Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Frank Zappa
The Yellow Shark  (Barking Pumpkin Records)  novembre 1993

En 1993 ou 92, alors que je vivais en Suisse, non loin de Montreux - là où Frank Zappa en 1971 a perdu tout son matériel dans l'incendie du casino -, devant mon poste de télé je regarde l'Ensemble Moderne interpréter The Yellow Shark, du maître heureux d'entendre sa musique jouée sérieusement. D'ailleurs à la fin du concert, Zappa seul dans les coulisses, fatigué par la maladie, savoure cet instant historique.

Pourtant, ce n'est pas la première fois que Frank Zappa compose pour un orchestre symphonique : pour ceux qui connaissent un peu l'univers zappaien, il y a 200 Motels, London Symphony Orchestra vol I & II, et voilà qu'arrive ce bel objet : The Yellow Shark.

C'est à Marseille, à la Fnac, que je découvre cette pépite. La jaquette est superbe, le visage de Frank Zappa nous donne l'impression d'être en présence d'un vieux compositeur, un génie qui nous regarde en disant : "voyez j'y suis arrivé, sans potentiel commercial", sa chère devise. Oui Zappa a réalisé son rêve. Un rêve qu'il avait depuis sa jeunesse, admirateur de Varèse auquel il enverra ses partitions dès l'âge de 13 ans.

The Yellow Shark. Pourquoi un tel titre ? Que vient faire ce requin jaune ? Une allusion au Yellow Submarine des Beatles ? Lesquels Zappa avait déjà ridiculisés avec son fameux album We're Only in It for the Money. Je ne peux pas vous le dire. Ce que par contre je peux vous certifier, c'est de la qualité et de l'album qui est une belle pièce : petit coffret qui contient un livret avec l'historique de The Yellow Shark, des photos, chaque morceau est commenté par le maître qui, d'après ce que j'ai vu et compris, a dirigé lui-même Ensemble Moderne. Ah, mes amis, la musique de qualité. Cet orchestre incroyable interprète un répertoire, ou plutôt une oeuvre, magnifique, quand on aime la musique contemporaine.

Ce qui m'a réjoui en écoutant cet album, c'est qu'il y a plusieurs morceaux connus dont le fameux "Uncle Meat". Vraiment avec Zappa, vous entrez non pas dans un train fantôme, mais dans un train burlesque, grave, fort, émouvant, intelligent. Zappa est un critique de la société américaine, un parolier acide, un bon chanteur à la voix basse et unique, un musicien de génie (quelqu'un a dit : "Avec un solo de guitare de Frank Zappa, on peut écrire une symphonie"), un compositeur, un acteur, un homme politique engagé, un papa, un mari. Que de tâches, n'est-ce pas ? Tout cela ressort dans sa musique qui saute de note en note de manière précise, légère, technique et drôle, nous disant que ce monde est plastique.

Alors si vous voulez découvrir un Frank Zappa, dont le grand Pierre Boulez a dirigé trois œuvres à Paris au Châtelet (j'y étais ! Souvenir inoubliable), l'album existe, il ne faut pas l'oublier, car c'est une pièce maîtresse dans ce long voyage qui a conduit à The Yellow Shark, son titre : Boulez conducts Zappa. Donc si vous voulez découvrir le côté disons sérieux de la musique de Frank Zappa, The Yellow Shark est l'album incontournable. Vous découvrirez aussi Ensemble Moderne qui vous surprendront par leur incroyable maîtrise et vous attireront peut-être vers d'autres albums où ces génies interprètent d'autres compositeurs.

Le CD en main, je regarde le visage de Frank Zappa. Il me touche particulièrement. Oui, il y est arrivé, ce fut un long chemin, mais il est arrivé à faire jouer sa musique sérieusement. Et c'est tant mieux pour le maître. Ah oui, si vous ne connaissez absolument pas Zappa, il ne faut pas commencer par cet album, sauf si vous êtes amateurs de musique classique contemporaine, mais autrement, si vous êtes plutôt rock progressif, jazz-rock, etc., écoutez l'un des deux albums de Dweezil Zappa, son fils : Zappa Plays Zappa et The return of...

Voilà une bonne porte d'entrée dans l'univers génial (101 albums actuellement) de Zappa qui, à la longue, à force d'écoute, de découverte en découverte, peut vous amener gentiment mais sûrement dans la gueule de ce requin jaune, dévoré par la musique unique et belle de ce père de l'invention.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Frank Zappa
Le site officiel de Dweezil Zappa
Le Facebook de Dweezil Zappa


Ichigo Samuru         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=