Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce American Hero
Nick Love  (Paris)  juin 2016

Réalisé par Nick Love. Etats Unis/Grande Bretagne. Comédie. 1h26 (Sortie le 8 juin 2016). Avec Stephen Dorff, Eddie Griffin, Luis Da Silva Jr., Christopher Berry, Yohance Myles, Andrea Cohen et Raeden Greer et King Orba.

Le sous-titre d' "American Hero" de Nick Love, "De Zéro à Super-héros", résume bien le chemin que va parcourir Melvin (Stephen Dorff) dans ce qui, au départ, semble un petit film sans grande ambition et qui, mine de rien, questionne un pays qui n'est plus très brillant et qui paraît faussement dupe des stéréotypes chargés de le représenter ou de le refléter.

Possédant des dons hors du commun, Melvin, fêtard invétéré, n'en fait rien, ou pas grand-chose de bon, tant il est sous le coup d'un divorce qui le prive du droit de visite de son fils.

Situé dans une Nouvelle-Orléans délabrée "mentalement" et "physiquement" après le passage de l'ouragan Katrina, "American Hero" décrit la vie erratique d'un jeune quadragénaire sympathique et alcoolique, qui a même tâté de la prison, totalement en immersion dans cet État multiracial abandonné dans le jus de ses malheurs et de la pauvreté qui en résulte par le gouvernement central.

Avec Lucille (Eddie Griffin), son alter ego en chaise roulante, vétéran noir qu'il a recueilli en petits morceaux à son retour d'Irak ou d'Afghanistan, Melvin draine tout un groupe de gens qui vit en marge d'une normalité plus très claire dans cette Nouvelle Orléans qui pourrait sortir d'un essai de Naomi Klein.

Supporté - dans tous les sens du terme - par sa "vraie" famille composée par sa mère et sa sœur, il s'autorise presque tout, sauf de pactiser avec les criminels qui tirent parti du chaos régnant.

Lui qui pourrait jouer les Batman ou les Superman, utiliser ses pouvoirs pour faire triompher le "bien", s'en sert seulement pour jouer les magiciens de rue, pour amuser son fils ou pour voler les voleurs. Même le policier solitaire et désabusé qui lui propose de partir en croisade contre le crime semble peu convaincu de l'intérêt de sa proposition.

Vraiment original, comme l'était "Hancock" avec mille fois plus de moyen, "American Hero" de Nick Love est porté par le charisme retrouvé de Stephen Dorff, qui n'hésite pas à charger la mule.

Le visage hilare, il déploie toute son énergie dans ce personnage qui ne sait plus se maîtriser et qui n'a pour but que de retrouver son petit garçon métis.

On l'a dit souvent, rares sont, dans le cinéma américain, les têtes d'affiche qui jouent des personnages ayant ou ayant eu des relations avec des hommes ou des femmes d'une autre race.

C'est une des autres qualités du film que de traiter de cette question sans jamais mettre sur le tapis la couleur des uns et des autres, de le faire simplement, sans jamais avoir besoin non plus de le souligner pour montrer son bon esprit.

Tout cela finit par faire d' "American Hero" de Nick Love un vrai "feel good movie", un film dans lequel on est bien, un vrai film divertissant et humaniste qu'il faut recommander pour son casting impeccable dominé par le duo Dorff-Griffin, très à l'aise dans le ping-pong verbal, et pour ses "effets spéciaux" qui n'abrutissent pas le spectateur et lui donnent plus matière à rêver qu'à s'énerver.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=