Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les poings dans les poches
Marco Bellochio  juillet 2016

Réalisé par Marco Bellochio. Italie. Drame. 1h45 (Pemière sortie 1966 - Sortie le 13 juillet 2016). Avec Lou Castel, Paola Pitagora, Marino Mase, Liliana Gerace, Luigi Troglio, Jeannie McNeill, Irene Agnelli et Gianni Schicchi.

L'année dernière, en évoquant "Sangue del mio Sangue", son dernier film, on avait déjà parlé de l'étonnante unité de l'oeuvre de Marco Bellocchio depuis son premier long-métrage, "Les poings dans les poches".

Aujourd'hui, avec la restauration de celui-ci dans une magnifique version qui redonne à son noir et blanc tout l'éclat de sa jeunesse, on en a la preuve flagrante.

Comme "Théorème" de Pier Paolo Pasolini, mais dans une atmosphère plus étouffante, celle d'une bourgeoisie provinciale encore marquée par ses racines paysannes, "Les Poings dans les poches" de Marco Bellochio opère à vif la destruction du modèle familial archaïque, teinté d'une religiosité catholique morbide..

Son héros a la beauté des faux innocents rongés par un feu intérieur alimenté par les braises d'une colère viscérale. Pas étonnant que le titre et le personnage aient quelque chose de rimbaldien.

Dans un milieu où le christianisme parvient encore à repousser toute explication freudienne, on se doute pourtant que son épilepsie, comme la débilité de son frère et l'étrange soumission de sa sœur, a à voir avec son rapport à une mère tyrannique dont la cécité n'a pas gommé l'emprise sur ses enfants.

Le climat est lourd dans cette grande bâtisse entre ville et campagne et l'on s'en vient à repenser à d'autres grands films de Bellocchio, comme "Le Sourire de ma mère", dans lequel le héros ne sortait pas plus indemne de son combat contre une mère, cette fois-ci réellement "sainte".

Rarement film n'aura suscité un climat aussi fort, aussi propice à toutes les figures manichéennes chrétiennes du "bien" contre le "mal".

Lou Castel, en Rimbaud dégénéré, voulant vivre autre chose que la soumission à une famille castratrice et devant, pour cela, passer par le meurtre réel ou fantasmé, est lumineux de noirceur.

Comme on connaît la suite des événements et qu'on l'aperçoit aujourd'hui au gré de projections en nounours autiste prisonnier de ce passé sublime que lui avait offert Marco Bellochio et Liliana Cavani, on mesure tout ce qui s'est passé "en vrai" depuis cinquante ans dans sa vie et dans celle des spectateurs de 1965.

C'est la force des grands films, non seulement de ne pas vieillir, mais de charrier déjà le futur dans ce qui semble pourtant l'exposition ultime d'un monde révolu. "Les Poings dans les poches" de Marco Bellochio, contemporain du "Désert rouge" d'Antonioni exprime peut-être plus de vérité que celui-ci sur ce que va être l'homme à venir de l'ère postindustriel.

Ici, il s'agit de savoir ce qui va advenir de l'Italien déchristianisé. "Les Poings dans les poches" est la première marche de cette interrogation.

Cinquante ans après, cinquante ans après tous ses meurtres qui inaugurent un nouveau paganisme, les choses se sont décantées, mais pas autant qu'on l'imaginait après mai 1968 et le triomphe en trompe-l'oeil du progressisme et du scientisme. Comme le laissait supposer "Sangue del mio sangue", les forces obscures et irrationnelles du passé, religion et mafia, sont toujours là.

Voir "Les Poings dans les poches" de Marco Bellocchio, c'est une entrée en matière dans l'oeuvre d'un très grand cinéaste, le revoir, c'est avoir toutes les clés pour comprendre cette grandeur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 3 juillet 2022 : Rythme d'été

Moins d'émissions mais toujours des chroniques tout au long de l'été sur le site évidemment, avec des spectacles, des nouvelles du Festival Off d'Avignon, des expos en région et peut être quelques concerts de temps en temps : restez connectés !

Du côté de la musique :

"Violetta y el jazz" de Emiliano Gonzalez Toro
"Leoni Leoni" de Leoni Leoni
"Circus envy" un nouveau mix à écouter en ligne signé Listen In Bed
"L'album du centenaire 1922-2022" de Odette Gartenlaub
"Folklore chapter 1" de Pilani Bubu
"Mami Wata" de Reuben's Daughters
et toujours :
"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Malade imaginaire" au Théâtre Le Lucernaire

"Boule de Suif" au Théâtre Le Lucernaire
"Novecento Pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
"B+B=BB" à La Folie Théâtre
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Hexagone" au Théâtre Essaion
les autres spectacles déjà l'affiche
et les spectacles à l'affiche du Festival Off d'Avignon

Expositions :

"ORLAN - Les femmes qui pleurent sont en colère" au Musée Picasso Paris
"Manifeste ORALN - Corps et sculptures" aux Abattoirs à Toulouse
dernière ligne droite pour "Love Brings Love" au Palais Galliera
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Esprit sacré" de Chema García Ibarra
"The Sadness" de Rob Jabbaz
en streaming gratuit avec :
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Séjour dans les monts Fuchun" de Gu Xiaogang
"Rapsody" de Constance Meyer
"Sashinka" de Kristina Wagenbauer
"Corps of Tobi" d'Alexa Bakony

Lecture avec :

"Cao Bang 1950" de Ivan Cadeau
"La fille sur le coffre à bagages" de John O'Hara
et toujours :
"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=