Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Voir du pays
Delphine Coulin et Muriel Coulin  septembre 2016

Réalisé par Delphine Coulin et Muriel Coulin. France. Drame. 1h42 (Sortie le 7 septembre 2016). Avec Soko, Ariane Labed, Ginger Romàn, Karim Leklou, Andreas Konstantinou, Makis Papadimitriou, Alexis Manenti et Robin Barde.

On sait que le cinéma est presque toujours affaire d'hommes et souvent de frères. Avec Delphine et Muriel Coulin, il va désormais falloir compter sur des sœurs.

Des sœurs à sacré tempérament qui unissent leurs forces de romancière et de documentariste pour donner un deuxième film après un premier qui a beaucoup intrigué et fait parler de lui, "17 filles".

Cette fois-ci, les deux femmes ont décidé de pénétrer un milieu d'hommes qui tolère depuis peu quelques représentantes du genre féminin, à condition qu'elles aient la voix grave et aient tout du garçon manqué.

"Voir du pays" de Delphine et Muriel Coulin est en tout cas le premier film sur l'armée française moderne, celle d'après le service militaire supprimé et celle qui a pour théâtre de guerre tous les foyers de terrorisme qui pullulent ça et là.

Mais l'originalité du scénario des sœurs Coulin, tiré d'un roman écrit il y a trois ans par Delphine, ne s'arrête pas là. Dans "Voir du pays", il n'est pas question de filmer la guerre en vrai, mais de la reconstituer, avec ces zones de fiction et de friction, quand elle est finie, ou qu'on la croit finie.

Combattante en Afghanistan, l'unité à laquelle appartiennent Marine et Aurore vient d'être relevée. Avant de revenir en France, les militaires ont droit à du "bon temps", celui du débrief, dans un palace chypriote. Mais là encore, la guerre rôde puisqu'il s'agit de la rejouer une dernière fois pour l'oublier, l'évacuer, pour qu'elle ne poursuive pas ceux qui pourraient en subir le trauma.

Car, la mission a été meurtrière et, devant toute la troupe, chacun va devoir raconter ce qu'il a vu, vécu et ressenti et tout cela sera reconstitué sur écran en images de synthèse.

Cette mise en abyme de la guerre dans l'après-guerre préfigure pour tous, tout au moins pour ceux qui ne sont pas de pures machines militaires, le temps des cauchemars, des désillusions, celui où l'on peut changer son destin, même si redevenir civil ne va pas forcément faire s'évanouir les choses vues.

Avec son dispositif apparemment simple, "Voir du pays" de Delphine et Muriel Coulin montre que la guerre ne finit jamais chez celui qui en revient. Dans un Chypre lui aussi coupé en deux, chacun a bien du mal à se reconstruire, même dans un palace, même au milieu d'un luxe offert un temps pour oublier les semaines terribles où l'on a risqué sa peau.

S’effondre aussi la solidarité fictive vécue sous l'uniforme. Les rancoeurs, les petites lâchetés, l'indécrottable machisme, tout se redessine. Ce monde âpre, obtus, masculin, s'accommode de moins en moins de la présence de femmes qui perdent leur simili-virilité acquise sous le treillis pour redevenir des "proies". Féminiser l'armée ne signifie pas encore que l'armée est féministe...

Ce qui devait être un "havre de paix" s'avère finalement la continuation de la guerre par d'autres moyens.

D'une vraie originalité, connaissant parfaitement son sujet, dominé par l'interprétation convaincante d'Ariane Labed et Soko, "Voir du pays" de Delphine et Muriel Coulin se suit comme une fiction bien ficelée, décrit minutieusement le monde militaire et, sans s'enfermer dans une thèse, a le mérite de poser des questions sur ce que devenir soldat veut dire et implique.

À l'heure où l'armée recrute à coup de spots publicitaires et par campagne d'affichage, la vision de "Voir du pays" est à conseiller pour ceux qui souhaitent s'engager...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=