Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Foire aux Vins d'Alsace 2016 - Hard Rock Session
Mass Hysteria - Arch Enemy - Slayer - Limp Bizkit  (Colmar)  mercredi 10 août 2016

Pour cette 69ème édition, la Foire aux vins de Colmar avait mis les petits plats musicaux dans les grands, notamment pour sa "Hard Rock Session", soirée dédiée "metal", à l'affiche plutôt alléchante : Mass Hysteria, Arch Enemy, Slayer et Limp Bizkit.

Pour une première accréditation, n'ayons pas peur de dire que la première impression est excellente : la convivialité règne à l'espace "presse", et les rires s'entrechoquent allègrement dans cette grande famille d'habitués de la "FAV". L'ambiance, paraît-il, est toujours un peu différente le soir de la Hard Rock Session, investie par plus de photographes et par la presse spécialisée metal, française comme allemande. On rencontre, on discute, on s'intègre plutôt facilement en regardant la pluie tomber, tandis que dans la "coquille", surnom donné à la salle semi-couverte où se déroulent les concerts, les chevelus du public s'agitent et s'impatientent.

A 17h, la valeur sûre nommée Mass Hysteria fait son entrée sur scène. On reste toujours étonnée et agréablement surprise par l'humilité, la présence et le professionnalisme de ce groupe français qui depuis 1993 fait headbanger les fidèles furieux de tous bords. Si le line up des Mass a changé depuis peu (avec l'arrivée d'un nouveau bassiste, Thomas "Atom" Zanghellini, ici comme un poisson dans l'eau), rien n'est à déplorer et le set se déroule avec une limpidité et une force à la fois stupéfiante et tout à fait habituelle. On ne sait où donner de la tête tellement les Mass occupent l'espace, de Mouss Kelai, pilier éternel de la formation, qui joue avec les photographes comme à son habitude, à Yann Heurtaux, guitariste impérial qui en impose toujours autant, en passant par un Frédéric Duquesne particulièrement survolté. On a beau les voir pour la bonne dixième fois, aucune lassitude et un plaisir toujours renouvelé. Chapeau.

De fait, l'arrivée des Arch Enemy refroidit un peu les troupes. Le groupe, plutôt à l'aise en conférence de presse, peine à séduire. Le son est fort, parfois inaudible, et Alissa White-Gluz pâtit ostensiblement de problèmes de son (retours ? Micro ?) qui la font grimacer et l'empêche d'entrer correctement dans son set. Preuve en est : le peu de réactions du public aux sempiternels "Colmar, vous êtes là ?". Beaucoup quittent leur place, pour aller bouder à la buvette. Pourtant, le scénique était là, comme toujours avec Arch Enemy. Une réelle déception.

Il faut dire que beaucoup, au vu des t-shirts arborés, étaient là pour voir Slayer, vieux de la vieille du trash métal américain, que les moins de vingt ans ont tout intérêt à connaître. Tom Araya, leader, ne cache pas sa joie d'être là, sourire béat aux lèvres tout le concert et remerciements nourris au public français pour son accueil – genre de petits détails sympathiques qui rapprochent un mythe de ses adorateurs. L'ambiance a bien changé, et se fait beaucoup plus musclée – vols de gobelets débordant de bières, slams en tous genres, corps à corps dans la fosse et jet de chaussures coquées dont mes vertèbres se souviennent encore... Sur scène, des musiciens un peu statiques, plantés devant trois bannières immenses. La première servira de décor pour les deux premiers tiers du concert, la deuxième, frappée du logo Slayer tombera au moment de "Raining Blood" - attendu de tous, le titre aura droit à une intro de près de deux minutes, avec tonnerre et bruits de pluie en prime. La dernière bannière rendra hommage au guitariste Jeff Hanneman décédé en 2013.

Fred Durst, leader de Limp Bizkit, ne laissera pas un souvenir impérissable lors de la conférence de presse... Lunettes noires, casquette vissée sur la tête, impassible, il scrute les journalistes qui n'ont pas le droit de poser de questions sauf un (merci à Nicolas Keshvary, de Daily Rock France, d'avoir aussi bien assuré devant tant de laconisme). Rien sur un nouvel album ("surprise !"), refus de parler dans le micro, on ne sait pas vraiment comment le prendre. Bref, c'est le live qui nous intéresse, et là, c'est incontestablement la métamorphose.

