Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Brooklyn Village
Ira Sachs  septembre 2016

Réalisé par Ira Sachs. Etats Unis. Comédie. 1h25. (Sortie le 21 septembre 2016). Avec Theo Taplitz, Michael Barbier, Greg Kinnear, Jennifer Ehle, Alfred Molina, Talia Balsam, Clare Foley et Arthur J. Nascarella.

Ira Sachs n'est pas Woody Allen. C'est déjà en soi une bonne nouvelle... Cela fait déjà un certain nombre de films qu'il pose, en compagnie de son co-scénariste attitré, Mauricio Zacharias, son regard sur la société américaine urbaine, bobo et lettrée.

A l'inverse de l'impétrant déjà cité, il ne s'agit pas pour lui d'en faire l'apologie par la caricature, mais de fixer à travers son prisme les maux et les travers qui frappent à tous les étages sociaux.

Ceux qui auront vu "Love is strange" auront un peu d'avance sur les nouveaux venus et sauront déjà que le regard d'Ira Sachs n'est ni moralisateur ni complaisant et que s'il dit les choses, c'est à son spectateur d'en conclure ce qu'il faut en conclure...

Ici, on est de nouveau à New York, plus précisément à Brooklyn et les temps changent, comme disait jadis Bob Dylan. Et surtout les prix montent en flèche. La jolie maison qu'hérite Brian de son père défunt abrite au rez-de-chaussée une petite boutique de vêtements tenue par Leonor, une gentille hispano-américaine qui s'occupait plus de son père que lui dans ses dernières années...

Il lui avait promis qu'elle pourrait rester toujours là... à loyer modéré. Mais, même quand on se prétend sans préjugés et qu'on ne votera certainement pas pour Trump aux prochaines élections, on ne peut pas faire passer la réalité après les bons sentiments. Et qu'importe si le fils de Brian et celui de Leonor deviennent instantanément de grands copains, elle devra aller voir ailleurs...

Les deux inséparables, voyant l'ambiance se tendre entre leurs parents, auront beau faire la grève de la parole à la manière des petits Japonais de "Bonjour" de Yasujiro Ozu, rien n'y fera...

Le destin est tout tracé et les deux enfants seront séparés par une barrière invisible et infranchissable, dont on mesurera avec amertume toute la force à la fin de ce film subtilement sociologique.

On pourrait aller jusqu'à rapprocher "Brooklyn Village" d'Ira Sachs au dernier film de Frederick Wiseman, "In Jackson Heights", puisqu'il passe par la fiction pour arriver à un résultat analogue, la dénonciation de la "gentrification", de la fin de la "mixité sociale" dans cette ville du mélange cosmopolite qu'avait toujours été New York.

Avec beaucoup de finesse, et finalement peu d'éléments, Ira Sachs explique qu'on ne peut pas (trop) blâmer les uns et les autres, qu'ils sont "contraints" à agir selon leurs intérêts plutôt que selon leur cœur. Ce qui rend les choses particulièrement injustes pour les enfants.

Ira Sachs et Mauricio Zacharias vont jusqu'à dire - pour ceux qui le comprendront - que le destin de Tony, le fils de Leonor, va se construire autour de ce moment où il quitte le saint des saints new-yorkais, et qu'il en sera à jamais meurtri...

Eh oui... On peut encore faire des films new-yorkais pas seulement pour les Parisiens qui échangeront un jour leur appartement avec la famille de Brian et qui seront contents de revoir leur point de chute au centre de la "Grosse Pomme".

Souscrire à la modestie pleine de charme de "Brooklyn Village" d'Ira Sachs ne doit pas empêcher de voir en pointillé et en creux toute la critique sociale qui s'y niche sans en avoir l'air.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=