Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce High Rise
Ben Wheatley  avril 2016

Réalisé par Ben Wheatley. Grande-Bretagne. Drame fantastique. 1h59 (Sortie le 6 avril 2016). Avec Tom Hiddleston, Jeremy Irons, Sienna Miller, Luke Evans, James Purefoy, Keeley Hawes, Peter Ferdinando et Sienna Guillory.

"High Rise" de Ben Wheatley est l'adaptation d'un roman majeur de James Graham Ballard, "IGH" (Immeuble de Grande Hauteur).

Comme d'autres romans du même auteur, "Crash", adapté par David Cronenberg, "Sécheresse" ou "La forêt de cristal", "IGH" a été rangé abusivement dans les rayons SF des librairies françaises.

On pourrait plutôt considérer les livres de J.G. Ballard comme des fictions de prospective écologique. L'écrivain anglais y pousse jusqu'à l'extrême les dérives consuméristes. Dans "IGH", il imagine un monde où les élites habitent dans des immeubles de plusieurs dizaines d'étages, mondes en soi, quasi autonomes, avec supermarchés, salles de spectacles ou de sport, piscine er restaurant.

Mais cette agrégation de gens appartenant aux milieux dominants suscite l'exacerbation de ce qui caractérise les classes supérieures dans les années soixante-soixante dix du siècle passé : l'envie de jouir. Jouir du pouvoir : qui va dominer les dominants ? Jouir des corps : entre machisme et féminisme, sexe débridé et frustrations, comment va exploser la sexualité de tous ces lecteurs de Marcuse et de Reich dans cette Tour où ils vivent de manière endogamique ?

Ben Wheatley a donc décidé d'adapter avec Amy Jump, sa scénariste préférée et sa femme, un roman très daté dans l'époque post-soixante-huitarde.

C'est sans doute ce qui les oblige à devoir recréer un "futur du passé" très identifié. Il faut reprendre les éléments des années 1960 et 1970 les plus marquants (voitures de sport, vêtements très Vivianne Westwood) et les prolonger dans ce qui aurait pu être leur futur si Ballard avait totalement vu juste.

Cela conduit Ben Wheatley à s'inspirer de l'univers décalé de "Modesty Blaise" de Joseph Losey plus que de celui de "Blow up" d'Antonioni. L'univers qu'il décrit est ainsi plus "psychédélique" que celui du roman de Ballard.

Le personnage principal, le Docteur Laing, incarné avec énergie par Tom Hiddleston, est plus proche des héros de Michael Moorcock, comme le fameux Jerry Cornélius, que du modèle d'origine d' "IGH". Il est snob, élégant et pervers, donnant au film quelque chose de très distancié.

La thèse de Ballard, expliquant comment ces riches "civilisés" vivant entre eux, vont peu à peu en revenir à la barbarie totale, devient dès lors une espèce de fantasme esthétique plutôt qu'une réalité sociologique.

Cette distanciation conduit le film à bifurquer vers un monde ressemblant à celui de "Métropolis". La tour infernale, où l'anthropophagie, les crimes rituels et les perversions règnent à tous les étages, s'organise dans une lutte entre les étages inférieurs et supérieures. Pendant que l'on s'affronte en bas, règne en haut, dans l'Olympe de la tour, Anthony Royal, le concepteur de cet "IGH", évidemment somptueusement interprété par Jérémy Irons. Le Docteur Laing, représentant les étages médians, va donc partir à la conquête du sommet de la tour.

Dans le monde post-industriel, la lutte des classes n'est vraiment pas morte, mais elle s'exerce entre publicitaires, réalisateurs télé, sociologiques, homme d'affaires et universitaires.

En l'exagérant, en le rendant plus caricatural et en même temps plus spectaculaire, "High Rise" de Ben Wheatley réussit finalement à ne pas être très loin de la pensée de Ballard. Contrairement au dernier film de Terry Gilliam, "Zero Theorem", qui fonctionnait sur le même principe d'un avenir futuriste procédant d'une époque passée, le film est cohérent et ne se perd pas en explications faussement métaphysiques.

Les aventures des habitants de cet Eden devenant Enfer se suivent sans déplaisir et avec l'envie permanente d'en revenir à Ballard, ce grand créateur sardonique de futurs cauchemardesques.

Malgré son titre trop obscur, Il faut donc escalader promptement cet "High Rise" de Ben Wheatley.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=