La setlist est plutôt sympa : "Hot Dog" (en intro), "Rollin’", "My Generation", "Livin’ It Up", "My Way" (pour laquelle Fred Durst quitte la scène pour fendre la foule et monter au premier rang des gradins. Il passera l’intégralité du morceau devant une des caméras de retransmission), "Heart Shaped Box / Smells Like Teen Spirit", "Boiler", "Gold Cobra", "Faith" (où vingt demoiselles sont invitées sur scène), "Break Stuff" et "Take a Look Around" (en guise de clôture). Un véritable "Late 90’s revival" selon Fred Durst, puisque "Gold Cobra" est la seule chanson datant de 2011, quand toutes les autres sont de 1999-2000. Fidèle à son habitude, le groupe lance une Marseillaise reprise en chœur par l’ensemble de la salle, mais étrangement interrompue avant la fin.

Moralité : une excellente soirée, avec des groupes qui n'ont pas failli à leur réputation, une organisation au top, une bande de photographes géniale (hormis quelques irréductibles irrespectueux qui ne savent toujours pas bosser dans un pit), et l'envie irrésistible de réitérer l'expérience Hard Rock Session l'an prochain !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Foire aux Vins d'Alsace en concert à Mass Hysteria - Arch Enemy - Slayer - Limp Bizkit (du 5 au 15 août 2016)
Mass Hysteria en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Mass Hysteria en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2005
Mass Hysteria en concert au Festival Class'Eurock 2007
Mass Hysteria en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
Mass Hysteria en concert à Download Festival
Mass Hysteria en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - samedi 27 et dimanche 28 août
Mass Hysteria en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
L'interview de Mass Hysteria (vendredi 1er mars 2019)
La chronique de l'album Dragon Slayer de Pigeon John
Slayer en concert à Sonisphere Festival - France 2013 - 3ème édition
Limp Bizkit en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Limp Bizkit en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015)
Limp Bizkit en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Limp Bizkit en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - samedi 23 juin
Limp Bizkit en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Foire aux Vins d'Alsace
Le Facebook de Foire aux Vins d'Alsace

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 mai 2019 : Une liste de plus

A l'approche des élections européennes et ses innombrables listes qui ne présagent pas d'un bel avenir, on rajoute la nôtre, celle de la sélection culturelle de la semaine histoire de se changer les idées et se donner tout le plaisir que l'on mérite bien avec de la musique, des spectacles, des films, des livres et même des zombies à dégommer.

Du côté de la musique :

"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'un premier titre live, "Chasse Spleen"
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara
et toujours :
"Foreign lines" de Erevan Tusk
"Seeing other people" de Foxygen
"2029" de Gontard!
"Chopin concertos for piano & string" de David Lively, Quatuor Cambini Paris et Thomas de Pierrefeu
"La poison" de La Poison
"Wasalala" de Madalitso Band
"Children of the slump" de Marble Arch
"Cesar Franck : Piano works quintet" de Michel Dalberto & Novus Quartet
"High strung" de Pamplemousse
"Live bullet song" de Tchewsky & Wood

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Un ennemi du peuple" au Théâtre national de l'Odéon
"Vues Lumière" au Théâtre de la Colline
"Fauves" au Théâtre de la Colline
"La Victoire en chantant" au Théâtre 13/Jardin
"Délivrés de famille" au Théâtre Le Funambule
"Deux femmes pour un fantôme" à l'Aktéon Théâtre
"Mon coeur pour un sonnet" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Cabaret de Poussière fait le Zèbre" au Zèbre
Festival des Enfants de Molière à Dieppe
les reprises :
"Tout semblait immobile" au Théâtre de la Bastille
"Providence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aux Délices" au Lavoir Moderne Parisien
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma avec :

"Versus" de François Valla
Oldies but Goodies avec :
la version restaurée de "Les Lois de l'hospitalité" de Buster Keaton et Jack Blysrone
"Drôles de cigognes !" de Hermina Tyrlova
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors
et toujours :
"La bombe humaine" de Olivier Barruel
"La nuit ne dure pas" de Jules Gassot
"Le cri des corbeaux" de Matthieu Parcaroli
"Le jour de ma mort" de Jacques Expert
"Les feux" de Shohei Ooka
"Ombres sur la Tamise" de Michael Ondaatje
"Vraie folie" de Linwood Barclay

Froggeek's Delight :

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=