Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Malades
La Loge  (Paris)  juin 2016

Comédie dramatique de Antonio Alamo, mise en scène de Jules Audry, avec Thibaut Fernandez, Victor Fradet, Frédéric Losseroy, Abdel-Rahym Madi et Ivan Nowatschok.

Une immense table rectangulaire couverte de cartes d'état-major, de dossiers et de livres. Autour d'elle, sera distribué le public, laissant juste un canapé rouge vide dans un coin de la pièce pour que les personnages puissent s'y étendre ou s'y jeter de temps à autre.

On est au début 1953, dans la datcha du camarade Joseph Staline. Sont présents quelques-uns de ses proches qui attendent, assez crispés, son arrivée. Ils ont des noms qui disent encore quelque chose aux spectateurs qui ont une vague connaissance de l'histoire soviétique : Khrouchtchev, Malenkov, Béria, Boulganine... et, en prime, Serge Prokofiev à la contrebasse...

Avec un tel "casting", on pourrait s'attendre à une pièce didactique, pleine d'informations sur l'URSS d'après-guerre, avec des phrases reprises de leurs discours. Ce n'est heureusement pas le cas, même si on aura le droit à la scène - véridique - de Staline piquant une colère quand l'un de ses camarades lui explique que le Bénélux, c'est le Luxembourg, les Pays-Bas et le Luxembourg et que l'ancien séminariste, au bord de l'apoplexie soutient qu'il n'y a pas les Pays-Bas dans le Bénélux.

Que l'on connaisse les personnages (historiques) ou pas, on comprendra vite que l'on est là pour assister à une nouvelle "Nuit des longs couteaux" où tous ceux qui sont sur scène ne finiront pas verticalement le spectacle. De qui Staline va se débarrasser ou qui va se débarrasser de lui ? Tel sera l'aboutissement de la pièce de l'auteur espagnol, Antonio Alamo.

Menée rondement, riche en rebondissements, "Les Malades" est un "divertissement politique" de qualité. On ne dira pas comment le "Petit père des peuples" entre en scène, mais c'est un des beaux moments de la pièce, tout de suite suivi par une autre surprise qu'en revanche on racontera car elle est emblématique de l'astucieuse mise en scène de Jules Audry : Staline est en effet joué par un acteur que l'on aurait plutôt distribué dans le rôle de Barack Obama.

Et ce qui pourrait n'être qu'une provocation gratuite, une idée instantanément oubliée, prend tout son relief dans "Les Malades", car, pour les hiérarques purement russes qui l'entourent, que Staline soit noir ou soit un géorgien, méridional à la peau mate, cela est synonyme et n'améliore pas leur courage face à ce nouvel Attila.

Dans la pièce originelle, ce que Jules Audry a mis en scène ne constitue que l'acte III, le premier se déroulant dans le bunker d'Hitler et le second lors d'une rencontre Staline-Churchill à la conférence de Postdam.

On comprend dès lors mieux le titre "Les Malades" et l'on saisit que Antonio Alamo s'est intéressé au pouvoir quand il vacille, quand il n'est plus mimé que par des vieillards en passe de le perdre.

Dans cette datcha maudite, chacun des personnages est parcouru de sentiments contraires : peur, soulagement, euphorie, déprime... Qui sera l'heureux vainqueur de ce poker menteur ?

"Les Malades" raconte un moment d'histoire brut, pas encore décanté par la légende ou l'hagiographie. Quand on saura clairement quelle direction va prendre l'Histoire, on pourra s'arrêter sur les innombrables petits mystères générés par cette version des "Malades".

Ainsi, si Serge Prokofiev, pas très bien vu du régime, assiste à cette réunion au sommet c'est tout simplement parce qu'il est mort le même jour que l'oncle Jo. Mais on le répète, nul besoin d'avoir des certificats d'histoire russe pour apprécier cette reconstitution réussie d'un de ces jours qui ont changé le monde.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=