Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laëtitia
Ivan Jablonka  (Editions du Seuil)  août 2016

Véritable tour de force littéraire (et aussi coup de cœur) que ce Laëtitia (ou la fin des hommes) de l’historien Ivan Jablonka ; passionnant, mais aussi bouleversant, ce livre est basé sur un épouvantable fait divers survenu en 2011 dans l’Ouest de la France.

Mais qui est cette Laëtitia ? Quel est ce fait divers qui peut intéresser un historien au point d’en faire un livre ?

Laëtitia c’est d’abord une affaire, un terrible fait divers qui va tenir en haleine la France pendant plus d’un mois de sa disparition au mois de janvier 2011 à la recherche de son corps une fois le meurtrier arrêté (ce dernier nargue les enquêteurs en disant qu’ils ne le trouveront pas) jusqu’à la découverte de son corps démembré quelques semaines plus tard.

Laëtitia c’est aussi une victime, parmi d’autres, d’un délinquant mais aussi d’un président de l’époque, Sarkozy, n’hésitant pas à se servir de son cadavre pour s’immiscer dans la sphère judiciaire française (moi qui pensais que la justice était indépendante !). L’affaire fut à l’origine d’un mouvement de grèves et de contestations de la part de la magistrature (près de 800 magistrats dans la rue quand même) qui n’acceptait pas les remarques véhémentes et les reproches formulés par le chef de l’Etat à son égard dans un contexte de restrictions budgétaires de l’appareil judiciaire français. Ben oui, pourquoi ces salauds de juge ont-ils laissé sortir ce criminel récidiviste se demandait à l’époque Sarkozy ?

Le nom de la victime, Laëtitia Perrais, fut alors très vite connu des français pour ce crime odieux repris en boucle (avec la délicatesse que l’on connait) par les chaînes d’infos continus et par nos chers hommes politiques de gauche comme de droite. Ivan Jablonka, face à cette puanteur nauséabonde médiatique qui dépossédait la jeune fille de son histoire, a voulu, dans cet ouvrage, lui rendre hommage (avec l’accord de sa sœur jumelle) à travers ce qu’elle était réellement : une jeune fille de dix-huit ans insouciante, un peu paumé, cabossée par son enfance, avec des envies, des passions, des désirs et des peurs ; une jeune femme au parcours personnel difficile qui pourrait expliquer en partie sa fin brutale.

Ivan Jablonka a donc voulu étudier le fait divers comme un fait social, un objet d’histoire. Pendant deux ans, il a mené son enquête, rencontré les proches, sa sœur, l’avocate de sa sœur, sa famille d’accueil, les différents acteurs de l’affaire et a assisté au procès de son meurtrier, le sordide Tony Meilhon, qui n’hésita pas en plein procès à entonner une chanson sur sa pauvre victime.

Tout est analysé par Jablonka dans ce livre avec comme fil conducteur les derniers jours de la victime et la recherche de son corps. Le livre s’attarde sur les aspects psychologiques du tueur, que Jablonka nous présente à travers son passé, son enfance mais aussi ses nombreux séjours en prison. Jablonka insiste aussi sur l’aspect psychologique de la victime, Laëtitia, qui souffre, comme son meurtrier, d’une enfance difficile car placée très tôt en famille d’accueil avec sa sœur jumelle. L’auteur s’intéresse aussi à l’aspect politico-médiatique de ce fait divers (c’est pour moi sûrement l’ensemble le plus intéressant du livre) avec les medias (particulièrement les chaînes d’infos) qui n’hésitent pas à "surfer" sur la mort (le glauque, l’atroce et le sang ça fait vendre) et la recherche d’un corps démembrée à coup de dépêches inutiles, ne sachant pas choisir entre le père naturel de la jeune fille et son "père" de famille d’accueil (lequel des deux faut-il interroger en priorité pour faire pleurer le plus dans les chaumières ?). Pour Sarkozy, le choix fut beaucoup plus facile car il passa son temps aux côtés du père d’accueil, Mr Patron (lequel fut invité à de nombreuses reprises à l’Elysée) pour partir en croisade main dans la main avec lui contre les délinquants sexuels.

Evidemment, pour Sarkozy, l’invisibilisation du père de Laëtitia n’est pas due au hasard. Au moment où le débat sur la récidive des délinquants sexuels était relancé tambour battant, il aurait été malheureux d’associer à la geste présidentielle un homme, le père naturel de Laëtitia, condamné aux assises pour le viol de la mère. Sarkozy avait décidé que le père d’accueil éclipserait le père naturel sauf que ce remplacement apparût très vite comme une usurpation lorsque le père d’accueil, quelques mois plus tard, fut à son tour, mis en examen pour viols sur la sœur de jumelle de Laëtitia. On comprit alors que notre président de la République avait combattu les délinquants sexuels aux côtés d’un pédophile : FABULEUX. L’axe patron-Sarkozy, pacte politico-émotionnel conclu pour la circonstance, se révéla alors un projet d’instrumentalisation mutuelle, jeu de dupes dans lequel chacun essayait de manipuler l’autre.

Aux frontières du journalisme, de l’histoire, de la littérature et de la sociologie, Ivan Jablonka livre donc un texte passionnant (le mot est faible) à la fois féministe et politique qui prend soin de rendre à la victime son statut d’être humain mais aussi de décortiquer les différents aspects de l’affaire Laëtitia Perrais : vulnérabilité infantile et féminine, rôle des médias, défaillances judiciaires par manque de moyens, importance du destin, comportement des politiques et surtout absurdité (le mot est encore faible) du discours compassionnel-sécuritaire que l’on continue encore d’entendre aujourd’hui pour d’autres faits. Chapeau bas monsieur Jablonka !

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=