Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Panthère noire
Ian Merrick  mai 2016

Réalisé par Ian Merrick. Grande-Bretagne. Thriller. 1h40 (Première sortie 1977 - Sortie 13 juillet 2016). Avec Donald Sumpter, Debbie Farrington, Marjorie Yates, Sylvia O' Donnell, Andrew Burt et Alison Key.

Au moment où Cannes déverse ses films Kleenex, l'événement cinématographique majeur est à chercher du côté des DVD avec la sortie de "La Panthère noire" (The Black Panther) de Ian Merrick.

Ce film anglais est vraiment un quasi inédit puisque, depuis sa sortie en 1977, il n'a fait l'objet d'aucune attention. Même un spécialiste reconnu comme François Guérif, que l'on retrouvera dans un bonus éclairant, en ignorait tout.

Il faut dire qu'à sa sortie anglaise, le film fut très mal accueilli et très vite retiré des écrans, car, traitant d'un enlèvement qui avait choqué le Royaume-Uni, il fut interdit de diffusion dans beaucoup de grandes villes. On lui reprochait de vouloir profiter de ce fait-divers crapoteux qui s'était terminé par la mort insoutenable de la jeune victime.

En découvrant "La Panthère noire" de Ian Merrick, on comprend très vite que ses accusations étaient abusives et que c'est surtout la forme très sèche du film, son côté sombre et sans concession dans la description du mal qui a choqué l'époque.

Écrit avec Michael Armstrong, scénariste d'une vingtaine de films d'horreur, et réalisateur lui-même de films du genre, l'oeuvre de Ian Merrick est en effet très proche de l'esthétique des films d'horreur anglais tournés en grand nombre dans les années soixante et soixante-dix.

Dans son film, Merrick décrit soigneusement la médiocrité de son personnage, l'insère dans un cadre familial qui pourrait servir de base à un film social de Ken Loach. Parallèlement, il s'attache méticuleusement à ses activités nocturnes, lui fait traverser des paysages boueux et sordides avec comme point culminant ces couloirs d’égout et cette espèce de puits où il installe sa victime ligotée au-dessus d'une mare d'eau croupissante.

Peu loquace, tyrannique avec sa femme et sa fille, Donald Nielson, ancien militaire converti aux braquages sans envergure, qu'il pratique salement, est un personnage que Donald Sumpter, immense acteur que l'on peut voir encore aujourd'hui apparaître dans "Games of Thrones" ou "Millenium", sait rendre totalement antipathique sous ses airs d'anglais moyen à casquette. Dans sa double-vie, rien n'est à son avantage.

Quand il joue le jour les pré-Rambo en treillis militaire dans les bois, c'est pour finir par dépecer un lièvre. Quand il se transforme en bandit masqué, c'est pour dévaliser des épiceries de village ou des bureaux de poste campagnard.

Sur le visage de Sumpter ne se lit aucun plaisir, même dans le crime, car ce qu'il prépare avec un soin méthodique chez lui finit irrémédiablement dans la confusion et la violence.

Celui qui écrase une larme devant sa télévision en regardant une série à l'eau-de-rose, n'a guère de pitié pour la jeune fille qu'il emprisonne dans des conditions odieuses avant de la supprimer. Si l'angoisse et la peur l'habitent constamment, on n'éprouve pour lui aucun véritable sentiment de compassion.

Quand s'achève "La Panthère noire" de Ian Merrick, il est dit qu'il purge une peine de prison à vie. Pour celui qui ignore que la peine de mort était déjà supprimée en Grande-Bretagne à l'époque de ses méfaits, c'est une nouvelle douche froide. Car, même si on est un farouche opposant de la peine capitale, on souhaite inconsciemment qu'il ne survive pas à tant d'horreurs.

Que Ian Merrick ne s'arrange pas pour le supprimer symboliquement, même si le sort du vrai Donald Nielson a été la mort carcérale après 38 ans d'enfermement, rajoute à l'effet terrorisant de son film.

Quasi documentaire, d'une force brute imparable, "La Panthère noire" de Ian Merrick est désormais sorti du purgatoire des grands films maudits. Peu de chance qu'on l'oublie quand on l'aura vu. Au contraire, ce sera une source de questionnement pour tous les humanistes que cette plongée dans la banalité vertigineuse du mal.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=