Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Brooklyn Village
Ira Sachs  septembre 2016

Réalisé par Ira Sachs. Etats Unis. Comédie. 1h25. (Sortie le 21 septembre 2016). Avec Theo Taplitz, Michael Barbier, Greg Kinnear, Jennifer Ehle, Alfred Molina, Talia Balsam, Clare Foley et Arthur J. Nascarella.

Ira Sachs n'est pas Woody Allen. C'est déjà en soi une bonne nouvelle... Cela fait déjà un certain nombre de films qu'il pose, en compagnie de son co-scénariste attitré, Mauricio Zacharias, son regard sur la société américaine urbaine, bobo et lettrée.

A l'inverse de l'impétrant déjà cité, il ne s'agit pas pour lui d'en faire l'apologie par la caricature, mais de fixer à travers son prisme les maux et les travers qui frappent à tous les étages sociaux.

Ceux qui auront vu "Love is strange" auront un peu d'avance sur les nouveaux venus et sauront déjà que le regard d'Ira Sachs n'est ni moralisateur ni complaisant et que s'il dit les choses, c'est à son spectateur d'en conclure ce qu'il faut en conclure...

Ici, on est de nouveau à New York, plus précisément à Brooklyn et les temps changent, comme disait jadis Bob Dylan. Et surtout les prix montent en flèche. La jolie maison qu'hérite Brian de son père défunt abrite au rez-de-chaussée une petite boutique de vêtements tenue par Leonor, une gentille hispano-américaine qui s'occupait plus de son père que lui dans ses dernières années...

Il lui avait promis qu'elle pourrait rester toujours là... à loyer modéré. Mais, même quand on se prétend sans préjugés et qu'on ne votera certainement pas pour Trump aux prochaines élections, on ne peut pas faire passer la réalité après les bons sentiments. Et qu'importe si le fils de Brian et celui de Leonor deviennent instantanément de grands copains, elle devra aller voir ailleurs...

Les deux inséparables, voyant l'ambiance se tendre entre leurs parents, auront beau faire la grève de la parole à la manière des petits Japonais de "Bonjour" de Yasujiro Ozu, rien n'y fera...

Le destin est tout tracé et les deux enfants seront séparés par une barrière invisible et infranchissable, dont on mesurera avec amertume toute la force à la fin de ce film subtilement sociologique.

On pourrait aller jusqu'à rapprocher "Brooklyn Village" d'Ira Sachs au dernier film de Frederick Wiseman, "In Jackson Heights", puisqu'il passe par la fiction pour arriver à un résultat analogue, la dénonciation de la "gentrification", de la fin de la "mixité sociale" dans cette ville du mélange cosmopolite qu'avait toujours été New York.

Avec beaucoup de finesse, et finalement peu d'éléments, Ira Sachs explique qu'on ne peut pas (trop) blâmer les uns et les autres, qu'ils sont "contraints" à agir selon leurs intérêts plutôt que selon leur cœur. Ce qui rend les choses particulièrement injustes pour les enfants.

Ira Sachs et Mauricio Zacharias vont jusqu'à dire - pour ceux qui le comprendront - que le destin de Tony, le fils de Leonor, va se construire autour de ce moment où il quitte le saint des saints new-yorkais, et qu'il en sera à jamais meurtri...

Eh oui... On peut encore faire des films new-yorkais pas seulement pour les Parisiens qui échangeront un jour leur appartement avec la famille de Brian et qui seront contents de revoir leur point de chute au centre de la "Grosse Pomme".

Souscrire à la modestie pleine de charme de "Brooklyn Village" d'Ira Sachs ne doit pas empêcher de voir en pointillé et en creux toute la critique sociale qui s'y niche sans en avoir l'air.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=