Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Brooklyn Village
Ira Sachs  septembre 2016

Réalisé par Ira Sachs. Etats Unis. Comédie. 1h25. (Sortie le 21 septembre 2016). Avec Theo Taplitz, Michael Barbier, Greg Kinnear, Jennifer Ehle, Alfred Molina, Talia Balsam, Clare Foley et Arthur J. Nascarella.

Ira Sachs n'est pas Woody Allen. C'est déjà en soi une bonne nouvelle... Cela fait déjà un certain nombre de films qu'il pose, en compagnie de son co-scénariste attitré, Mauricio Zacharias, son regard sur la société américaine urbaine, bobo et lettrée.

A l'inverse de l'impétrant déjà cité, il ne s'agit pas pour lui d'en faire l'apologie par la caricature, mais de fixer à travers son prisme les maux et les travers qui frappent à tous les étages sociaux.

Ceux qui auront vu "Love is strange" auront un peu d'avance sur les nouveaux venus et sauront déjà que le regard d'Ira Sachs n'est ni moralisateur ni complaisant et que s'il dit les choses, c'est à son spectateur d'en conclure ce qu'il faut en conclure...

Ici, on est de nouveau à New York, plus précisément à Brooklyn et les temps changent, comme disait jadis Bob Dylan. Et surtout les prix montent en flèche. La jolie maison qu'hérite Brian de son père défunt abrite au rez-de-chaussée une petite boutique de vêtements tenue par Leonor, une gentille hispano-américaine qui s'occupait plus de son père que lui dans ses dernières années...

Il lui avait promis qu'elle pourrait rester toujours là... à loyer modéré. Mais, même quand on se prétend sans préjugés et qu'on ne votera certainement pas pour Trump aux prochaines élections, on ne peut pas faire passer la réalité après les bons sentiments. Et qu'importe si le fils de Brian et celui de Leonor deviennent instantanément de grands copains, elle devra aller voir ailleurs...

Les deux inséparables, voyant l'ambiance se tendre entre leurs parents, auront beau faire la grève de la parole à la manière des petits Japonais de "Bonjour" de Yasujiro Ozu, rien n'y fera...

Le destin est tout tracé et les deux enfants seront séparés par une barrière invisible et infranchissable, dont on mesurera avec amertume toute la force à la fin de ce film subtilement sociologique.

On pourrait aller jusqu'à rapprocher "Brooklyn Village" d'Ira Sachs au dernier film de Frederick Wiseman, "In Jackson Heights", puisqu'il passe par la fiction pour arriver à un résultat analogue, la dénonciation de la "gentrification", de la fin de la "mixité sociale" dans cette ville du mélange cosmopolite qu'avait toujours été New York.

Avec beaucoup de finesse, et finalement peu d'éléments, Ira Sachs explique qu'on ne peut pas (trop) blâmer les uns et les autres, qu'ils sont "contraints" à agir selon leurs intérêts plutôt que selon leur cœur. Ce qui rend les choses particulièrement injustes pour les enfants.

Ira Sachs et Mauricio Zacharias vont jusqu'à dire - pour ceux qui le comprendront - que le destin de Tony, le fils de Leonor, va se construire autour de ce moment où il quitte le saint des saints new-yorkais, et qu'il en sera à jamais meurtri...

Eh oui... On peut encore faire des films new-yorkais pas seulement pour les Parisiens qui échangeront un jour leur appartement avec la famille de Brian et qui seront contents de revoir leur point de chute au centre de la "Grosse Pomme".

Souscrire à la modestie pleine de charme de "Brooklyn Village" d'Ira Sachs ne doit pas empêcher de voir en pointillé et en creux toute la critique sociale qui s'y niche sans en avoir l'air.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=