Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je l'appelais Monsieur Cocteau
Studio Hébertot  (Paris)  mars 2016

Biopic théâtral d'après le récit éponyme de JE Carole Weisweiller, mise en scène de Pascal Vitiello, avec Bérengère Dautun et Guillaume Bienvenu.

Cocteau 1950. Après une guerre en eaux troubles, le "refroidissement" avec Jean Marais et un tournage de film épuisant, Jean Cocteau rencontre enfin le mécène qui lui permettra, lui, l’homme qui donne tout ce qu’il a, de ne plus se soucier du matériel.

Madame Weisweiller, libre, éprise d’art, épouse de banquier, mère d’une petite Carole, lui offre de passer quelques semaines dans sa villa de Saint-Jean-Cap-Ferrat, "Santo Sospir".

Il y demeurera plus d’une décennie, peignant les murs blancs de ses fresques, composant avec le dernier-aimé, Edouard Dermit et son hôtesse un trio légendaire : bals, croisières, réceptions rythmeront cette vie d’insouciance.

Tout cela implosera à l’orée des années soixante lorsqu’un intriguant et écrivain de seconde zone, Viard, détruira la relation de confiance entre le poète et la milliardaire. Cocteau, renvoyé comme un démarcheur, sa malle sur le palier, en mourra. Madame Weisweiller, peut-être aussi, longtemps après.

Sa fille Carole, qui a si bien connu Cocteau, son précepteur de l’imaginaire, l’a défendu et voulu sauver, trop jeune pour y réussir, a écrit ses souvenirs, bien écrits, ici adaptés pour le Théâtre.

C’est Pascal Vitiello qui assure la mise en scène, onirique et sobre à la fois, utilisant, sans excès, l’image, permettant au poète "resté avec nous" de traverser le miroir dans "Je l'appelais Monsieur Cocteau".

Jean Cocteau est incarné par Guillaume Bienvenu, excellent comédien, infiniment sensible, qui a travaillé avec force son personnage jusqu’à rendre ses intonations, sans caricature. Belle idée que de confier à un jeune homme le rôle du poète à l’éternelle jeunesse.

Quant à la narratrice, Carole Weisweiller, c’est Bérengère Dautun, qui sait dire, évoquer, prononcer l’indicible, comme personne, artiste rare, de la Comédie-Française, mais surtout fille du Verbe. Elle explique, par l’évocation, l’attrait que la petite Carole exerça sur le poète, installant soleil, chemin vers la mer, émerveillement sur les planches juste éclairées d’électricité.

Un moment de grâce, de délicatesse, d’enfance et de poésie rêvée.

 

C-L. Morel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=