Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Invitation au château
Théâtre Le Funambule-Montmartre  (Paris)  mai 2016

Comédie de Jean Anouilh, mise en scène de Charlène Lauer, avec Alexan Bidou, Florine Celestin, Charlène Lauer, Elisa Ollier, David Pfender et Aymeric Poidevin.

S’il est bien une pièce de Jean Anouilh qui est rarement montée, c’est "L’Invitation au château" en raison notamment de sa longueur et du nombre important de personnages.

Elle fût notamment controversée à sa création en 1947 par le portrait peu flatteur que l’auteur faisait d’un puissant industriel juif et sa fille ce qui, dans la France de l’immédiat après-guerre, avait de quoi choquer et donna lieu à des coupes lors des représentations suivantes. A noter également que ce fût également la seule pièce jouée par Brigitte Bardot.

La Compagnie Oxygène a résolu certains problèmes comme de raccourcir (avec l’accord de la fille de l’auteur) la pièce en une version très réussie d’une heure trente, en faisant jouer les dix personnages restant dans cette version par les six comédiens de la troupe. C’est déjà un bel exploit.

Tout commence dans ce château de province quant un des deux frères jumeaux Frédéric doit épouser Diana, amoureuse d’Horace mais qui a dû se rabattre sur son frère. Pendant ce temps, Horace lui, pour se divertir, manigance une diabolique machination…

Sous l’impulsion de Charlène Lauer à la mise en scène, la jeune compagnie enchaîne avec une vraie maturité, de l’énergie et du savoir-faire les différents tableaux à un rythme soutenu. Certes, les effets sont quelquefois un peu appuyés par-ci, par-là mais ce n’est vraiment pas grand-chose et l’ensemble est de très belle facture, donnant au texte splendide d’Anouilh sur les apparences et la vanité, toute la verve et l’ardeur nécessaires pour ne pas perdre le spectateur en route une seule seconde.

On suit avec intérêt, en s’attachant vite aux personnages, cette soirée au château pleine de rebondissements. Les comédiens ne relâchent jamais leurs efforts et réalisent la performance de redynamiser un texte parfois légèrement bavard (comme souvent chez Anouilh). Pas d’ennui donc et un spectacle mené tambour battant par des comédiens vraiment épatants.

Florine Célestin montre à la fois son abattage en pauvre petite fille riche et arrogante (Diana), tout comme elle est sensationnelle de drôlerie en Lady India. Elisa Ollier est une cocasse Madame Desmermortes, caustique et rusée. Aymeric Poidevin joue avec générosité plusieurs personnages, dont le pleutre Romainville avec brio.

Alexan Bidou est étonnant de puissance et de complexité dans le rôle de Messerschmann, réussissant une remarquable composition. Dans le (double) rôle le plus difficile (créé par Michel Bouquet), David Pfender parvient sans accroc à passer du timide et bon Frédéric au cynique et machiavélique Horace dans la scène suivante. Une bien belle performance.

Enfin, Charlène Lauer est absolument magnifique en Isabelle, démontrant avec sensibilité, précision et tempérament tout son talent. Une inoubliable prestation et l’éclosion d’une future grande comédienne.

Toute la noirceur et le style de Jean Anouilh sont admirablement mis en valeur par cette valeureuse jeune troupe qui nous ravit pendant une heure trente. C’est tellement rare que ça mérite d’être souligné.

N’hésitez donc pas à passer les grilles du château pour une pièce de grande qualité qui augure de bien belles choses pour la dynamique Compagnie Oxygène !

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=