Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Présents parallèles
Théâtre de la Reine Blanche  (Paris)  septembre 2016

Comédie de Jacques Attali, mise en scène de Christophe Barbier, avec Jean Alibert, Marianne Basler et Xavier Gallais.

Si ce n'était que parce qu'elle rend hommage plusieurs fois à la belle personne qu'était Robert Lynen, enfant "star" du cinéma français qui fut un merveilleux "Poil de Carotte" face à Harry Baur dans le film de Julien Duvivier, et que les nazis supplicièrent abominablement pour faits de résistance, la pièce de Jacques Attali, "Présents parallèles" serait déjà utile.

Que les amateurs de second degré prêts à se "payer" le duo Penthiobarbital le sachent tout de suite : il n'y a pas d'effet "BHL" à attendre de cette "synchronie" théâtrale et "Présents parallèles" est bien une œuvre qui a sa légitimité sur scène. Bien entendu, on ne refait pas Jacques Attili.

On sait qu'il aime montrer son intelligence par une complexité de construction qui est une de ses marques de fabrique et il faudra être en permanence sur ses gardes : les mises en abyme seront le lot commun de "Présents parallèles". Cela en sera aussi le charme.

Trois acteurs, donc, jouant trois acteurs en train de jouer trois acteurs et plus si affinités... Ce "plus" étant ses temps parallèles où, comme dans "Le Maître du Haut-Château" de Philip K. Dick, chef d'oeuve du genre "uchronique", Attali imagine la victoire des nazis... et l'existence de quelqu'un qui écrit que les nazis n'ont pas gagné la guerre, et invente, en quelque sorte, et à quelques détails près, notre réalité "objective". Sauf que le dramaturge laisse supposer que son uchronie a été écrite comme un acte de résistance au moment où l'Occupation se déroulait.

Qu'on ne s'inquiète pas trop, grâce aux trois formidables acteurs choisis, capables tour à tour de jouer, de surjouer, de se parodier ou d'émouvoir, et grâce à la mise en scène attentionnée de Christophe Barbier, la cérébralité attalienne ne posera aucun problème de compréhension.

Il y aura moult coups de théâtre et beaucoup à jouer pour Xavier Gallais, Marianne Basler et Jean Allibert. Tout commence par une vidéo rétro-futuriste amusante où l'on imagine qu'en 2016, les Parisiens rouleront, ou plutôt voleront, en Luftwagen et s'achève dans une boucle temporelle, pirouette sardonique pour retomber sur les pieds après un atterrissage mouvementé...

Si l'on marche à cet exercice méta-fictionnel, on prendra grand plaisir, à ce théâtre que ne désavourait pas un Eric-Emmanuel Schmitt. Et, surtout, on ne se laissera pas duper par l'apparence "cynisme" des propos tenus.

Car, en évoquant qu'on l'a dit le beau nom de Robert Lynen ou celui, non moins honorable de Marc Bloch, Jacques Attali montre qu'il ne souscrit pas au "tout égale tout" auquel ses personnages feignent parfois de se soumettre. Il ne passe par pertes et profits ce qui s'est passé hier face à ce qui se passe aujourd'hui.

Peut-être que "Présents parallèles", où le directeur du théâtre prévient que les gens ne veulent plus que rire, cache, derrière l'uchronie, l'amère désillusion d'un homme qui, jeune, a cru qu'on pouvait gaiement change la vie. Mais, sans doute, s'il y a, comme il est dit dans la pièce, plusieurs présents possibles, "Présents parallèles" cherche à trouver la porte de celui où l'utopie reste possible sans être meurtrière...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=