Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Voir du pays
Delphine Coulin et Muriel Coulin  septembre 2016

Réalisé par Delphine Coulin et Muriel Coulin. France. Drame. 1h42 (Sortie le 7 septembre 2016). Avec Soko, Ariane Labed, Ginger Romàn, Karim Leklou, Andreas Konstantinou, Makis Papadimitriou, Alexis Manenti et Robin Barde.

On sait que le cinéma est presque toujours affaire d'hommes et souvent de frères. Avec Delphine et Muriel Coulin, il va désormais falloir compter sur des sœurs.

Des sœurs à sacré tempérament qui unissent leurs forces de romancière et de documentariste pour donner un deuxième film après un premier qui a beaucoup intrigué et fait parler de lui, "17 filles".

Cette fois-ci, les deux femmes ont décidé de pénétrer un milieu d'hommes qui tolère depuis peu quelques représentantes du genre féminin, à condition qu'elles aient la voix grave et aient tout du garçon manqué.

"Voir du pays" de Delphine et Muriel Coulin est en tout cas le premier film sur l'armée française moderne, celle d'après le service militaire supprimé et celle qui a pour théâtre de guerre tous les foyers de terrorisme qui pullulent ça et là.

Mais l'originalité du scénario des sœurs Coulin, tiré d'un roman écrit il y a trois ans par Delphine, ne s'arrête pas là. Dans "Voir du pays", il n'est pas question de filmer la guerre en vrai, mais de la reconstituer, avec ces zones de fiction et de friction, quand elle est finie, ou qu'on la croit finie.

Combattante en Afghanistan, l'unité à laquelle appartiennent Marine et Aurore vient d'être relevée. Avant de revenir en France, les militaires ont droit à du "bon temps", celui du débrief, dans un palace chypriote. Mais là encore, la guerre rôde puisqu'il s'agit de la rejouer une dernière fois pour l'oublier, l'évacuer, pour qu'elle ne poursuive pas ceux qui pourraient en subir le trauma.

Car, la mission a été meurtrière et, devant toute la troupe, chacun va devoir raconter ce qu'il a vu, vécu et ressenti et tout cela sera reconstitué sur écran en images de synthèse.

Cette mise en abyme de la guerre dans l'après-guerre préfigure pour tous, tout au moins pour ceux qui ne sont pas de pures machines militaires, le temps des cauchemars, des désillusions, celui où l'on peut changer son destin, même si redevenir civil ne va pas forcément faire s'évanouir les choses vues.

Avec son dispositif apparemment simple, "Voir du pays" de Delphine et Muriel Coulin montre que la guerre ne finit jamais chez celui qui en revient. Dans un Chypre lui aussi coupé en deux, chacun a bien du mal à se reconstruire, même dans un palace, même au milieu d'un luxe offert un temps pour oublier les semaines terribles où l'on a risqué sa peau.

S’effondre aussi la solidarité fictive vécue sous l'uniforme. Les rancoeurs, les petites lâchetés, l'indécrottable machisme, tout se redessine. Ce monde âpre, obtus, masculin, s'accommode de moins en moins de la présence de femmes qui perdent leur simili-virilité acquise sous le treillis pour redevenir des "proies". Féminiser l'armée ne signifie pas encore que l'armée est féministe...

Ce qui devait être un "havre de paix" s'avère finalement la continuation de la guerre par d'autres moyens.

D'une vraie originalité, connaissant parfaitement son sujet, dominé par l'interprétation convaincante d'Ariane Labed et Soko, "Voir du pays" de Delphine et Muriel Coulin se suit comme une fiction bien ficelée, décrit minutieusement le monde militaire et, sans s'enfermer dans une thèse, a le mérite de poser des questions sur ce que devenir soldat veut dire et implique.

À l'heure où l'armée recrute à coup de spots publicitaires et par campagne d'affichage, la vision de "Voir du pays" est à conseiller pour ceux qui souhaitent s'engager...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=