Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je suis Fassbinder
Théâtre de la Colline  (Paris)  mai 2016

Comédie dramatique de Falk Richter, mise en scène Stanislas Nordey et Falk Richter, avec Thomas Gonzalez, Judith Henry, Éloïse Mignon, Stanislas Nordey et Laurent Sauvage.

Comparaison est-elle raison ? Dans "Je suis Fassbinder", Falk Richter entend comparer la situation décrite dans le sketch tourné par Fassbinder dans le film collectif "Un Allemagne en automne" (1978) avec ce qui se passe aujourd'hui en Allemagne réunifiée sur la question des migrants.

Tout commence par une reconstitution plutôt amusante de la scène du film entre Rainer Werner Fassbinder et sa "vraie" mère, cette fois entre Stanislas Nordey et son complice Laurence Sauvage. Nordey joue "Rainer" et Sauvage sa "mère".

Dans l'extrait choisi, Falk Richter ne situe pas le contexte de 1977, celui de la RFA en pleine lutte contre ses démons à la suite du "suicide" contestée des principaux membres de la Bande à Baader dans leur prison de Steinheim suivie, en rétorsion, de l'assassinat du patron des patrons allemands, Hans Martin Schleyer, au passé douteux.

Dès lors, quand il extrapole avec aujourd'hui et la remontée supposée du "fascisme", sans tenir compte des conditions socio-économiques et géopolitiques différentes, on peut lui reprocher un certain manichéisme, rendue encore plus voyant dans la traduction française avec l'irruption des deux mots magiques pour ceux qui sont sur cette ligne : "Le" et "Pen"

Si la pièce est plutôt plaisante dans son côté "hommage" à Fassbinder, avec notamment de jolis intermèdes très fassbindériens chantés par Thomas Gonzalez, un singulier moment où les cinq protagonistes sont en longue robe verte en train d'interpréter le même monologue de Petra Van Kant, on est moins convaincu par le passage où Judith Henry est métaphoriquement "l'Europe des 28" et par la tirade finale de Stanislas Norday.

Entre Chaplin dans son discours du "Dictateur" et le "Moi président" de François Hollande, Nordey délivre une parole qu'on pourrait qualifier de "gauche sociétale" , où l'accent est porté sur la xénophobie, l'homophobie et le sexisme, pour oublier totalement la dimension sociale, voire même à la rejeter dans le "populisme" honni. Il y considère la démocratie libérale comme le "moins pire des systèmes", bien loin de l'anarchisme révolutionnaire qui caractérisait Fassbinder.

S'il fournit ce qu'il désire à un public acquis, on se demandera s'il n'y a pas une déontologie du théâtre public, qui l'obligerait à une certaine réserve, du moins à ne pas s'acharner sur une bonne moitié des électeurs-contribuables au nom d'une conscience citoyenne prétendument éclairée. On aimerait qu'il essaie de convaincre artistiquement les "méchants populistes", au lieu de les rejeter commodément dans les bras de la dite "bête immonde".

Avec sa barbichette et sa tenue tout en noir, Nordey croit jouer "Rainer". On a plutôt l'impression qu'il est "Jean-Pierre" (Mocky) dans "Le Mari de Léon". Quitte à jouer un réalisateur de cinéma, ce qu'il fait pour la première fois, on lui conseillerait de choisir l'auteur d' "Y a-t-il un Français dans la salle" ou d' "Une nuit à l'Assemblée nationale" qui sont, finalement, des films plus dans le sens de l'Histoire actuelle que "L'Allemagne en automne", "home movie" viscéral, mais anecdotique de Fassbinder.

Reste que ce retour à un théâtre politique, prêtant forcément le flanc à beaucoup de critiques de fond, n'est pas inintéressant dans ses excès et dans ses questionnements.

Par ailleurs, on n'est pas mécontent de voir sur des écrans vidéos quelques moments de l'oeuvre du plus grand cinéaste allemand de l'Allemagne post-hitlérienne avec Werner Herzog.

Comme "L'âme rongée par des foutues idées" de Guillaume Lambert, "Je suis Fassbinder" de Falk Richter restera comme une date dans l'effervescence de 2016, productrice à coup sûr d'un certain nombre d'idées qui vont désormais traverser le 21ème siècle.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=