Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Madeleine, l'amour secret du poète
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  mai 2016

Textes de Guillaume Apollinaire et Madeleine Pagès dits par Alexandrine Serre et Pierre Jacquemont.

Ça ne pourrait être qu'une lecture pour admirateurs fervents de Guillaume Apollinaire des "Lettres à Madeleine", qu'eux seuls connaissent, eux qui n'ignorent rien de la belle figure de Madeleine Pagès et qui ont en tête les quelques vers que le poète lui a adressés.

Mais, derrière leur lutrin, assis l'un à côté de l'autre et lisant leurs textes sans jamais se regarder, avec la ferveur fièvreuse de quelqu'un qui les lirait pour la première fois, Alexandrine Serre et Pierre Jacquemont sont totalement Madeleine et Guillaume.

C'est une simple histoire que cette histoire-là ! Du moins de la manière dont la retranscrit Madeleine, des années après son accomplissement malheureux.

Tout débute comme dans un conte d'amour fou. Dans un Nice-Marseille de courte distance mais propice aux rencontres extraordinaires. On est en 1915, le 2 janvier précisément, et le permissionnaire Apollinaire a quitté Lou pour rejoindre à nouveau son poste. Quant à Madeleine est s'apprête à repartir pour Oran et à prendre le bateau à Marseille.

En quelques minutes d'un compartiment commun, naît donc des amours peu communes. Le poète-militaire a de la prestance et la jeune femme bientôt professeur voyage avec une soif de vivre communicative et possède sans s'en vanter l'intelligence des femmes vives et libres.

D'abord par cartes postales, puis par lettres de plus en plus enflammées, Apollinaire s'exalte dans ses mots et dans ses sentiments. Ne rêve-t-il pas de se fiancer, voire de se marier avec cette brunette ravissante ?

Les atroces lueurs des tirs
Ajoutent leur clarté soudaine
A tes beaux yeux ô Madeleine

Les deux amants virtuels se retrouveront une seule et dernière fois, lors d'une autre permission de Guillaume en décembre 2015 qui viendra passer quinze jours à Oran chez Madeleine. Apogée de leur belle et brève histoire, ces retrouvailles n'auront hélas pas de suite. Dès son retour au front, Apollinaire, qui a eu l'idée saugrenue de quitter l'artillerie pour l'infanterie, mille fois plus dangereuse, reçoit, le 17 mars 2016, l'éclat d'obus à la tempe qui va changer son destin.

A commencer par sa relation avec Madeleine. Les lettres s'espacent, deviennent distantes. Le tutoiement cesse. Quelque chose s'est cassée dans l'âme du poète. Pressent-il sa fin ou se sait-il déjà diminué ? Toujours est-il que Madeleine est sans nouvelles du convalescent. Et pourtant, comme elle les a attendus, ces mots de la voix chère qui s'est volontairement tue.

On l'entend, admirable de retenue, dans ses textes à elles, ceux souvent inédits qu'Alexandrine Serre dit avec son beau talent jusqu'à en avoir la gorge serrée, jusqu'à s'autoriser, sans que le public n'y voit d'inconvénients, à se laisser envahir par les sanglots et les larmes.

Pierre Jacquemont n'est pas en reste et lui rend la pareille. On sent qu'il aimerait changer le cours irrémédiable des choses, mais les faits sont têtus même pour les poètes...

Pendant plus d'une heure et vingt minutes, dans ce dispositif de simple lecture et sans aucun autre vecteur que leurs voix, Pierre Jacquemont et Alexandrine Serre captivent toute l'assistance. Les fins connaisseurs du poète, comme les simples curieux qui en ignoraient tout, seront saisis par la même émotion.

Avec "Madeleine, l'amour secret du poète", les deux comédiens auront réussi l'exploit de transformer une proposition vraiment minimaliste en un pur moment de grâce.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 janvier 2022 : Cultivons notre culture

C'est important de rester ouvert et curieux. Voici notre nouvelle sélection culturelle pour vous apporter quelques belles choses à découvrir encore cette semaine ! C'est parti.

Du côté de la musique :

"Bach, Brouwer : Canciones" de Andreas Scholl & Edin Karamazov
"Lighting concept" de Archi Deep
"Issue" de Bipolar Club
"Things take time, take time" de Courtney Barnett
"A l'americaine" de Imparfait
"La sélection de Carim Clasmann de PSAPP volet 2" par Listen In Bed
"Poussière d'or" de Manu
"Landscapes unchanged" de Mewn
"Onze heures onze orchestra volume 4" de Onze Heures Onze Orchestra
"Concerto n2 for violoncello and symphony orchestra, hommage à Oskar Dawicki" de Pawel Mykietyn
et toujours :
"La mémoire du feu" de Ez3kiel
"And the city woke up alone" de Sol Hess & The Boom Boom Doom Revue
"Deux" de Aldorande
"Ysaye : Six sonates pour violon op.27" de David Grimal
"Too fare gone" de Dead Chic
"Live from Salzburg" de Elina Garanca & Christian Thielmann
"L'âme des poetes" de Guillaume de Chassy
"How I long" 8eme mix de cette 3eme saison de Listen In Bed
"Musica imperialis" de Martin Haselböck & Orchester Wiener Akademie
"Factory" de No Money Kids
"II" de Octantrion
"Hope" de Six Ring Circus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Pierre" au Théâtre de Belleville
"Pôles" au Studio Hébertot
"Pas de deux" au Théâtre La Croisée des Chemins/Belleville
"La Promesse de l'aube" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Image" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Bons Becs - Big Bang"à L'Alhambra
les reprises :
"Le Roi des pâquerettes" au Théâtre Le Lucernaire
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Fantaisies pour un palais" au Chäteau de Rambouillet
"Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité" au Musée des Arts Décoratifs
dernière ligne droite pour :
"Iya Répine - Peindre l'âme russe" au Petit Palais
"Botticelli - Artiste et designer" au Musée Jacquemart-André
"Jean-Jacques Henner - La Chair et l'Idéal" au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"The Chef" de Philip Barantini
en streaming gratuit avec :
"TwentyNine Palms" de Raoul Ruiz
"Trois vies et une seule mort" d'Arnaud Desplechin
"La sentinelle" de Arnaud Desplechin
le cinéma de Nuri Bilge Ceylan en 5 films

Lecture avec :

"Début de siècles" de Arnaud Cathrine
"En hiver" de Karl Ove Knausgaard
"Il y aurait la petite histoire" de Elsa Jonquet-Kornberg
"Légère" de Marie Claes
"Respire" de Niko Tackian
"Sucre amer" de Avni Doshi
et toujours :
"Kharkov 1942" de Jean Lopez
"La révolution n'est pas terminée" de Jean Clément Martin
"Laicité, un principe" de Eric Anceau
"Les enchanteurs" de Geneviève Brisac
"Portrait du baron d'Handrax" de Bernard Quiriny

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=