Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Brooklyn Village
Ira Sachs  septembre 2016

Réalisé par Ira Sachs. Etats Unis. Comédie. 1h25. (Sortie le 21 septembre 2016). Avec Theo Taplitz, Michael Barbier, Greg Kinnear, Jennifer Ehle, Alfred Molina, Talia Balsam, Clare Foley et Arthur J. Nascarella.

Ira Sachs n'est pas Woody Allen. C'est déjà en soi une bonne nouvelle... Cela fait déjà un certain nombre de films qu'il pose, en compagnie de son co-scénariste attitré, Mauricio Zacharias, son regard sur la société américaine urbaine, bobo et lettrée.

A l'inverse de l'impétrant déjà cité, il ne s'agit pas pour lui d'en faire l'apologie par la caricature, mais de fixer à travers son prisme les maux et les travers qui frappent à tous les étages sociaux.

Ceux qui auront vu "Love is strange" auront un peu d'avance sur les nouveaux venus et sauront déjà que le regard d'Ira Sachs n'est ni moralisateur ni complaisant et que s'il dit les choses, c'est à son spectateur d'en conclure ce qu'il faut en conclure...

Ici, on est de nouveau à New York, plus précisément à Brooklyn et les temps changent, comme disait jadis Bob Dylan. Et surtout les prix montent en flèche. La jolie maison qu'hérite Brian de son père défunt abrite au rez-de-chaussée une petite boutique de vêtements tenue par Leonor, une gentille hispano-américaine qui s'occupait plus de son père que lui dans ses dernières années...

Il lui avait promis qu'elle pourrait rester toujours là... à loyer modéré. Mais, même quand on se prétend sans préjugés et qu'on ne votera certainement pas pour Trump aux prochaines élections, on ne peut pas faire passer la réalité après les bons sentiments. Et qu'importe si le fils de Brian et celui de Leonor deviennent instantanément de grands copains, elle devra aller voir ailleurs...

Les deux inséparables, voyant l'ambiance se tendre entre leurs parents, auront beau faire la grève de la parole à la manière des petits Japonais de "Bonjour" de Yasujiro Ozu, rien n'y fera...

Le destin est tout tracé et les deux enfants seront séparés par une barrière invisible et infranchissable, dont on mesurera avec amertume toute la force à la fin de ce film subtilement sociologique.

On pourrait aller jusqu'à rapprocher "Brooklyn Village" d'Ira Sachs au dernier film de Frederick Wiseman, "In Jackson Heights", puisqu'il passe par la fiction pour arriver à un résultat analogue, la dénonciation de la "gentrification", de la fin de la "mixité sociale" dans cette ville du mélange cosmopolite qu'avait toujours été New York.

Avec beaucoup de finesse, et finalement peu d'éléments, Ira Sachs explique qu'on ne peut pas (trop) blâmer les uns et les autres, qu'ils sont "contraints" à agir selon leurs intérêts plutôt que selon leur cœur. Ce qui rend les choses particulièrement injustes pour les enfants.

Ira Sachs et Mauricio Zacharias vont jusqu'à dire - pour ceux qui le comprendront - que le destin de Tony, le fils de Leonor, va se construire autour de ce moment où il quitte le saint des saints new-yorkais, et qu'il en sera à jamais meurtri...

Eh oui... On peut encore faire des films new-yorkais pas seulement pour les Parisiens qui échangeront un jour leur appartement avec la famille de Brian et qui seront contents de revoir leur point de chute au centre de la "Grosse Pomme".

Souscrire à la modestie pleine de charme de "Brooklyn Village" d'Ira Sachs ne doit pas empêcher de voir en pointillé et en creux toute la critique sociale qui s'y niche sans en avoir l'air.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=