Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Fils de Jean
Philippe Lioret  août 2016

Réalisé par Philippe Lioret. France/Canada. Drame. 1h38 (Sortie le 31 août 2016). Avec Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand, Catherine de Léan, Marie-Thérèse Fortin, Pierre-Yves Cardinal, Patrick Hivon, Lilou Moreau-Champagne et Milla Moreau-Champagne.

Philippe Lioret est peut-être, depuis la mort prématurée de François Dupeyron, le dernier représentant d'une des composantes majeures du cinéma français.

En effet, il appartient à ce que d'aucuns, imbus de leur diplôme d'auteur attribué par quelques revues de cinéma qui font toujours la pluie et le beau temps même si elles ont cessé d'avoir le lectorat d'un site comme celui-ci, appelaient les "artisans" du cinéma. D'autres osaient ajouter le mot "honnêtes" devant "artisans".

C'est ainsi que, comme dans ses précédents films, Philippe Lioret vise d'abord à raconter une histoire, à développer les sentiments qui lui correspondent et a la haute ambition de ne pas ennuyer en montrant sur l'écran une part d'humanité.

Pour son huitième film, il a eu, en plus, une idée géniale : celle de ne pas faire appel à Vincent Lindon, ni à un autre acteur très connu. Lui qui a la réputation de savoir faire jouer les "stars" du moment s'est, pour une fois, abstenu d'en utiliser un ou une. Ce n'est pas faire offense à Pierre Deladonchamps, vu vraiment chez Guiraudie où il a obtenu un César pour "L'inconnu du lac", qu'il n'est pas encore "bankable" et que son charisme ne dépasse pas son entourage.

Et pourtant, c'est lui qui est le "fils de Jean" et qui l'incarne avec une belle sensibilité, et si l'on voulait se faire pardonner, on lui trouverait cette timidité fragile prête à exploser qui était la marque de fabrique du jeune Jean-Louis Trintignant.

En quête d'un père qu'il n'a pas connu, il apprend par un appel en provenance de la Belle province québécoise que celui-ci était de là-bas et qu'il vient de mourir... Dès lors, il n'a plus qu'un but : aller sur les pas de ce père disparu et surtout en profiter pour connaître les deux frères dont il apprend par le coup l'existence.

Evidemment, en traversant l'Atlantique, il ne va pas trouver vraie la vérité toute cuite qu'on lui raconte et, même si on peut tout comprendre très vite, c'est avec une émotion pleine de chaleur humaine qu'on met ses pas dans ses pas pour que tout finisse par s'éclaircir enfin...

"Le Fils de Jean" de Philippe Lioret produit du pathos, c'est incontestable, mais ce pathos est presque "dialectique" : il conduit à mieux accepter son sort tout petit... et propose comme modèle ce garçon qui a eu l'immense courage de s'intéresser à cette vérité qu'on lui demandait de ne pas vraiment chercher...

Si Lioret s'est débarrassé de Lindon et compagnie, on lui saura gré d'avoir utilisé la fine fleur des acteurs québécois, à commencer par l'immense Gabriel Arcand, impressionnant de bout en bout, et qu'on connaît même si on n'a vu qu'un ou deux films québécois, qui ont de fortes chances d'avoir été tourné par son frère Denys.

Le "couple" qu'l forme avec Pierre Deladonchamps est formidable et il ne faut vraiment pas être bien clair, ou vouloir que la surprise imaginée par les scénaristes fonctionne jusqu'au bout, pour ne pas deviner le pot-aux-roses avant le protagoniste français.

On prévient donc les étourdis qu'il vaut mieux prévoir des kleenex pour passer un bon moment avec "Le fils de Jean" de Philippe Lioret. Ce cinéma populaire ne mérite pas les blâmes habituels ni le mépris qu'on saura hélas lui affecter si les spectateurs adoubent cette histoire pleine de ces grands sentiments qui font du bien et dont on aurait tort de se priver.

Il faut donc remercier Philippe Lioret d'avoir essayé, comme à chaque fois, de rendre une copie propre et sincère, loin de toute volonté démagogique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=