Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moi, moi & François B.
Théâtre Montparnasse  (Paris)  septembre 2016

Comédie de Clément Gayet, mise en scène de Stéphane Hillel, avec François Berléand, Sébastien Castro, Constance Dollé, Inès Valarcher et Clément Gayet.

François Berléand, dans son propre rôle, attend un taxi en bas de chez lui. Il est en retard pour se rendre au théâtre où il interprète le "Dom Juan" de Molière. Il se répète les vers à haute voix, mais la mémoire lui fait défaut.

Son taxi n'arrive toujours pas, en effet le conducteur a déjà pris la course avec un passager qui disait s'appeler François Berléand. Sa femme lui apporte au pied de l'immeuble le manteau beige qu'il a oublié en partant, or il ne le reconnaît pas car son manteau beige est en fait gris.

Hélant un taxi à la volée, il s'endort sur le siège à l'arrière du véhicule, et se réveille dans une agence de voyage sans portes ni fenêtres, en compagnie d'un jeune auteur Vincent.

"Moi, moi & François B." est la première pièce de Clément Gayet présentée sur les planches. Après avoir écrit une pièce pour laquelle il avait songé à François Berléand comme interprète principal, il décide de joindre à son manuscrit une lettre sous forme de dialogue entre lui et l'acteur. C'est finalement cette lettre, qu'il trouve plus réussie que le texte de la pièce qu'il vient de terminer, qui servira d'ébauche à "Moi, Moi & François B.".

L'un des principaux intérêts de cette comédie est d'observer François Berléand jouer à être un autre lui-même. "Est-il ou n'est-il pas lui-même ?" est la question absurde qui sous-tend toute la pièce. Cette question renvoie aussi à ce qu'est la notion d'acteur : Jouer, est-ce être quelqu'un d'autre ou est-ce être un différent soi-même? S'agit-il d'être naturel, voire "de ne rien faire", ou de travailler la posture et le langage? Enfin, Arditi pourrait-il interpréter François Berléand ?

Le texte de Clément Gayet ne cherche pas à résoudre ces questions, mais son questionnement sert de trame à cette histoire absurde et ingénieusement piégée de chausses-trappes.

La mise en scène de Stéphane Hillel consiste d'abord à insister sur le naturel alors que les acteurs sont plongés dans une situation absolument incroyable. Légère, fluide, sa direction d'acteur appuie sur les tics et expressions des comédiens tels que que le spectateur les connaît, c'est-à-dire en situation de promotion de leurs pièces ou films précédents.

François Berléand ou Sébastien Castro sont donc tels qu'on a pu les voir sur les plateaux des émissions d'infotainment à la télévision. Or être en promotion consiste, là encore, en un autre rôle. François Berléand joue donc un François Berléand un peu bougon, voire blasé, mais à la lueur malicieuse au coin de l’œil que les téléspectateurs connaissent.

Sébastien Castro, vu dans de nombreux films ou au théâtre dans "Amour et Chipolatas", "Mission Florimont" ou encore "Le vison voyageur", conserve le ton précieux qu'il adoptait dans son one-man show "Toutes mes condoléances".

La riche carrière de Constance Dollé, essentiellement identifiée par les spectateurs par ses rôles à la télévision dans des registres souvent différents, lui offre, paradoxalement, une aire de jeu plus ample que celle de ses camarades. Elle va donc apparaître tour à tour soucieuse, séductrice ou enthousiaste mais toujours avec autant d'aisance.

Enfin, dans un rôle lunaire et poétique, Inès Valarcher offre une performance inattendue et drôle qui renvoie à une des clés possibles d'interprétation de la pièce, à savoir le personnage de la danseuse chez Picasso et donc à la période du surréalisme et de l'extension de la psychanalyse. Cette impression est d'ailleurs renforcée par les décors d'Edouard Laug.

On peut aussi avoir, de cette pièce, une approche plus pop, qui renverrait à la série "Le Prisonnier", au dernier épisode de "Twin Peaks" ou encore au récent "Mr. Robot", mais dans un registre comique.

Malgré parfois quelques baisses de rythme, Clément Gayet signe donc une des comédies les plus intrigantes de cette rentrée théâtrale, servie par d'excellents acteurs pleins d'autodérision.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=