Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Malades
La Loge  (Paris)  juin 2016

Comédie dramatique de Antonio Alamo, mise en scène de Jules Audry, avec Thibaut Fernandez, Victor Fradet, Frédéric Losseroy, Abdel-Rahym Madi et Ivan Nowatschok.

Une immense table rectangulaire couverte de cartes d'état-major, de dossiers et de livres. Autour d'elle, sera distribué le public, laissant juste un canapé rouge vide dans un coin de la pièce pour que les personnages puissent s'y étendre ou s'y jeter de temps à autre.

On est au début 1953, dans la datcha du camarade Joseph Staline. Sont présents quelques-uns de ses proches qui attendent, assez crispés, son arrivée. Ils ont des noms qui disent encore quelque chose aux spectateurs qui ont une vague connaissance de l'histoire soviétique : Khrouchtchev, Malenkov, Béria, Boulganine... et, en prime, Serge Prokofiev à la contrebasse...

Avec un tel "casting", on pourrait s'attendre à une pièce didactique, pleine d'informations sur l'URSS d'après-guerre, avec des phrases reprises de leurs discours. Ce n'est heureusement pas le cas, même si on aura le droit à la scène - véridique - de Staline piquant une colère quand l'un de ses camarades lui explique que le Bénélux, c'est le Luxembourg, les Pays-Bas et le Luxembourg et que l'ancien séminariste, au bord de l'apoplexie soutient qu'il n'y a pas les Pays-Bas dans le Bénélux.

Que l'on connaisse les personnages (historiques) ou pas, on comprendra vite que l'on est là pour assister à une nouvelle "Nuit des longs couteaux" où tous ceux qui sont sur scène ne finiront pas verticalement le spectacle. De qui Staline va se débarrasser ou qui va se débarrasser de lui ? Tel sera l'aboutissement de la pièce de l'auteur espagnol, Antonio Alamo.

Menée rondement, riche en rebondissements, "Les Malades" est un "divertissement politique" de qualité. On ne dira pas comment le "Petit père des peuples" entre en scène, mais c'est un des beaux moments de la pièce, tout de suite suivi par une autre surprise qu'en revanche on racontera car elle est emblématique de l'astucieuse mise en scène de Jules Audry : Staline est en effet joué par un acteur que l'on aurait plutôt distribué dans le rôle de Barack Obama.

Et ce qui pourrait n'être qu'une provocation gratuite, une idée instantanément oubliée, prend tout son relief dans "Les Malades", car, pour les hiérarques purement russes qui l'entourent, que Staline soit noir ou soit un géorgien, méridional à la peau mate, cela est synonyme et n'améliore pas leur courage face à ce nouvel Attila.

Dans la pièce originelle, ce que Jules Audry a mis en scène ne constitue que l'acte III, le premier se déroulant dans le bunker d'Hitler et le second lors d'une rencontre Staline-Churchill à la conférence de Postdam.

On comprend dès lors mieux le titre "Les Malades" et l'on saisit que Antonio Alamo s'est intéressé au pouvoir quand il vacille, quand il n'est plus mimé que par des vieillards en passe de le perdre.

Dans cette datcha maudite, chacun des personnages est parcouru de sentiments contraires : peur, soulagement, euphorie, déprime... Qui sera l'heureux vainqueur de ce poker menteur ?

"Les Malades" raconte un moment d'histoire brut, pas encore décanté par la légende ou l'hagiographie. Quand on saura clairement quelle direction va prendre l'Histoire, on pourra s'arrêter sur les innombrables petits mystères générés par cette version des "Malades".

Ainsi, si Serge Prokofiev, pas très bien vu du régime, assiste à cette réunion au sommet c'est tout simplement parce qu'il est mort le même jour que l'oncle Jo. Mais on le répète, nul besoin d'avoir des certificats d'histoire russe pour apprécier cette reconstitution réussie d'un de ces jours qui ont changé le monde.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 août 2022 : Only happy when it rains

Un peu de pluie, enfin ! C'est pour ainsi dire la tradition pendant le festival de La Route du Rock qui commence cette semaine ! Pour le reste voici notre petite sélection estivale hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Change" de Franz Robert Wild
retour sur le Hellfest 2022 avec Seth, Dog Eat Dog, Deftones, Suicidal Tendancies, Ghost etc.
"I started a garden" de Her Skin
Des petits festivals à venir avec La Guinguette Sonore et Engrenage Party
"Stereolab & Laetitia Sadier", nouvelle émission de Listen In Bed à écouter ici et toujours :
"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia..

Au théâtre :

les comédies de l'été :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
"Un cadeau particulier" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montartre
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Dîner de famille" au Café de la Gare

et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :
'Christian Bérard - Bébé excentrique" au Nouveau Musée National de Monaco
la présentation du nouveau parcours des Collections du Musée d'Art Moderne de Paris en accès gratuit
la visite commentée par la commissaire de "Anne de France - Femme de pouvoir, princesse des arts" au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins
dernière ligne droite pour :
"Le Théâtre des émotions" au Musée Marmottan Monet

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Silvio et les autres" de Paolo Sorrentino
"Two lovers" de James Gray
"Innocents" de Bernardo Bertolucci
"Gothika" de Mathieu Kassovitz
"Lina" de Michael Schaerer
et le cinéma indien en 6 films

Lecture avec :

La rentrée littéraire d'automne 2022
et toujours :
"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=