Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - Vendredi 1er
Pumarosa - Bagarre - Vald - The Last Shadow Puppets - Chocolat - Les Insus - Breakbot - Nathaniel Rateliff - Ty Segall and the Muggers  (Presqu'île de Malsaucy, Territoire de Belfort)  du 1er au 3 juillet 2016

Jour 1 - Péleriner

Ce cinquième pèlerinage de notre part aux Eurockéennes s'annonce sous les meilleurs auspices puisque sous la triade magique que composent le soleil, la solitude et la sérénité. De fait, on foule le sol du Malsaucy avec le sentiment un peu égoïste d'y laisser une nouvelle trace, on salue les têtes familières avec le plaisir non feint de passer pour une habituée, on se laisse servir la première bière du bar du boulot et l'on écoute calmement les premiers battements de cœur de cette nouvelle édition.

Les Londoniens de Pumarosa, au club Loggia, ouvre le festival de manière douce et suave – ce qui fait dire à certains qu'ils sont insipides... J'apprécie néanmoins l'univers d'Isabel Henry, dont les inflexions de voix rappellent, selon les titres, une certaine Beth Gibbons. Une honnête entrée en matière.

Je mettrai ensuite, dans le même sac musical, les sets de Bagarre et de Vald. Les premiers prétendent à la new wave, le second se joue du hip-hop – et parfois parfaitement, quand il fraie avec La Gale notamment. Mais là, l'indigence musicale est telle qu'on ne sait pas vraiment si c'est sérieux ou si les deux formations proposent un énième délire éphémère fondé sur du rien. Entre "Bonsoir, nous sommes Bagarre" des uns (suivi de tous les titres de leur premier EP, hurlés par cœur par les groupies du premier rang) et l'absence de présence scénique de l'autre, on sèche littéralement. On écoutera donc Vald comme avant, à dose réduite avec une attention mêlée d'un peu de dégoût. Enfin, respectons ceux qui aiment, évitons leurs foudres, et passons notre chemin (c'est-à-dire, sortons de l'impasse).

Entre ces deux moments d'abrutissement cérébral, heureusement, The Last Shadow Puppets batifolait sur la grande scène. Si mon avis est qu'ils sont meilleurs en salle, et de nuit, on est quand même content de les voir s'amuser comme deux gosses guitares à la main, même si, à la fin, on se demande si Turner n'en fait pas un peu trop... Question playlist, on retombe toujours sur les mêmes : "My mistakes were made for you", "Only the truth", "Used to be my girl", "Bad habits", "Totally wired", "Sweet dreams, TN" et surtout une belle reprise de "Moonage daydream" de Bowie. Une valeur sûre, sans éclat pour cette fois-ci.

Voici ensuite LA (savoureuse) découverte de la journée, au club Loggia : Chocolat. Des riffs parfaitement rock psyché, de belles balades, des cheveux longs, la voix exceptionnelle de Jimmy Hunt, allant de l'outre-tombe à l'aérien, de grands et beaux moments instrumentaux, de la reverb à foisons : un rock habile et puissant, poignant et entêtant. Réécoutons Piano Elégant (2008), achetons Tss tss, leur dernier album, et profitons de ce béni retour en scène...

Comme Les Insus n'ont pas voulu de nous dans le pit, on se réjouit de revoir Breakbot. Et là : stupéfaction. La Plage semble être vidée de ses festivaliers. Car si les Eurocks affichait complet ce vendredi, c'est avant tout parce que les Insus étaient là... Breakbot n'en perd pas moins de sa superbe, et c'est encore un plaisir d'entendre et de bouger sur cette électro groovy aux accents old shool, en appréciant particulièrement un scénique bien équilibré entre les musiciens – et quelles lumières, encore une fois ! Un belle, belle partie de plaisir, entachée néanmoins par l'ivre jeunesse qui s'écroule à mes pieds en pleurant sa barquette de frites perdue (ça marche aussi avec le petit copain) pendant qu'au loin le remake Téléphone continue, en égrenant un propice "Cendrillon" et un bien nommé "Au cœur de la nuit". Fin des Insus, fin de la soirée ? Une vague gigantesque déferle vers la sortie, laissant au festivalier erratique la place nécessaire, et même plus, pour divaguer entre les stands.

On se presse néanmoins pour apprécier la soul bien rauque et bien country de Nathaniel Rateliff, qui figure le deuxième coup de cœur musical de la soirée, et pour l'énergie pure et sincère sur scène (fait de plus en plus rare, ma bonne dame), et pour la claque musicale.

Ty Segall and the Muggers terminera ma soirée, de façon assez mitigée, en raison d'un début catastrophique, avec des balances sans fin et un peu nerveuses, où des doigts se lèvent et se baissent ad libitum à la recherche de la perfection du son – ce qui n'est pas au goût du public impatient. Avec un bon quart d'heure de retard, Ty Segall commence son show en français par un "je suis.... je suis..." "en retard !" hurle une festivalière futée. C'est garage rock, parfois plus garage que rock, en raison d'un son très "noisy", cependant parfaitement assumé et assorti de salopettes, dans le pur cliché du mécanicien du coin. L'impression est malgré tout assez bonne, et vient en tous les cas confirmer l'engouement total autour de ce groupe venu asseoir sa place avec Emotional mugger, sorti en janvier dernier. On a un peu honte de le dire, mais le son est meilleur à la maison...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Bagarre en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019) - Samedi 15 juin
Vald en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet
Vald en concert à Fils Cara - The Inspector Cluzo - Marcus Gad - The Hop Bongo - Feu ! Chatterton - Vald - La (2 au 4 août 2019)
La chronique de l'album The Age of the Understatement de The Last Shadow Puppets
La chronique de l'album Everything You've Come to Expect de The Last Shadow Puppets
The Last Shadow Puppets en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
La chronique de l'album Pas de bras, pas de chocolat de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La femme chocolat de Olivia Ruiz
Les Insus en concert au Festival Les Francofolies de La Rochelle #32 (édition 2016)
Breakbot en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Breakbot en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Dimanche 16 septembre
Breakbot en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
Breakbot en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Vendredi

En savoir plus :
Le site officiel du festival des Eurockéennes de Belfort
Le Facebook du festival des Eurockéennes de Belfort

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Exsonvaldes (3 mai 2013)
Exsonvaldes (17 mars 2009)


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=