Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Thee Oh Sees
A Weird Exits  (Castle Face Records)  août 2016

Une sortie étrange ? Qu’est-ce qui commence à ressembler plus à un disque des Thee Oh Sees qu’un disque des Thee Oh Sees ? C’est le problème avec des musiciens prolixe (mais alors très très prolixe) comme John Dwyer à la facilité d’écriture évidente, c’est d’être parfois incapable de faire un tri dans leurs compositions et de pouvoir réellement soigner toutes les chansons.

Alors certes le californien maîtrise sur le bout des doigts le garage-psyché mâtiné de pop et de riffs bien heavy et sulfureux mais cela commence sérieusement à sentir la routine. Oserions-nous poser la question du dernier véritable excellent album du groupe ? Pourtant, il est un impossible de nier l’importance de John Dwyer sur la scène rock de San Francisco et plus largement mondiale, sur sa capacité à toujours essayer de se renouveler même parfois imperceptiblement.

Au fil des années, des albums et des concerts la configuration du groupe a changé, parfois radicalement comme en 2013, comme son nom, passant d’OCS à The Ohsees. Aujourd’hui, c’est avec deux batteurs : Ryan Moutinho et Dan Rincon et avec le bassiste Tim Hellman (Ty Segall, Sic Alps) que l’on retrouve Dwyer. Nouvelle formation, que l’on retrouvait déjà sur le phénoménal Live In San Francisco, comme un nouveau départ.

Comme on peut en douter, l’accent est mis notamment sur la rythmique. Pourtant, on reste un peu sur notre faim. Deux batteurs, c’est certes plus de puissance, particulièrement hypnotique, mais on ne sort pas des clous. Ici, point ou très peu de réelle polyrythmie transcendante, les accents d’appuis coïncidents souvent entre eux, pas de trois pour deux, etc.

A l’image de la pochette, il plane sur ce A Weird Exits une atmosphère plus instrumentale, plus étrange, plus viciée et lysergique. Thee Oh Sees continue de creuser le sillon Krautrock déjà présent dans Mutilator Defeated At Last sorti l’année dernière et l’utilisation plus importante des synthés n’étonneront personne. Cela se ressent dans des titres comme l’excellent "Jammed Entrance", "Plastic Plant" ou le planant "Crawl Out Into The Fall Out, peutêtre le meilleur titre du disque. Et puis il y a "The Axis", clin d’œil à Jimi Hendrix, figure que l’on retrouve en filigrane tout au long de ce A Weird Exits, aussi bien dans le travail autour de la guitare (solos…), de la rythmique, du travail du son en studio, via la reprise de Solo Organ (Douglas Katelus) de son titre "Bold As Love".

Ne vous inquiétez pas, pour ceux qui auraient encore des doutes, ça tabasse toujours autant ("Ticklish Warrior" en forme de rouleau compresseur, "Dead Man’s Gun", le dantesque "Gelatinous Cube") et le format assez court, 8 titres, ne laisse aucun répit. Et si Thee Oh Sees venait de sortir leur meilleur album depuis très longtemps ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Thee Oh Sees en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
Thee Oh Sees en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - samedi
Thee Oh Sees en concert au Grand Mix (dimanche 19 mai 2013)
Thee Oh Sees en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)
Thee Oh Sees en concert au Festival La Route du Rock #24 (jeudi 14 août 2014)
Thee Oh Sees en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Thee Oh Sees
Le Soundcloud de Thee Oh Sees
Le Facebook de Thee Oh Sees


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=