Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Fils de Jean
Philippe Lioret  août 2016

Réalisé par Philippe Lioret. France/Canada. Drame. 1h38 (Sortie le 31 août 2016). Avec Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand, Catherine de Léan, Marie-Thérèse Fortin, Pierre-Yves Cardinal, Patrick Hivon, Lilou Moreau-Champagne et Milla Moreau-Champagne.

Philippe Lioret est peut-être, depuis la mort prématurée de François Dupeyron, le dernier représentant d'une des composantes majeures du cinéma français.

En effet, il appartient à ce que d'aucuns, imbus de leur diplôme d'auteur attribué par quelques revues de cinéma qui font toujours la pluie et le beau temps même si elles ont cessé d'avoir le lectorat d'un site comme celui-ci, appelaient les "artisans" du cinéma. D'autres osaient ajouter le mot "honnêtes" devant "artisans".

C'est ainsi que, comme dans ses précédents films, Philippe Lioret vise d'abord à raconter une histoire, à développer les sentiments qui lui correspondent et a la haute ambition de ne pas ennuyer en montrant sur l'écran une part d'humanité.

Pour son huitième film, il a eu, en plus, une idée géniale : celle de ne pas faire appel à Vincent Lindon, ni à un autre acteur très connu. Lui qui a la réputation de savoir faire jouer les "stars" du moment s'est, pour une fois, abstenu d'en utiliser un ou une. Ce n'est pas faire offense à Pierre Deladonchamps, vu vraiment chez Guiraudie où il a obtenu un César pour "L'inconnu du lac", qu'il n'est pas encore "bankable" et que son charisme ne dépasse pas son entourage.

Et pourtant, c'est lui qui est le "fils de Jean" et qui l'incarne avec une belle sensibilité, et si l'on voulait se faire pardonner, on lui trouverait cette timidité fragile prête à exploser qui était la marque de fabrique du jeune Jean-Louis Trintignant.

En quête d'un père qu'il n'a pas connu, il apprend par un appel en provenance de la Belle province québécoise que celui-ci était de là-bas et qu'il vient de mourir... Dès lors, il n'a plus qu'un but : aller sur les pas de ce père disparu et surtout en profiter pour connaître les deux frères dont il apprend par le coup l'existence.

Evidemment, en traversant l'Atlantique, il ne va pas trouver vraie la vérité toute cuite qu'on lui raconte et, même si on peut tout comprendre très vite, c'est avec une émotion pleine de chaleur humaine qu'on met ses pas dans ses pas pour que tout finisse par s'éclaircir enfin...

"Le Fils de Jean" de Philippe Lioret produit du pathos, c'est incontestable, mais ce pathos est presque "dialectique" : il conduit à mieux accepter son sort tout petit... et propose comme modèle ce garçon qui a eu l'immense courage de s'intéresser à cette vérité qu'on lui demandait de ne pas vraiment chercher...

Si Lioret s'est débarrassé de Lindon et compagnie, on lui saura gré d'avoir utilisé la fine fleur des acteurs québécois, à commencer par l'immense Gabriel Arcand, impressionnant de bout en bout, et qu'on connaît même si on n'a vu qu'un ou deux films québécois, qui ont de fortes chances d'avoir été tourné par son frère Denys.

Le "couple" qu'l forme avec Pierre Deladonchamps est formidable et il ne faut vraiment pas être bien clair, ou vouloir que la surprise imaginée par les scénaristes fonctionne jusqu'au bout, pour ne pas deviner le pot-aux-roses avant le protagoniste français.

On prévient donc les étourdis qu'il vaut mieux prévoir des kleenex pour passer un bon moment avec "Le fils de Jean" de Philippe Lioret. Ce cinéma populaire ne mérite pas les blâmes habituels ni le mépris qu'on saura hélas lui affecter si les spectateurs adoubent cette histoire pleine de ces grands sentiments qui font du bien et dont on aurait tort de se priver.

Il faut donc remercier Philippe Lioret d'avoir essayé, comme à chaque fois, de rendre une copie propre et sincère, loin de toute volonté démagogique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=