Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je l'appelais Monsieur Cocteau
Studio Hébertot  (Paris)  mars 2016

Biopic théâtral d'après le récit éponyme de JE Carole Weisweiller, mise en scène de Pascal Vitiello, avec Bérengère Dautun et Guillaume Bienvenu.

Cocteau 1950. Après une guerre en eaux troubles, le "refroidissement" avec Jean Marais et un tournage de film épuisant, Jean Cocteau rencontre enfin le mécène qui lui permettra, lui, l’homme qui donne tout ce qu’il a, de ne plus se soucier du matériel.

Madame Weisweiller, libre, éprise d’art, épouse de banquier, mère d’une petite Carole, lui offre de passer quelques semaines dans sa villa de Saint-Jean-Cap-Ferrat, "Santo Sospir".

Il y demeurera plus d’une décennie, peignant les murs blancs de ses fresques, composant avec le dernier-aimé, Edouard Dermit et son hôtesse un trio légendaire : bals, croisières, réceptions rythmeront cette vie d’insouciance.

Tout cela implosera à l’orée des années soixante lorsqu’un intriguant et écrivain de seconde zone, Viard, détruira la relation de confiance entre le poète et la milliardaire. Cocteau, renvoyé comme un démarcheur, sa malle sur le palier, en mourra. Madame Weisweiller, peut-être aussi, longtemps après.

Sa fille Carole, qui a si bien connu Cocteau, son précepteur de l’imaginaire, l’a défendu et voulu sauver, trop jeune pour y réussir, a écrit ses souvenirs, bien écrits, ici adaptés pour le Théâtre.

C’est Pascal Vitiello qui assure la mise en scène, onirique et sobre à la fois, utilisant, sans excès, l’image, permettant au poète "resté avec nous" de traverser le miroir dans "Je l'appelais Monsieur Cocteau".

Jean Cocteau est incarné par Guillaume Bienvenu, excellent comédien, infiniment sensible, qui a travaillé avec force son personnage jusqu’à rendre ses intonations, sans caricature. Belle idée que de confier à un jeune homme le rôle du poète à l’éternelle jeunesse.

Quant à la narratrice, Carole Weisweiller, c’est Bérengère Dautun, qui sait dire, évoquer, prononcer l’indicible, comme personne, artiste rare, de la Comédie-Française, mais surtout fille du Verbe. Elle explique, par l’évocation, l’attrait que la petite Carole exerça sur le poète, installant soleil, chemin vers la mer, émerveillement sur les planches juste éclairées d’électricité.

Un moment de grâce, de délicatesse, d’enfance et de poésie rêvée.

 

C-L. Morel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=