Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eau sauvage
Théâtre Paris-Villette  (Paris)  septembre 2016

Monologue dramatique écrit par Valérie Mréjen, et interprété par Bénédicte Cerutti dans une mise en scène de Julien Fišera.

Un père parle à sa fille. Ce père est joué par une femme et il lui parle d'une "boîte lumineuse" où il est installé.

Le fond de ce carré assez rassurant, dont le sol semble être fait de sable blanc, est d'abord l'objet de jolies variations de couleurs, puis c'est l'ombre - ou l'hologramme - du personnage qui se déforme ou se multiplie. Quand il s'assiera, il y aura derrière lui, une forme assise, comme en lévitation au-dessus de lui.

C'est dans ce dispositif, dans cet écrin plus précisément, que Bénédicte Cerutti parle, habillée en blanc, enceinte sans qu'on sache jamais si elle l'est vraiment, ou si c'est le père qui le serait métaphoriquement.

Sa parole est un flux de mots de tous les jours, ceux que Léo Ferré dans "Avec le temps" avait qualifié de "mots des pauvres gens". Pourtant, cette simplicité ne débouche sur aucune vraie indication sociale.

L'actrice l'interprète sans qu'on puisse le tirer vers une caricature, sans non plus lui donner un caractère bien trempée. Elle paraît parfois se dédoubler comme s'il y avait plusieurs personnages qui pouvaient sortir de sa gorge. Quel que soit l'effet escompté, la conséquence immédiate est qu'elle ne donne ni l'impression de réciter ni d'être l'héroïne d'un monologue. Elle est là, un point c'est tout.

Les effets visuels signalés, étonnamment, ne compliquent pas ce qui pourrait être ressenti comme très maniéré. Au contraire, leur délicatesse poétique, leur côté bizarrement apaisant sont comme la preuve que le texte de Valérie Mréjen n'est pas une construction "intellectuelle", un exercice de style excluant ceux qui ne savent pas décrypter la forme théâtrale.

Car cette adaptation de son roman "Eau Sauvage" par Julien Fisera ne vise que l'évidence et ne cherche qu'à convaincre qu'elle a écrit une œuvre d'une grande simplicité qui convenait bien à un montage théâtral.

L'heure jamais ennuyeuse passée en compagnie de Bénédicte Cerutti, qu'on avait vu à son avantage dans "Aglavaine et Sélysette" de Maurice Maeterlinck, mise en scène à la Colline par Célie Pauthe, respire la sérénité.

La comédienne porte les mots de Valérie Mréjen sans trahir leur origine littéraire. On a souvent l'impression qu'elle improvise dans cette conversation avec une jeune fille aimée mais hors champ. Si elle paraît déboussolée par celle qui doit être une ado dans toute sa splendeur, donc assez imperméable aux discours, et a fortiori à celui d'un père, elle n'en fait cependant pas un drame.

Dans "Eau sauvage", tout paraît léger et fugace. Cette bulle bavarde n'éclate jamais et on pourrait même imaginer qu'une fois achevée de dire le texte de Valérie Mréjen, Bénédicte Cerutti se remette dans la foulée à le rejouer...

De toute façon, on n'y coupera pas : une fois "Eau sauvage" achevé on n'aura qu'une envie, celle de se précipiter pour acheter ou emprunter le livre paru chez Allia. A priori, cette démarche ne décevra pas ceux qui la tenteront.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=