Lemaire.

Philinte, lui, a des répliques que l'on entendrait bien dans les bouches de tous les centristes oscillants entre le centre gauche et le centre droit. Quant à Pierre Margot, son Alceste a des accents de Mélenchon revu et corrigé par Philippe Torreton...

Ce qui est fort distrayant, et souvent jubilatoire, dans ce "Misanthrope  vs Politique", c'est le côté astucieux de la mise en scène de Claire Guyot, qui, glisse ses parti-pris par les gestes, les costumes et les décors, alors même qu'elle ne change pas un mot au texte de Molière.

Dans la scène d'exposition, Alceste, à son bureau de haut-fonctionnaire ou de ministre, signe des parapheurs pendant qu'à côté de lui, Philinte, est derrière son ordinateur à vérifier on-ne-sait-quelle statistique ou à mettre au point une quelconque loi. Alceste signe en récitant "Non, je ne puis souffrir cette lâche méthode...". Toute la pièce est dans cet esprit et fonctionne à merveille d'autant que les vers sont clairement dits par une distribution solide.

Peut-être qu'ici Célimène, interprétée par Julie Cavanna, perd son côté "Précieuse" et qu'elle est moins ambigüe dans ses choix, Claire Guyot montrant clairement qu'elle est très proche d'Alceste et que c'est par tactique politique qu'elle ménage la chèvre Oronte et le chou Petits marquis, mais cela n'introduit aucun contresens dans la pièce.

Menée rapidement, "Le Misanthrope vs Politique" bénéficie d'un joli décor de Jean-Michel Adam, des costumes modernes de Nadia Rémond, qui fait d'Alceste un homme en noir sans rubans verts et de Célimène une jeune femme chic et gentiment sensuelle en pantalon, le tout bénéficiant des jeux de lumière de Laurent Béal pour éclairer tantôt le bureau d'Alceste, le bar et le canapé de Célimène.

On rit en appréciant les mots de Molière restitués avec bonheur par toute la troupe. Comme dans la version de Thibault Perrenoud, on relativise aussi l'attitude d'Alceste. On ne voit pas en lui un radical ayant soif d'absolu, mais un grognon cyclothymique que Philinte devrait convaincre de revenir à de meilleurs dispositions. Pareillement, Célimène, jeune veuve imprudente, qui manque encore d'expérience au milieu des loups de la Cour ou de l'Élysée, des cabales mondaines ou des coteries politiciennes, devrait vite pouvoir faire oublier ses petites saillies incendiaires.

Bref, "Le Misanthrope" est devenu avant tout un divertissement qui a tout d'une revue de chansonnier avec l'ajout d' un petit grand plus : Molière. Cette version, didactique et drolatique, qui n'a pas besoin de notes en bas de page, sera parfaite pour faire découvrir Molière aux collégiens et aux lycéens.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=