Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Love & Friendship
Whit Stillman  juin 2016

Réalisé par Whit Stillman. Irlande/France/Hollande. Comédie romantique. 1h320 (Sortie le 22 juin 2016). Avec Kate Beckinsale, Chloë Sevigny, Tom Bennett, Stephen Fry, Lochlann O'Mearain, Jenn Murray, Morfydd Clark et Emma Greenwell.

Est-ce qu'on peut faire un mauvais film avec un roman de Jane Austen ? De la version américaine d' "Orgueil et préjugés" filmé en 1940 par Robert Z. Leonard à "Coup de foudre à Bollywood" son avatar indien, les adaptations cinématographiques de la célèbre femme de lettres anglaise sont nombreuses.

Toutes sont réussies puisqu'il suffit de suivre fidèlement les intrigues imaginées par Jane Austen pour permettre à tous les publics de prendre plaisir à suivre des acteurs heureux de revêtir les attrayants costumes de l'aristocratie britannique du début du 19e siècle et de les utiliser dans les beaux décors de la riante Angleterre.

"Love and Friendship" de Whit Stillman ne fera pas exception et rentrera même dans la catégore des adaptations haut de gamme pleines de charme et d'humour.

Tout d'abord, et uniquement pour les spécialistes, "Love and Friendship" n'a rien à voir avec un roman de Jane Austen intitulé "Love and Freindship". Ici, il s'agit d'une adaptation de "Lady Susan", un court roman de jeunesse de l'auteure de "Raison et Sentiments", un roman épistolaire en 44 lettres qui contient nombre de personnages et qui ne fut publié qu'une cinquantaine d'années après sa mort.

Les aventures de Lady Susan Vernon, "jeune veuve séduisante dans une situation délicate", ne sont d'ailleurs pas sans analogie avec "les Liaisons dangereuses" de Laclos, et l'intrigante lady pourrait s'appeller la marquise de Merteuil. Jane Austen, âgée de moins de vingt ans, est encore sans doute très influencé par toutes ses lectures.

Dans cette version, où chaque personnage se présente en début de film, avec un sous-titre signifiant du genre "Lord Wanwaring, aristocrate 'irrésistible'", With Stillman prend un grand plaisir à jongler avec tous ses destins qui finissent par s'entremêler avec une logique déterministe jamais prise en défaut.

Étudiant sans méchanceté les mœurs de cette caste privilégiée, l'auteur de "Metropolitan" et de "Barcelona" fournit une copie presque marxiste tendance Eric Rohmer.

Whit Stillman, qui n'a fait que cinq films en vingt ans, reprend sans tomber dans le piège académique, sa route originale. Contrairement à quelques films anglais récents tirés de Jane Austen, on sent chez lui combien les combinaisons et les calculs des personnages ne sont pas que des marivaudages mais impliquent la recherche compulsive de rangs et de places. Bref, il y a de la lutte des classes dans "Love and Friendship" de Whit Stillman.

Une lutte de classe qui n'empêche pas le cinéaste de jouer avec des personnages truculents, tels l'innénarable Stephen Fry et l'indispensable Chloë Sevigny, ou de décrire l'énergie singulière d'une femme comme Kate Beckinsale que le veuvage fragilise, mais qui, heureusement pour elle et sa fille, est dotée d'un grand capital "symbolique" pour suppléer ses revers passagers de fortune.

On prendra donc un grand plaisir à poser avec elle ses malles dans des résidences de la gentry anglaise pour y vivre des intrigues à la fois dépaysantes et pleines de sens.

"Love and Friendship" de Whit Stillman n'est pas le ralliement d'un ancien auteur prometteur à un cinéma de distraction élégant. C'est peut-être, au contraire, une nouvelle étape dans une œuvre qui s'est construite très lentement mais qui devrait enfin s'épanouir après cette parenthèse anglaise.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=