Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce High Rise
Ben Wheatley  avril 2016

Réalisé par Ben Wheatley. Grande-Bretagne. Drame fantastique. 1h59 (Sortie le 6 avril 2016). Avec Tom Hiddleston, Jeremy Irons, Sienna Miller, Luke Evans, James Purefoy, Keeley Hawes, Peter Ferdinando et Sienna Guillory.

"High Rise" de Ben Wheatley est l'adaptation d'un roman majeur de James Graham Ballard, "IGH" (Immeuble de Grande Hauteur).

Comme d'autres romans du même auteur, "Crash", adapté par David Cronenberg, "Sécheresse" ou "La forêt de cristal", "IGH" a été rangé abusivement dans les rayons SF des librairies françaises.

On pourrait plutôt considérer les livres de J.G. Ballard comme des fictions de prospective écologique. L'écrivain anglais y pousse jusqu'à l'extrême les dérives consuméristes. Dans "IGH", il imagine un monde où les élites habitent dans des immeubles de plusieurs dizaines d'étages, mondes en soi, quasi autonomes, avec supermarchés, salles de spectacles ou de sport, piscine er restaurant.

Mais cette agrégation de gens appartenant aux milieux dominants suscite l'exacerbation de ce qui caractérise les classes supérieures dans les années soixante-soixante dix du siècle passé : l'envie de jouir. Jouir du pouvoir : qui va dominer les dominants ? Jouir des corps : entre machisme et féminisme, sexe débridé et frustrations, comment va exploser la sexualité de tous ces lecteurs de Marcuse et de Reich dans cette Tour où ils vivent de manière endogamique ?

Ben Wheatley a donc décidé d'adapter avec Amy Jump, sa scénariste préférée et sa femme, un roman très daté dans l'époque post-soixante-huitarde.

C'est sans doute ce qui les oblige à devoir recréer un "futur du passé" très identifié. Il faut reprendre les éléments des années 1960 et 1970 les plus marquants (voitures de sport, vêtements très Vivianne Westwood) et les prolonger dans ce qui aurait pu être leur futur si Ballard avait totalement vu juste.

Cela conduit Ben Wheatley à s'inspirer de l'univers décalé de "Modesty Blaise" de Joseph Losey plus que de celui de "Blow up" d'Antonioni. L'univers qu'il décrit est ainsi plus "psychédélique" que celui du roman de Ballard.

Le personnage principal, le Docteur Laing, incarné avec énergie par Tom Hiddleston, est plus proche des héros de Michael Moorcock, comme le fameux Jerry Cornélius, que du modèle d'origine d' "IGH". Il est snob, élégant et pervers, donnant au film quelque chose de très distancié.

La thèse de Ballard, expliquant comment ces riches "civilisés" vivant entre eux, vont peu à peu en revenir à la barbarie totale, devient dès lors une espèce de fantasme esthétique plutôt qu'une réalité sociologique.

Cette distanciation conduit le film à bifurquer vers un monde ressemblant à celui de "Métropolis". La tour infernale, où l'anthropophagie, les crimes rituels et les perversions règnent à tous les étages, s'organise dans une lutte entre les étages inférieurs et supérieures. Pendant que l'on s'affronte en bas, règne en haut, dans l'Olympe de la tour, Anthony Royal, le concepteur de cet "IGH", évidemment somptueusement interprété par Jérémy Irons. Le Docteur Laing, représentant les étages médians, va donc partir à la conquête du sommet de la tour.

Dans le monde post-industriel, la lutte des classes n'est vraiment pas morte, mais elle s'exerce entre publicitaires, réalisateurs télé, sociologiques, homme d'affaires et universitaires.

En l'exagérant, en le rendant plus caricatural et en même temps plus spectaculaire, "High Rise" de Ben Wheatley réussit finalement à ne pas être très loin de la pensée de Ballard. Contrairement au dernier film de Terry Gilliam, "Zero Theorem", qui fonctionnait sur le même principe d'un avenir futuriste procédant d'une époque passée, le film est cohérent et ne se perd pas en explications faussement métaphysiques.

Les aventures des habitants de cet Eden devenant Enfer se suivent sans déplaisir et avec l'envie permanente d'en revenir à Ballard, ce grand créateur sardonique de futurs cauchemardesques.

Malgré son titre trop obscur, Il faut donc escalader promptement cet "High Rise" de Ben Wheatley.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=