Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mises en Capsules 2016 : Peplum, une histoire vraie - Acteur 2.0 - La main de Leïla - Un dimanche après Drucker - Conférence et goûter surprise
Ciné 13 Théâtre  (Paris)  mai 2016

Peplum, une histoire vraie
Comédie de Guillaume Clerice et Bastien Bernini, mise en scène de Benjamin Gauthier, avec Guillaume Clerice, Bastien Bernini, Mathilde Roehrich et Thomas Arnaud.

Entre "Spartacus" et "Ben Hur", un dandy moderne rêve d'un monde romanisé, où la toge remplacerait le costume-cravate. Mais l'habit ne fait pas le prêtre et, avant et après JC, les apparences continuent d'être trompeuses.

"Peplum, une histoire vraie" est une fantaisie sans prétention, bien écrite et latinement correcte. En trente minutes, elle trouve la durée idéale qui cadre avec l'extrême légèreté de son sujet.

L'occasion pour la petite troupe qui la crée d'amuser sans méchanceté. On peut l'assurer aucun animal sauvage et aucun chrétien n'y sera victime des Jeux du Cirque.

Acteur 2.0
Monologue dramatique écrit et mis en scène par Jean-Christophe Dollé et Clotilde Morgiève interprété par Félicien Juttner
.

Félix se présente comme un acteur qui n'a cessé de dégringoler. Des premiers rôles aux derniers, le voilà désormais contraint de "travailler". Mais dans le magasin d'électroménager où il échoue comme démonstrateur, un autre lui-même, plus arrogant, plus sûr de lui, plus mâchoires serrées, se met en travers de son chemin... virtuel

Car, c'est dans un écran de télé qu'il se fait face, et que le dialogue avec son double prend des proportions épiques... et métaphysiques. Le double numérique sera-t-il bientôt le maître de son "humain" ?

"Acteur 2.0" permet à Félicien Juttner de déployer tous ses talents de comédien, qui n'ont rien à voir avec ceux de Félix. La "machine" dans lequel est insérée l'écran est pleine de ressources et propice à quelques gags bien trouvés.

Une fantaisie qui sait s'écarter des allers-retours prévisibles entre Félix et sa projection diablement collante.

La Main de Leïla
Comédie dramatique de Aïda Asgharzadeh et Kamel Isker, mise en scène de Régis Vallée, avec Aïda Asgharzadeh, Kamel Isker et Azize Kabouche.

Ambiance algéroise et cinématographique dans cette version des "Mille et une Nuits" où Schéhérazade s'appelle Samir et le Sultan Leïla, et dans laquelle Samir raconte chaque nuit un film hollywoodien à Leïla.

"La Main de Leïla" se présente comme un extrait d'une œuvre plus longue et c'est donc avec un délicieux sentiment de frustration qu'elle s'achève pour l'instant... Heureusement, précédemment, on aura été emporté dans un univers fantasmagorique où, par le simple récit de Samir racontant le film de Michae Curtiz, on sera à l'intérieur de "Casablanca", pellicule où Humphrey Bogart tient une boîte très courue.

Volontairement typés les personnages ont quelque chose de Pagnol, revu et corrigé par un Michel Boujenah qui aurait appris la sobriété. Menée par la faconde de Kamel Isker, cette promenade poétique et fort réussie dans un Orient mythique où le cinéma a remplacé la lecture, touche par ses ruptures de ton.

Aïda Asgharzadeh, en femme libre dans un monde masculin machiste, et Azize Kabouche, condamné volontaire à jouer moult personnages, le soutiennent efficacement dans cette proposition joyeuse, émouvante et vraiment originale.

Un dimanche après Drucker
Création collective des Soirées Plaisantes dirigée par Guarani Feitosa Avec en alternance Olivier Berhault, Clément Beauvoir, Moustafa Benaïbout, Pierre-Antoine Billon, Barbara Bolotner, Rosa Bursztein, Louise Coldefy, Johann Cuny, Guarani Feitosa, Roman Kossowski, Julien Lecannellier, Gabriel Ibanez Weill…

Des soirées comme celles que l'on découvrira dans "Un dimanche après Drucker", tout le monde en a vécu quel que soient l'époque et le lieu. Il se trouve qu'ici, sans apparemment beaucoup d'efforts, les joyeux drilles des "Soirées plaisantes" se sont glissés dans la peau de "bobos" qu'ils incarnent, verrines en main et curcumin en bouche.

On aura donc le droit, qu'on le veuille ou non, à beaucoup d'avis experts sur la nocivité des produits ménagers ou sur les dangers alimentaires.

Mais, et c'est toute la force de l'écriture des "Soirées Plaisantes, "Un dimanche après Drucker ne se contente pas de rester dans un époustouflant constat d'époque et sait bifurquer dans le "non sense" et l'absurde. Et cela grâce à un "bébé" qui doit bien chercher dans les "70 kilos".

A l'instar de Jerry Lewis jouant les enfants en culottes courtes et en costume de marin, on aura ainsi le droit à une têtée d'anthologie d'un bébé cherchant le sein de son père barbu.

Attention, il faut s'attendre à pouffer franchement et sans retenue, d'autant qu'au rire fin de la première partie succèdera dans un deuxième temps celui de la grosse farce homérique. À ne pas manquer.

Conférence et goûter surprise
Comédie dramatique écrite et interprétée par Clément Aubert, Romain Cottard, Paul Jeanson et Arnaud Pfeiffer.

Pièce ambitieuse, "Conférence et Goûter surprise" a quelque chose de pirandellien et s'interroge sur ce qu'écrire ou faire du théâtre veut dire.

Certains trouveront le quatuor très pédant, d'autres, par-delà leurs bons mots et leurs interrogations, verront surtout une pléiade d'acteurs-auteurs élégants qui, même s'ils leur paraissent peu loufoques, pratiquent un humour à froid qui ne court pas actuellement les plateaux de café-théâtre.

Evidemment, c'est encore décousu et brut de décoffrage, mais la promesse que cache cette forme interactive, qui peut partir en vrille comique dans tous les sens, c'est la possibilité d'un spectacle qui fonctionne encre mieux sur une durée plus longue que les trente minutes d'une capsule.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=