Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Claire Redor
Interview  (Paris)  mercredi 11 mai 2016

Nous avions déjà rencontré Claire Redor à l'occasion d'une session dont chacun des membres de l'équipe de Froggy's Delight gardait un excellent souvenir. A l'occasion de la sortie de son second EP, Ainsi la nuit, la jeune femme est venue de Nantes pour une nouvelle session, cette fois sans ses musiciens. C'est seule au piano qu'elle nous a interprété quelques extraits de son nouveau disque. A l'image de sa musique, délicate, toute en nuances, mais aussi pleine de charme et sensuelle, Claire Redor entrouvre peu à peu le voile pudique dont elle semble parer son oeuvre pour nous faire découvrir son univers.

La rencontre amoureuse et l'échange sont les thèmes principaux des chansons de ton nouvel EP, "Ainsi la nuit". Ce sont des sujets qui étaient déjà présents sur ton précédent disque. Ton inspiration est-elle plutôt empirique ou romanesque ?

Claire Redor : La base de mon écriture est l'expérience mais je ne m'interdis pas de tirer un fil qui amène un texte plus romancé ou poétisé. Mais il y a aussi l'onirisme. Le rêve relève de ma propre expérience, mais d'un univers moins réel. C'est le cas pour "La vague" dont l'ambiance est plus surréaliste.

Sur la chanson "Ravage", ton phrasé me fait penser à Jean Guidoni, mais les arrangements de cordes semblent issus de la pop anglo-saxonne. Quelles sont tes influences ?

Claire Redor : Je crois qu'elles sont vraiment multiples. Je suis intéressée par la manière dont les autres chanteurs utilisent le français, comment ils construisent ce format chanson qui est particulier. Une chanson, ce n'est pas seulement un texte plaqué sur une musique. J'écoute donc pas mal de chansons en français. Mais d'autre part, depuis que je suis toute petite, j'écoute aussi beaucoup de musique anglo-saxonne. Dans la discothèque parentale, il y avait bien évidemment les Beatles mais aussi Pink Floyd et Stevie Wonder. "Ravage" a été composée de manière assez différente des autres chansons d'Ainsi la nuit. Je voulais un texte fort qui tourne autour des verbes de la destrution, mais je souhaitais que ce soit rythmé, et pas seulement au piano. J'ai donc demandé à Erwan Martinerie, qui est aussi le violoncelliste avec lequel je travaille, de m'aider à aller dans ce sens.

Erwan Martinerie a enregistré cet EP. De plus, ça fait trois ans que vous travaillez ensemble. Cela signifie-t-il que vous allez davantage collaborer, ou restes-tu entièrement seule dans ton projet ?

Claire Redor : Je tiens à ce que ça reste mes chansons, et j'ai besoin de ça. En revanche, j'ai très envie d'étendre cette collaboration. Lorsque j'amène une chanson, il y a des fois où un passage est un peu flou, je le sollicite alors pour qu'il m'aide à structurer ce passage. De son côté il a un projet électro, qui s'appelle Jack In My Head. Et il sait faire plein de choses. Ça me donne envie de développer d'autres projets avec lui, de découvrir d'autres libertés d'écriture et d'autres natures artistiques avec lui.

Hugues Pluviôse t'a soutenu sur "Ainsi la nuit". Peux-tu nous parler de lui et de ce qu'il t'a apporté ?

Claire Redor : Hugues est un musicien Nantais que j'ai rencontré lorsque je suis arrivée à Nantes. J'étais tombée sur ses chansons sur Myspace à l'époque. Nous nous sommes rencontrés. Rapidement nous sommes devenus très amis. Avec qui je parle beaucoup des mots, de leur sens, de leur texture. Nous parlons aussi beaucoup de notre besoin d'écrire. Nous avons travaillé sur une chanson que nous interprétons lorsque nous faisons des co-plateaux. Mais surtout c'est un vrai soutien, quelqu'un de très proche qui s'intéresse à ce que je fais. Pour ma part, je suis très admirative de son travail. C'est une forme de compagnonnage musical et amical.

En me renseignant sur lui, j'ai lu qu'il était chef de chœur. Une telle formation pourrait-elle inspirer ton travail futur, ou préfères-tu rester dans une forme de sobriété pour ta musique ?

