Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Système Ribadier
La Pépinière Théâtre  (Paris)  mai 2016

Comédie de Georges Feydeau, mise en scène de Jean-Philippe Vidal, avec Hélène Babu, Gauthier Baillot (ou Arnaud Simon), Ludmilla Dabo, Pierre Gérard, Romain Lagarde et Pierre-Benoist Varoclier (ou Nathan Gabily).

Après avoir été longtemps considérée comme une pièce de second ordre, "Le Système Ribadier" de Georges Feydeau connaît de nouveau les faveurs des metteurs en scène.

Jean-Philippe Vidal qui l'a montée une première fois en 2012 au Théâtre de l'Ouest Parisien a contribué à ce renouveau. La reprise, cette saison, de sa version du "Système Ribadier" devrait encore permettre de faire croître la réputation d'une œuvre d'une grande limpidité et d'une grande efficacité.

En effet, ce qui surprend d'abord dans "Le Système Ribadier", c'est qu'il s'agit d'un récit linéaire qui, à l'inverse des œuvres les plus célèbres de Feydeau, ne part pas dans tous les sens, se concentre sur quelques personnages et réussit avec peu d'éléments à déclencher une franche hilarité.

Angèle, veuve de Robineau, a épousé Ribadier. Ayant découvert que son premier époux la trompait joyeusement et consignait ses frasques dans un carnet, elle fait preuve d'une jalousie absolue envers le second. Celui-ci se dit irréprochable...

Mais, en fait, il a une "combine imparable", celle qui donne le titre à la pièce et qu'on ne révèlera pas. Toujours est-il qu'Angèle va percer ce "Système Ribadier" et qu'en une heure et demie endiablée, le spectateur le plus rétif au rire connaîtra des spasmes qui lui étaient inconnus.

Pour qu'une pièce d'une grande drôlerie devienne aussi irrésistible que dans la version présentée par Jean-Philippe Vidal, il faut un metteur en scène qui, à son image, sache avec son collaborateur artistique Denis Loubaton, prendre des risques pas si évidents qu'il n'y paraît. D'abord, il ne faut pas surcharger la scène.

De part et d'autre du plateau, deux portes blanches s'ouvrent et se ferment sans déboucher sur un décor. Quand on parle d'une fenêtre ouverte, elle est totalement imaginaire.

Reste simplement, en fond de scène, à placer un immense "portrait vidéo" de Robineau conçu par Damien Villière, qui évolue subtilement en fonction des circonstances, et deux fauteuils qui accueilleront Angèle à des moments-clés où Ribadier mettra en branle son système.

Ensuite, il faut une équipe homogène d'acteurs tous terrains, des athlètes capables comme Pierre Gérard de porter Hélène Babu, qui, de son côté, sait se figer en "statue" pendant plusieurs minutes. Gauthier Baillot, Romain Lagarde, Ludmilla Dabo et Pierre-Benoist Varoclier complètent avantageusement la distribution.

Au passage, on félicitera Jean-Philippe Vidal d'avoir eu l'idée "moderne" d'un couple interracial de domestiques, ce qui dépoussière cet aspect parfois suranné des vaudevilles de la fin du 19ème siècle. En soubrette mutine, Ludmilla Dabo ajoute une petit note personnelle charmante à son personnage.

Restait pour que ce "Système Ribadier" fasse date à ne jamais lui faire vivre des temps morts. Ici, tout est pensé pour que le rythme soit constant et que le rire ne faiblisse jamais.

Sans chercher à être voyante, mais en cumulant les bons choix qui dénotent un excellent esprit, la mise en scène de Jean-Philippe Vidal est un régal au service d'un Feydeau inégalable qu'il ne faut pas manquer.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=