Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce M.I.A.
A.I.M.  (Interscope Records)  septembre 2016

La boucle est bouclée. Quelque treize années après ses débuts, M.I.A. multiplie dans ce cinquième disque, le dernier à l’en croire, les références à son propre parcours ; notamment son tout premier album Arular.

Je n’utilise pas le mot "parcours" par hasard. Il s’agit certes d’auto-citations artistiques, mais pas seulement : c’est aussi vers son histoire personnelle que M.I.A. se tourne dans AIM, à la manière de Georges Pérec dans Espèces d’espaces, par exemple. Comme l’écrivain français, la chanteuse anglaise née au Sri Lanka accorde une importance déterminante à la géographie. Mathangi "Maya" Arulpragasam alias M.I.A. est arrivée en Occident en tant que migrante, et cet album est plus que jamais l’occasion de revendiquer ce passé.

Dans la chanson "Visa", M.I.A. va jusqu’à s’auto-sampler : on y retrouve en effet un extrait de "Galang". Je me souviens que j’écoutais la mélodie vocale que M.I.A. a samplée ("Ya Ya haaaaaa... Oh eh oh eh oh oh ya ya yay") comme une sorte d’hymne, comme la bande originale d’un renouveau musical qui allait retourner la pop comme une crêpe. Pas manqué : aujourd’hui, de Santigold à Beyoncé en passant par Rihanna et Nicki Minaj, tout le monde fait du M.I.A..

"Galang” aurait pourtant pu connaître un tout autre parcours. M.I.A. avait initialement enregistré cette chanson, la deuxième qu’elle ait jamais composée, avec l’intention de la soumettre à Elastica pour les encourager à continuer leur chemin musical. Mais sa clairvoyante amie Justine Frischmann l’avait encouragée à se l’approprier, pressentant sans doute la capacité de M.I.A. à inventer un langage musical unique à partir de la boîte à rythmes qu’elle lui avait offerte, et de l’impressionnant aplomb de sa voix, bien entendu. Merci, Justine.

En 1999, il devait se passer de drôles de choses dans la tête de cette jeune Sri-lankaise de 24 ans, débarquée en Angleterre treize ans plus tôt en tant que réfugiée politique, lorsqu’elle rencontra la chanteuse d’Elastica à un concert de Air par l’entremise d’un ami commun (un certain Damon Albarn), et commença à collaborer avec son groupe, signant une pochette de disque et un clip pour Elastica. Parcours croisés. Pour elle, dont le père était l’un des fondateurs d’une force de résistance indépendantiste au Sri Lanka considérée par la CIA et le monde occidental comme terroriste, se retrouver étudiante dans une école d’art londonienne et être entourée d’amis hype n’avait sûrement rien d’évident a priori.

Rien n’est anodin, chez M.I.A. Son plus grand tube "Paper planes" est probablement le hit pop le plus subversif de l’histoire. Utiliser le langage de la musique populaire pour faire passer des messages politiques, personne ne l’a fait aussi bien qu’elle. Dans la géniale "Foreign friend", sur AIM, elle écrit : "I said as a refugee, you know / Where we come from, we get out our tent / Then we climb over the fence / We don’t wanna cause an offense / Then we get a Benz, flatscreen TV, and we pay rent / Then we think we made it / Then we be your foreign friend." ("Là d’où je viens, nous, les réfugiés, nous sortons de nos tentes, nous sautons par-dessus les barrières. On ne cherche pas les ennuis. On bosse pour s’acheter une Benz, un écran plat, pour payer notre loyer. On estime qu’on y est arrivé. Et puis on devient votre ami étranger.") Coucou, Nadine Morano.

Comme d’habitude, le caractère idéologique de sa musique ne prend jamais le dessus sur le plus important : le rythme. La danse… le swag.

Après tout, comme elle le dit elle-même dans "Freedun", son pays n’est ni le Sri Lanka, ni l’Angleterre. Son pays, c’est le "People’s Republic of Swagger-stan" (la "République populaire du Swagistan"). C’est encore moins les Etats-Unis, qui lui mettent bien des bâtons dans les roues pour obtenir son visa et aller y promouvoir AIM. Il faut croire que les autorités n’ont pas apprécié le "middle-finger" qu’elle a adressé à la caméra lors de son passage au Super-Bowl en duo avec Madonna. Parcours censuré.

Comme pour symboliser le bégaiement de l’histoire dont elle parle dans AIM, album largement influencé par la récente crise dite des migrants, la chanson "Bird song" apparaît à deux reprises : une première produite par Diplo,

[collaboration inattendue tant la relation entre les deux anciens comparses s’était tendue ces derniers temps (pour des raisons politiques, évidemment), et une autre, que je préfère largement, par Blaqstarr.

Les deux contiennent en tout cas le même sample tiré d’un film indien.

Quand M.I.A. échantillonne Bollywood, des percussions sri lankaises, voire des sabres chinois comme dans "Swords", la résonance de telles références revêt forcément un aspect authentique, jamais exotisante. Parcours pour témoigner.

Je ne suis pas dupe non plus : je sais bien que M.I.A. fut mariée à un milliardaire, et qu’elle a récemment participé à une campagne de pub pour H&M, World Recycle.

Elle est d’ailleurs la première à être consciente de ses propres contradictions, comme l’indique ces paroles du morceau "Believer",

citées dans un documentaire jamais paru (mais on ne désespère pas qu’il le soit un jour) : "I could be a genius, I could be a cheat. It’s a thin line, and I’m fucking with it." ("Je pourrais être un génie, ou je pourrais être en toc. C’est une frontière ténue, et je fais du trampoline dessus.").

Deux autres chansons de AIM, pour vous convaincre de l’acheter : "Go off",

et "Borders".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Matangi de M.I.A.
M.I.A. en concert au Trianon (samedi 11 décembre 2010)
M.I.A. en concert au Zénith de La Villette (dimanche 6 juillet 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de M.I.A.
Le Soundcloud de M.I.A.
Le Facebook de M.I.A.


Mickaël Mottet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Chanson Du Jour 15 - Bucky Down Gun de MIA (28 aout 2016)


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=