Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Baptiste W. Hamon
L’insouciance  (Manassas / Sony)  mars 2016

Yeah ! Buddies ! Enfilez vos chemises à carreaux et vos stetsons de paille ! Baptiste W. Hamon is in the place ! OudelaYioup ! Cet album est le premier de ce jeune Marty McFly chez ses aïeux : L’insouciance. De la guitare frisée et un accent texan à la langue ondulée, un frenchie à la Nouvelle Amsterdam, avant les marchés boursiers et les pétrodollars.

C’est intéressant de remarquer à chaque fois le nombre d’artistes qui tirent leurs premiers émois dans les vieux disques de leurs parents. Ce fut également le cas de Baptiste W. Hamon, initié à Barbara, Reggiani et Moustaki dans un tendre passé. Je lui soupçonne un sourcil froncé en plus des textes en français et d’une voix retenue dans la douceur, un peu timide derrière sa guitare et un regard perçant sous une tignasse rebelle. Un passionné.

Enregistré à Nashville, Tenessee, l’album respire la torpeur du climat, les éperons et les grands espaces. L’insouciance porte le rythme entraînant des danses collectives, en file ou en rond, par la main ou par les coudes, en riant et les cheveux au vent, hors du temps, comme si le souffle ne devait jamais finir.

Un hommage à Alan Seeger : "je pose une rime encore, je m’affaisse en silence, le tumulte reprend, c’est mon tour de perdre pied, mais la guerre brise les âmes et brûle les corps des poètes", mort dans la Somme pour la France, et un superbe titre à Van Zandt : "Quand j’avais 18 ans, j’avais 3 bons amis, on courrait dans la nuit, on se soulait de Whisky, l’un c’était Bobby, l’autre ma copine Maggie, le dernier c’était Van Zandt, aujourd’hui ya plus que lui, quand il parle des montagnes de son Colorado, je ne vois plus l’horizon comme un triste fardeau". Parce que les amis qui restent sont aussi les auteurs qui ont accompagné nos années.

Et l’amour, toujours l’amour, encore l’amour, au son des violons violents ou rougissants : "moi j’aime une fille, son nom c’est Joséphine, je prends sa main et danse dans le noir, elle cache des rimes tout au fond de mon lit, elle cache des larmes tout au fond d’un fou rire" ("Joséphine"). "Combien de larme on doit quand on ne sait pas aimer, je voudrai recommencer" ("Dieu que mon cœur est lent").

Des duos avec Will Oldham ("Comme la vie est belle"), Alma Forrer ("Peut-être que nous serons heureux"), et Caitlin Rose ("It’s been a while"), dans la plus belle tradition des duos texans, la petite voix qui fait écho à la grosse voix : "when I'm thinking of you I just wonder if you still want me". A se dire que l’amour a bien raison d’être pingre, il inspire de belles odes à sa recherche.

Le talent de Baptiste W. Hamon réside dans la maîtrise complète des instruments, il sait associer les mots, les sentiments et les sons de ses instruments. Et au-dessus des autres : le folkement violon versatile. L’instrument porte en lui la folie insouciante des bals populaires tout-nus-dans-les-bois et la sagesse d’une robe à poche qui laisse à peine entrevoir les chevilles.

Et l’insouciance dans tout ça ? Elle est partout, au détour d’une corde pincée, d’un mot murmuré, d’une réponse frissonnée, dans le violon qui s’emballe et le piano qui chantonne, derrière les mots de Baptiste W. Hamon, entre les promesses des instruments et les rimes de l’auteur. Ça donne envie de prendre une guitare et de se mettre à chanter à ceux qu’on aime qu’on les aime.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Soleil, soleil bleu de Baptiste W. Hamon
L'interview de Baptiste W. Hamon (mardi 23 février 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Baptiste W. Hamon
Le Bandcamp de Baptiste W. Hamon
Le Soundcloud de Baptiste W. Hamon
Le Facebook de Baptiste W. Hamon


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=