Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sarah Blasko
Interview  (Les Etoiles, Paris)  mercredi 4 mai 2016

Sarah Blasko avait terminé la tournée australienne, qui lui permettait de présenter son nouvel opus Eternal Return, trois jours auparavant. Elle avait pris l'avion, était arrivé à Paris la veille. On s'attendait à la trouver un peu fatiguée, or c'est une jeune femme en pleine forme, épanouie, sympathique et drôle qu'on retrouvait de bon matin, rue des Petites Ecuries, pour discuter de son déjà sixième album. Récemment mariée et maman d'un petit garçon, la star australienne, dont les trois premiers albums ont été disques de platine dans son pays, nous parlait de cette nouvelle vie et de cette nouvelle source d'inspiration.

L'amour et la joie sont-ils de bons sujets sur lesquels écrire ?

Sarah Blasko : Je ne sais pas. Ce n'est pas comme si j'avais exploité intentionnellement ces sujets, comme si je m'étais forcée à écrire un album là-dessus. Mes textes sont sortis de manière très libre. J'ai simplement écrit Eternal Return à propos de ce qui se passait dans ma vie à ce moment-là. Mes précédents album étaient plus inspirés par la tristesse et les difficultés que je rencontrais dans la vie. C'était agréable cette fois-ci d'écrire dans un esprit positif et qui allait de l'avant. C'était facile. Je ne sais pas néanmoins si ce sont de bons sujets.

La production d'Eternal Return est différente des précédents, plus pop, avec une voix qui monte plus haut dans les aiguës. Ceci a-t-il été pensé en amont de l'enregistrement, ou est-ce le fruit du travail en studio ?

Sarah Blasko : Lorsque j'ai réalisé que toutes les chansons que j'écrivais étaient des love songs - ou du moins la plupart -, j'ai pensé qu'un disque pop s'imposait. Au regard des sujets que j'aborde dans le disque, le traitement pop me semblait évident. J'ai écrit les chansons chez moi, avec mes machines. Le traitement pop existait donc déjà sur les maquettes.

Maintenant vous vivez en famille avec un enfant. Cela a-t-il modifié votre manière de travailler, en studio ou en tournée ?

Sarah Blasko : Pour l'instant, je ne peux pas encore vraiment répondre. Mon bébé a dix mois. J'ai écrit et enregistré avant mon accouchement. J'ai fait quelques dates en Australie durant lesquelles mon mari et mon enfant m'ont accompagnée. C'est vrai que ça a été une période de grands bouleversements dans ma vie, un mariage, une naissance, un déménagement... Contrairement à ce que les gens peuvent penser, c'est le déménagement qui a été le plus stressant (rires). Bien entendu, tous ces changements dans ma vie entraînent des modifications dans toute la manière dont je m'organise au quotidien. Mais, par rapport à mon activité artistique, le mieux serait qu'on en reparle pour la sortie du prochain album, parce que rien de tout cela ne m'était encore arrivé lorsque je travaillais sur Eternal Return.

Vous êtes une artiste populaire en Australie, mais votre succès est plus confidentiel en Europe. Quels sont les bons points de ces deux configurations ?

Sarah Blasko : J'aime jouer. Quels que soient le public et l'endroit. La scène est là où je me sens le mieux. J'aime le travail de studio, mais le live c'est vraiment quelque chose de spécial. Je suis prête à jouer n'importe où s'il y a une demande. La taille de la salle où je joue m'importe peu. C'est plus l'énergie que renvoie le public qui est important. Mieux vaut un public passionné ou qui comprend ma musique, qu'un public nombreux, quel que soit l'endroit du globe.

Pourtant, vous avez dû annuler quelques dates de la tournée européenne.

