Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Déjà la fin ?
Usine Hollander  (Choisy-le-roi)  mai 2016

Textes de Henri-René Lenormand et Alison Cosson, mis en scène par Patrice Bigel, avec Mara Bijeljac, Simon Cadranel, Raphaële Carril, Roland Dupouy, Karl-Ludwig Francisco, Mirjana Kapor Huerre, Charly Hamel, Martine Lamy, Émilie Olivier, Valentine Riedinger, Gilles Van Bunnen et Éloïse Vereecken.

Qui aujourd'hui connaît Henri-René Lenormand ? Il fut pourtant l'un des auteurs dramatiques les plus joués et les plus célèbres de l'entre-deux-guerres. Wikipédia le crédite même d'être l'inspirateur de la nouvelle d'Arthur Schnitzer à l'origine du "Eyes Wide Shut" de Stanley Kubrick...

Référence singulière pour quelqu'un qui a précisément écrit une pièce en trois actes, "Crépuscule du Théâtre" qui raconte comment le cinéma est en train de se substituer au théâtre, à la fois physiquement, en reprenant ses murs, et intellectuellement, en colonisant son imaginaire.

C'est à partir de ce "Crépuscule du Théâtre" qu'est né le projet de "Déjà la fin ?". Alison Cosson a décidé de dépoussiérer cette pièce datée et de lui adjoindre de nouveaux monologues qui éclairent sa problématique pour les spectateurs du 21ème siècle.

Souvent, "dépoussiérer" une œuvre est synonyme de trahison, mais qu'en est-il quand la pièce est tombée dans l'oubli ? Vaut-il mieux qu'elle y reste dans son intégrité ou qu'elle soit "transformée" et rejouée ?

C'est la question qu'on se posera après avoir découvert ce que Patrice Bigel a fait de "Déjà la fin ?", c'est-à-dire un spectacle qui résonne fortement à l'heure où c'est justement au tour des derniers cinémas qui ont succédé aux théâtres de se transformer en supermarchés et en garages...

Sur le vaste plateau de l'Usine Hollander, les acteurs de la Compagnie La Rumeur se déploient et se déplacent sans cesse pour raconter la fin d'un théâtre, de ses vivants et de ses morts, de ses fantômes et de ses légendes.

Cette "dernière séance", où chacun continue à être encore une dernière fois la caricature de ce qu'il a été, est conçue par Patrice Bigel comme une vague qui va se fracasser contre le mur d'un nouveau monde qui emporte le précédent.

On sent qu'un auteur progressiste comme Henri-René Lenormand y voyait un mouvement dialectique et pas une fin propice à la nostalgie. Dommage qu'il n'ait pas, à l'instar de ces auteurs "bourgeois" qu'il n'aimait guère, trouver un moyen de pénétrer dans l'univers du septième art...

Dans "Déjà la fin ?", quand on parle du cinéma, notamment par l'intermédiaire d'une des comédiennes qui revient d'un tournage, on y voit une figure du diable, un summum du vulgaire qui remplace la vérité du théâtre par quelque chose d'absolument artificiel. Et pourtant, et tous les grands théoriciens du cinéma en conviennent désormais : les grands films doivent tout au théâtre, qu'il s'agisse d'un western comme "Rio Bravo" ou d'une comédie comme "La Règle du jeu".

En choisissant de mettre un point d'interrogation à "Déjà la fin ?", Alison Cosson a fait le bon choix : la fin du théâtre n'est qu'une hypothèse fumeuse. Il suffit de voir ce que Patrice Bigel fait de ce sujet pour admettre que l'art pratiqué par Lenormand est toujours bien vivant et même étonnamment vivant.

Ce qui s'y exprime, "plus grand que la vie" à l'instar du "bigger than life" hollywoodien, ce sont des sentiments éternels, des propose vrais, signifiants et à la portée de toutes les oreilles. Bref, un théâtre populaire prêt à être vu et écouté de tous.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=