Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Demi Mondaine
Paris-Désert  (Autoproduit)  mars 2016

Demi Mondaine : Groupe Chéri, je t’aime !

Je ne suis pas chroniqueur musical : je travaille dans une compagnie financière. Une activité socialement utile, mais éminemment stressante, dévastatrice même à certains moments. Il y a une vingtaine d’années, les entreprises étaient dirigées par des entrepreneurs qui avaient pour l’ambition de bâtir quelque chose.

Désormais, elles sont dirigées par des financiers qui passent en coup de vent, des hommes dont l’unique moteur est le profit. Même s'ils essaient de faire croire le contraire, il n’y a plus ou très peu de place pour l’humain. Un véritable désert, pas un désert de sable, un désert de chiffres, un désert où on s’adresse à son voisin de bureau par mail, un désert où les réunions se font en visioconférence alors qu’il suffirait de descendre un étage pour rencontrer l’autre.

Paris-Désert, c’est aussi le titre du futur titre EP de Demi Mondaine.

Mes propos sur l’entreprise pourrait aussi valoir pour l’industrie musicale qui produit du propre, de l’aseptisé, du jetable, du sucré, de l’écœurant, du bonbon en gélatine pour les oreilles.

Demi Mondaine, c’est l’inverse de cela. Leur musique est de chair et de sang, de sexe et de passion, de larmes et de révolte. C’est une musique que l’on reçoit en pleine face ; des titres capables de nous faire danser des heures, ivres de bonheur, suant, bondissant chantant, beuglant ! De quoi oublier qu’on est un quinqua vieillissant et sentir l’adolescent en plein émoi renaître en soi (clin d’œil à un chroniqueur "concurrent" qui m’a ainsi tiré le portrait).

Foi "d’ancien combattant du punk", en live, je n’avais pas ressenti de plaisir aussi physique depuis les concerts de Killing Joke, Pixies, Noir Désir ou New Model Army. Demi Mondaine est fan de Parabellum et ça se sent. Un concert de Demi Mondaine est une expérience de transe collective euphorisante. Monsieur Iggy Pop ne s’y est pas trompé, lui qui leur a fait don d’un inédit : "Private Parts" sur l’album Aether.

Demi Mondaine, c’est aussi la sensualité sauvage de sa chanteuse. Une femme sincère, instinctive, paradoxale, attachante. Telle une divinité païenne ou un fauve, elle danse presque nue sur la scène de la Boule Noire et du Cirque Electrique, à la limite de l’exhibition mais sans jamais choquer ; belle, simplement belle ! Parallèlement, elle écrit "Garde-Fou", une chanson féministe, véritable uppercut anti-machisme. Enfin au sein de Colour Book, son autre formation, elle va à la rencontre de lycéens, parce qu’à l’école, elle aurait aimé bénéficier de ce type de rencontres. Une belle âme !

Aether est à mon goût le meilleur album rock produit en 2014 ; une mine de pépites : "Jour Blanc", "Paris sous la neige", "Garde-Fou", "Intempérance". De grands titres rock avec des textes qui ont parfois comme un parfum de Brel. Ce disque est sorti grâce au soutien des internautes.

Paris-Désert, le EP à venir, se fera sans le soutien de l’Industrie Musicale. Je vous invite à en découvrir "Enchanteur", le premier extrait et si possible à en soutenir la sortie.

Dire qu’il s’agit là d’un geste de résistance serait sans doute caricatural. C’est toutefois un beau geste, une jolie façon de dire merci à un des groupes les plus fantasques, les plus généreux et les plus humains de la scène hexagonale.

Donnez ! S’il vous plaît, bien sûr.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Demi Mondaine en concert à Paris-Désert, Release Party au Château de Bagnolet (1er juillet 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Demi Mondaine
Le Soundcloud de Demi Mondaine
Le Facebook de Demi Mondaine


Philippe Ache         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=