Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Old Times
Théâtre de l'Atelier  (Paris)  avril 2016

Comédie dramatique de Harold Pinter, mise en scène de Benoît Giros, avec Marianne Denicourt, Adèle Haenel et Emmanuel Salinger.

Un homme, deux femmes. Cherchez l'intrus dans la déclinaison pinterienne du trio dans "Old Times", un intrus qui, en l'espèce, se constitue un avatar du procédé récurrent usité par le dramaturge britannique.

En effet, l'intrus n'est pas un mystérieux inconnu qui surgit brutalement pour sinon menacer du moins troubler un quotidien établi et un paysage psychologique étale puisqu'il s'agit d'une amie de jeunesse de l'épouse a annoncé sa venue.

Mais l'intrus existe et il s'agit du concept aporétique qu'est le passé. Tel est l'argument premier d'une partition qui joue avec les thèmes du temps, dans une approche en résonance avec celles de Marcel Proust et de T.S. eliot, de la mémoire, une mémoire sélective voire instrumentalisée, et de l'amour entendu comme un désir et une volonté de puissance sur l'autre, un autre qui n'est jamais totalement "soumis".

Avec Harold Pinter, le texte, sous une apparence de conversations qui pourraient être banales, constitue toujours un mille-feuilles sémantique livré à la sagacité du spectateur qui, en l'espèce, s'avère tant ambigu qu'ambivalent.

Et si "Old Times" n'était qu'affaire de psyché avec la réflexion diffractée d'une seule individualité au regard de la remémoration d'un passé émotionnel et affectif, du présent, avec le statu quo d'un mariage assumé, et d'un futur composé.

Avec le texte français de Séverine Magois qui négocie efficacement les indigences de la langue anglaise vernaculaire telle que parlée dans la "vraie" vie et la participation de Denis Lachaud pour la dramaturgie, la proposition de Benoît Giros est émérite.

Elle parvient à restituer l'ambiguïté des relations croisées, au demeurant judicieusement illustrée par le montage photographique de l'affiche, et les différents états de conscience au coeur d'une partition sans intrigue, au sens classique du terme, mais non sans enjeu.

Tout comme la scénographie, avec son salon minimalisme chic d'une demeure en bord de mer froide, décor conçu par Alexandre de Dardel sous les lumières de Bertrand Couderc, avec en fond de scène une immense baie ouvrant sur un bord de mer gris avec un ciel nuageux animé, suggère l'atmosphère du monde flottant dans lequel évolue les personnages au demeurant indéterminés.

Si Emmanuel Salinger, en contre-emploi et au jeu démonstratif, convainc peu, le duo formé par Marianne Denicourt et Adèle Haenel fonctionne parfaitement tant les deux comédiennes évoluent de manière harmonieuse et cohérente au regard de la, et leur, partition ressortant à l'impressionniste théâtral et l'acuité de leur jeu non verbal.

A l'aise dans ce registre théâtral, elle était magnifique dans le rôle central de "La ville" de Martin Crimp mis en scène par Marc Paquien 6474, Marianne Denicourt, troublante, donne une belle corporéité à la souriante, passive et énigmatique épouse, limpide comme une eau vive et insondable comme une eau dormante.

Consacrée par le cinéma, Adèle Haenel, confirme son potentiel de comédienne à la belle palette de jeu déjà soutenue dans la trilogie Mayenburg montée par Maïa Sandoz ("Le moche", "Perplexe" et "Voir clair") dans le rôle de l'amie qui vous veut du bien pour lequel elle combine solarité, perversité et fragilité.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=