Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je suis Fassbinder
Théâtre de la Colline  (Paris)  mai 2016

Comédie dramatique de Falk Richter, mise en scène Stanislas Nordey et Falk Richter, avec Thomas Gonzalez, Judith Henry, Éloïse Mignon, Stanislas Nordey et Laurent Sauvage.

Comparaison est-elle raison ? Dans "Je suis Fassbinder", Falk Richter entend comparer la situation décrite dans le sketch tourné par Fassbinder dans le film collectif "Un Allemagne en automne" (1978) avec ce qui se passe aujourd'hui en Allemagne réunifiée sur la question des migrants.

Tout commence par une reconstitution plutôt amusante de la scène du film entre Rainer Werner Fassbinder et sa "vraie" mère, cette fois entre Stanislas Nordey et son complice Laurence Sauvage. Nordey joue "Rainer" et Sauvage sa "mère".

Dans l'extrait choisi, Falk Richter ne situe pas le contexte de 1977, celui de la RFA en pleine lutte contre ses démons à la suite du "suicide" contestée des principaux membres de la Bande à Baader dans leur prison de Steinheim suivie, en rétorsion, de l'assassinat du patron des patrons allemands, Hans Martin Schleyer, au passé douteux.

Dès lors, quand il extrapole avec aujourd'hui et la remontée supposée du "fascisme", sans tenir compte des conditions socio-économiques et géopolitiques différentes, on peut lui reprocher un certain manichéisme, rendue encore plus voyant dans la traduction française avec l'irruption des deux mots magiques pour ceux qui sont sur cette ligne : "Le" et "Pen"

Si la pièce est plutôt plaisante dans son côté "hommage" à Fassbinder, avec notamment de jolis intermèdes très fassbindériens chantés par Thomas Gonzalez, un singulier moment où les cinq protagonistes sont en longue robe verte en train d'interpréter le même monologue de Petra Van Kant, on est moins convaincu par le passage où Judith Henry est métaphoriquement "l'Europe des 28" et par la tirade finale de Stanislas Norday.

Entre Chaplin dans son discours du "Dictateur" et le "Moi président" de François Hollande, Nordey délivre une parole qu'on pourrait qualifier de "gauche sociétale" , où l'accent est porté sur la xénophobie, l'homophobie et le sexisme, pour oublier totalement la dimension sociale, voire même à la rejeter dans le "populisme" honni. Il y considère la démocratie libérale comme le "moins pire des systèmes", bien loin de l'anarchisme révolutionnaire qui caractérisait Fassbinder.

S'il fournit ce qu'il désire à un public acquis, on se demandera s'il n'y a pas une déontologie du théâtre public, qui l'obligerait à une certaine réserve, du moins à ne pas s'acharner sur une bonne moitié des électeurs-contribuables au nom d'une conscience citoyenne prétendument éclairée. On aimerait qu'il essaie de convaincre artistiquement les "méchants populistes", au lieu de les rejeter commodément dans les bras de la dite "bête immonde".

Avec sa barbichette et sa tenue tout en noir, Nordey croit jouer "Rainer". On a plutôt l'impression qu'il est "Jean-Pierre" (Mocky) dans "Le Mari de Léon". Quitte à jouer un réalisateur de cinéma, ce qu'il fait pour la première fois, on lui conseillerait de choisir l'auteur d' "Y a-t-il un Français dans la salle" ou d' "Une nuit à l'Assemblée nationale" qui sont, finalement, des films plus dans le sens de l'Histoire actuelle que "L'Allemagne en automne", "home movie" viscéral, mais anecdotique de Fassbinder.

Reste que ce retour à un théâtre politique, prêtant forcément le flanc à beaucoup de critiques de fond, n'est pas inintéressant dans ses excès et dans ses questionnements.

Par ailleurs, on n'est pas mécontent de voir sur des écrans vidéos quelques moments de l'oeuvre du plus grand cinéaste allemand de l'Allemagne post-hitlérienne avec Werner Herzog.

Comme "L'âme rongée par des foutues idées" de Guillaume Lambert, "Je suis Fassbinder" de Falk Richter restera comme une date dans l'effervescence de 2016, productrice à coup sûr d'un certain nombre d'idées qui vont désormais traverser le 21ème siècle.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 avril 2024 : Des beaux disques, des beaux spectacles, une belle semaine

On fait le plein de découvertes cette semaine avec des tas de choses très différentes mais toujours passionnantes. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Génération (tome 1)" de Ambre
"Out" de Fishtalk
"Take a look at the sea" de Fontanarosa
"Venus rising" de Trio SR9 & Kyrie Kristmanson
"Perpétuel" de Vesperine
"Liminal status" de Watertank
"The great calm" de Whispering Sons
"Keep it simple" de Yann Jankielewicz , Josh Dion & Jason Lindner
Quelques nouveautés en clips avec Isolation, Resto Basket, Greyborn, Bad Juice, Last Temptation, One Rusty Band, We Hate You Please Die
nouvel épisode du Morceau Caché, consacré à Portishead
et toujours :
"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch

"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard

Au théâtre :

les nouveautés :

"Sonate d'automne" au Théâtre Studio Hébertot
"Frida" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

"Preuve d'amour" au Théâtre du Guichet Montparnasse
"Après les ruines" au théâtre La Comète de Chalons En Champagne
"Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?" au Théâtre du Guichet Montparnasse
"Royan, la professeure de français" au Théâtre de Paris
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
zt toujours :
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=