Sarah Blasko : En effet. Pour être honnête, la décision est juste financière. C'est difficile de venir d'Australie pour une tournée, les coûts sont importants. La plupart des artistes ne peuvent le faire que parce qu'ils bénéficient d'une aide gouvernementale. Or, cette fois, ma demande d'aide n'a pas abouti, et il nous a fallu réduire le nombre de dates en Europe. J'espère néanmoins pouvoir revenir plus tard dans l'année.

Cela signifie-t-il aussi que le spectacle en Australie et en Europe est différent ?

Sarah Blasko : J'ai tourné en Australie accompagnée de six musiciens, mais il n'y aura que cinq musiciens avec moi pour les spectacles européens. Et trois de ces musiciens vivent à Londres.

Donc, le fait d'avoir vécu à Brighton vous aide.

Sarah Blasko : Oui, ça m'est encore très utile aujourd’hui. (rires)

Ce long séjour à Brighton, en Angleterre, a-t-il été une expérience qui a encore une influence sur votre écriture ?

Sarah Blasko : Oui. Je n'avais jamais vécu toute seule, hors d'Australie, à l'étranger auparavant. Certes pour un australien, la Grande-Bretagne n'est presque pas l'étranger, parce qu'il y a beaucoup de points communs en terme de culture. Mais c'était quand même très loin de la maison pour moi. Alors, oui, je me souviendrai toujours de cette année-là, parce que j'étais seule dans ma chambre.

De ma fenêtre, je voyais la mer, et surtout j'entendais le cri des mouettes, très présent, très fort. C'est un son triste. Parfois, j'écoute des démos enregistrées à ce moment-là et j'entends encore le bruit des mouettes en arrière-fond. Cela me ramène tout de suite à Brighton.

Ça a été une période plutôt difficile, mais avec des moments merveilleux aussi. Je ne connaissais personne, mais l'endroit était agréable et les gens sympathiques. Aujourd'hui, lorsque je pense à cette période, je trouve ma vie bien plus facile et douce.

Mais à Brighton, j'avais la liberté de faire ce que je voulais quand je le voulais. J'allais au pub, ou je me mettais à mon piano pendant des heures pour composer. Aujourd'hui, je ne peux plus me libérer que quelques fenêtres de temps pour moi dans la journée.

Vous avez vu Prince lors de sa dernière tournée, seul au piano, lorsqu'il est passé à l'Opéra de Sydney. Quel souvenir en gardez-vous ?

Sarah Blasko : Ce dont je me souviens en premier, c'est de son sens de l'humour. C'était un spectacle très drôle, plein d'énergie même s'il était seul au piano. C'est aussi le concert le plus cher auquel j'ai assisté. Je me demandais, à cause du prix, si j'allais y aller, mais comme je ne l'avais jamais vu, j'ai fait l'effort d'y aller. Aujourd'hui, je ne le regrette pas, et je suis même chanceuse d'avoir pu assister à un des ses spectacles. Ça a été inspirant pour la manière dont il abordait la scène. Il commençait les accords d'un morceau très connu, comme "Diamonds & Pearls" puis enchaînait avec une autre chanson. Il jouait vraiment avec le public. Il était bourré de talent.

La dernière question est essentiellement pour moi. Je me demandais pourquoi, pour votre album précédent, vous aviez joué en première partie de Peter Björn & John au Point Éphémère, alors que vous jouiez dans une autre salle parisienne, plus importante, trois semaines plus tard ?

Sarah Blasko : En effet, c'était au Café de la Danse. Je ne sais pas vraiment non plus. Ce sont des amis et nous avions joué ensemble dans d'autres villes. Mais je suis d'accord, que pour ma tournée, cela ne relevait pas d'une grande logique (rires).

Retrouvez Sarah Blasko
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album As day follows night de Sarah Blasko
Sarah Blasko en concert au Point Ephémère (samedi 9 avril 2011)
Sarah Blasko en concert aux Etoiles (jeudi 19 mai 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Sarah Blasko
Le Soundcloud de Sarah Blasko
Le Facebook de Sarah Blasko

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Sarah Blasko (4 mai 2016)


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=