Claire Redor : Sur "Bonnes vacances", j'avais justement envie de mettre un chœur d'enfants. J'aime cette sobriété qui, pour moi, est assez élégante. Mais, en toute honnêteté, c'est aussi une sobriété de moyens. Néanmoins, j'aimerais pour mon prochain album à la fois conserver cette élégance, mais aussi me permettre des passages plus étoffés. Et j'ai, en effet, déjà songé à utiliser des voix en polyphonie.

Pour la pochette du disque, tu as fait appel à une artiste plasticienne de Toulouse, Fanny Cavin. Pourquoi ce choix hors de Nantes ?

Claire Redor : Mon compagnon vit à Toulouse, par conséquent j'y vais régulièrement. Je me suis dit que c'était une bonne occasion de travailler aussi là-bas et de comprendre comment fonctionnait le milieu musical à Toulouse. J'ai rencontré Fanny parce qu'elle faisait partie d'un collectif qui m'avait proposé de venir jouer à Toulouse. Ça ne s'était pas fait à l'époque. Nous nous sommes donc rencontrées plus tard. Elle fait des objet en porcelaine et elle peint. J'aime beaucoup ces peintures et je lui ai donc demandé si elle pouvait faire la couverture de ce disque. Sa première proposition a été la peinture qui illustre la pochette.

Actuellement tu es diffusée via Bandcamp. Y aura-t-il une distribution plus traditionnelle, numérique ou physique ?

Numérique, oui certainement car c'est très facile à faire. Il faut que je m'en occupe. À côté de ça j'ai en projet une distribution physique via un réseau alternatif. Ce serait essentiellement des lieux que j'aime bien, pas forcément des magasins de disques, mais des ateliers comme celui où travaille Fanny à Toulouse. Avant de faire de la musique je créais des objets. Il y avait donc des endroits, des boutiques, où je laissais ces objets. J'ai envie de suivre la même démarche de laisser mes disques dans des endroits que je trouve beau, dans lequel je connais les gens.

Pour la sortie de cet EP, as- tu le projet de tourner ? Si oui, préfères-tu aussi les lieux alternatifs ?

Claire Redor : Je suis un moment de ma carrière où il y a une marche à franchir pour jouer dans les salles. Cette marche me permettrait aussi de diffuser différemment ma musique. Mais à la fois j'aime beaucoup les concerts en petit comité, en appartement ou dans des lieux un peu singulier. Je ne souhaite pas continuer à me produire dans deux petits lieux. Je dois travailler ces deux axes, les concerts en petit comité mais aussi, avec le soutien du Trempolino à Nantes, dans des lieux plus identifiés.

On t'a connu aux côtés de Vérone. As-tu toujours des projets en parallèle ?

Claire Redor : Je continue à travailler avec Vérone. Ça fait quelques années maintenant, depuis leur troisième album. J'ai toujours un grand plaisir à travailler avec eux, je les aime beaucoup. Ils commencent à travailler sur leur quatrième album. De l'autre côté, avec Erwan, il y a des bourgeons d'autres projets.

Maintenant tu as donc fait paraître neuf chansons. L'album à venir pourrait-il comprendre des morceaux de tes deux premiers EP ?

Claire Redor : Aujourd'hui, j'ai un ensemble de nouvelles chansons qui pourraient faire l'objet d'un mini-album. J'ai rencontré la personne qui s'occuperait de nous à la gestion. Maintenant, il faudrait rassembler les fonds. Mais c'est aussi une question de décision pour trouver les moyens. Je fais les choses assez lentement, je crois. Franchir chacun des seuils me demande du temps. La création artistique se fait ainsi au rythme de ma vie, avec mes deux lieux de vie, entre Toulouse et Nantes. Mais ceci dit, aujourd'hui, j'ai envie d'accélérer.

Retrouvez Claire Redor
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Claire Redor EP de Claire Redor

En savoir plus :
Le site officiel de Claire Redor
Le Bandcamp de Claire Redor
Le Soundcloud de Claire Redor
Le Facebook de Claire Redor

Crédits photos : Laurent Hini (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Claire Redor (11 mai 2016)
Claire Redor (12 avril 2014)


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=