Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fashion Forward - Trois siècles de mode (1715-2016)
Musée des Arts décoratifs  (Paris)  Du 7 avril au 14 août 2016

En corrélation avec la trentième anniversaire de sa collection Arts de la mode, le Musée des Arts décoratifs propose avec "Fashion Forward" un voyage chronologique à travers trois siècles de mode de 1715 à 2016 conçu sous le commissariat de la conservatrice générale de ce département Pamela Golbin.

En l'espèce, et à défaut de tout vêtement de production courante, la mode est entendue non en termes de mode vestimentaire telle qu'elle se conçoit dans le cadre d'une histoire du vêtement, mais comme celle des élites sociales, vêtements d'apparat et d'exception destinés à l'aristocratie française du 18ème siècle, la bourgeoisie mondaine européenne du 19ème siècle et l'internationale des nouveaux riches du 20ème siècle.

Visuellement attractive, la monstration scénographiée par Jérôme Kaplan sous la direction artistique du chorégraphe anglais Christopher Wheeldon, lequel a réalisé avec les danseurs de l'Opéra de Paris un film jouant des codes de la danse classique pour évoquer les corps corsetés des fêtes galantes dont des extraits sont projetés en début de parcours, ressort au genre des expositions scénarisées ce qui sied à la futilité du sujet même si, en deçà, elle rend hommage aux savoir-faire des artisans du textile désormais englobés dans l'industrie du luxe.

Fashion Forward : l'art de vivre et du paraître des élites

L'exposition se décline en deux parties à l'approche quasi antinomique. Dans les galeries latérales côté Rivoli, la première, du 18ème siècle au milieu du 20ème siècle, inscrit le vêtement dans sa classique fonction sociale liée au cérémonial de Cour, propre à l'aristocratie de l'Ancien Régime et à la noblesse impériale, puis aux fastes de la grande bourgeoisie en quête d'instauration d'un nouvelle caste.

Les codes de la mode masculine, féminine et enfantine dans une contextualisation illustrative qui, cependant, ne tend pas à la mise en situation dans un intérieur reconstitué. Ce qui aurait pu être réalisé en puisant dans les collections de mobilier, arts de la table, peinture et sculptures de ce musée dédié aux beaux-arts appliqués.

En l'occurrence, avec, en regard, des vitrines comportant accessoires et bijoux dont des curiosités comme les plastrons en taffetas brodé surnommés "pièce d'estomac" et les boîtes à mouches en porcelaine, les vêtements, disposés sur des podiums, retracent des "moments de mode" avec en toile de fond boiseries, trumeaux et scènes pastorales ou des papiers peints panoramiques, notamment ceux de la Manufacture Zuber fondée en 1797 qui est toujours en activité.

Ainsi les modèles Directoire et Empire se promènent en bords de Seine devant la vue des monuments de Paris alors que la valse des crinolines se déroule de manière paradoxale dans le cadre paysager d'une nature exotique.

Le parcours comporte également des focus sur certains couturiers tels ceux consacrés à l'anglais Charles Frederick Worth, fournisseur de l'impératrice Eugènie et fondateur de la Haute Couture, et Jacques Doucet qui a fait fortune à la Belle Epoque. Dommage qu'un pendant ne soit pas consacré à Christian Dior et au "New Look" qui dans les années 1950 marque une rupture stylistique en parallèle avec la naissance du prêt-à porter qui va conduire à l'émergence des créateurs et stylistes qui contribuent au foisonnement de la mode contemporaine.

Cette section comporte de belles idées comme les créations de Paul Poiret qui, par un jeu de lumière, apparaissent derrière la reproduction sur tulle des dessins ad hoc réalisés par l'illustrateur Paul Iribe dans l'ouvrage-catalogue de commande intitulé "Les Robes de Paul Poiret" et, sur un escalier hélicoïdal miniature, les délicieuses poupées de mode créées par deux soeurs connues sous la signature Lafitte-Désirat.

Dans la Grande Nef, point d'orgue de l'exposition comme un final opératique, la seconde période, que la commissaire place sous le signe de la "Planète mode"', ne concerne que la mode féminine, et hors accessoires, des six dernières décennies globalisées..

Nonobstant la superbe scénographie, en forme de défilé sur de monumentaux escaliers hélicoïdaux blancs qui évoquent les figures impossibles de Escher, la présentation façon "pêle-mêle", si elle donne un aperçu de la diversité créatrice , manque de lisibilité à défaut d'en dégager les lignes novatrices.

Cela étant, la machine à rêve fonctionne et le visteur est emporté dans ce spectaculaire manège.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Petit avec l'aimable autorisation du Musée des Arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=