Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Isis - Jesu - Dalek
La locomotive  (Paris)  29 mai 2005

Comment savoir si on vient de vivre un grand moment musical, qui restera impregné longtemps dans le cerveau. Quand à l'écoute de l'album peu après le concert, les poils des bras se hérissent et qu'un frisson terrifiant vous descend le long de la colonne vertêbrale.

Trois jours, il m'a fallut trois jours pour oser reposer Panopticon sur ma platine. Dés les 1er secondes, c'était parti, Isis me collait la chair de poule (mais celle là croyez moi: qu'est-ce-qu'elle est agréable !).

Alors que d'autres étaient scotchés à leur téléviseur pour la grande messe du Oui-Non, la Loco semblait prête à exploser sous la pression de l'énorme masse de personnes qui s'était entassée dedans. Il faut dire que les occasions de voir un groupe comme Isis en France sont assez rares pour ne pas être manquées.

Avant les génies du hardcore ambiant, on avait le droit à deux mises en bouche:

Tout d'abord Dalek. Le collectf rap laisse d'abord un ami, OODD, rapper seul pendant 20min sur du hip-hop aux beats électros. Un bon flow, mais un peu trop de revendications du genre "hey mother fucker, I'm OODD from the Bronx, hey...".

Puis la passation de mic avec Dalek s'opère, pour le plus grand plaisir de public (beaucoup de gens étaient venus spécialement pour eux). 2 dj's envoient des rythmes sur lesquels rape un énorme type. La basse était écrasante et les morceaux un peu trop longs et plutôt chiants au final.

L'envie pressante de voir Isis, et le temps que resta Dalek sur scène (1h en tout avec la participation de ce mother fucking guy d'OODD) m'ont certainement rendu beaucoup moins patient. Bref, passons.

Jesu, ou la nouvelle sensation de rock ambiancé lourd et dépressif, doit maintenant jouer. Probléme, après le 1er morceau (fort bien d'ailleurs), le groupe s'arrête pendant 10 minutes suite à un problème technique du guitariste Justin Broadrick (leader de feu Godflesh).

Pour la petite histoire, Jesu était le dernier morceau du dernier album de Godflesh (une manière de boucler la boucle?). Après 10 bonnes minutes , le trio nous replonge dans son univers (celui de Broadrick) pour 2 titres longs et rythmiquement entêtants. Et là, c'est le drame.

La guitare ne semble pas vouloir être docile ce soir, et le groupe doit capituler après seulement 3 morceaux. Fichtre, diantre, morbleu dirait mon bisaïeul. Les plus déçus compteront les jours les séparant de la prestation du groupe au Fury Fest (24,25,26 juin).

22h00, la Loco toute entière retient son souffle. Les rideaux s'ouvrent : Isis est bien là.

D'entrée de jeu ils attaquent avec le morceau d'ouverture de Panopticon. Le son est très bon. Aaron Turner s'époumone aussi bien que sur disque sur les rares phases où il a à le faire. Le boss de label Hydrahead (Jesu, Knut, Converge...) est impressionnant de prestance et de puissance. Il gesticule dans tous les sens et malmène sa guitare.

Les autres menbres assurent bien aussi le show. Le batteur est remarquablement carré (impeccable de bout en bout). Le clavier (qui se trouve être le mec à côté de qui j'étais pendant le set de Dalek et à qui j'aurais bien dit de se couper les cheveux) passe du clavier à une 3ème guitare. Ils enchaînent avec le second morceau de Panopticon avant une petite visite sur les terres d'"Oceanic".

Le monstrueux 1er titre de Celestial est lâché en pâture à une foule conquise et studieuse. Le charme opère, Isis en live c'est quelque chose!! Les sensations ressenties sur album sont décuplées pour atteindre un niveau de perfection difficilement égalable. Seul Neurosis (dont Isis est quand même le fils spirituel rappelons-le) semble en mesure d'être aussi intense sur scène.

Très peu de communication avec le public, mais au fond, on s'en fout? L'intéraction n'en est que plus grande. Isis nous offre même un rappel (tiens c'est bizarre, je pensais qu'ils étaient américains...). 1h15 de show et Isis repart emportant avec lui un peu de nous...ou alors est-ce l'inverse...

A la sortie, les réactions sont unanimes. La France a dit non, mais qu'on soit partisan du oui ou pas, ce dimanche 29 mai restera dans les mémoires comme un grand jour.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album In the absence of Truth de Isis
Isis en concert au Festival Furia Sound 2009
Dalek en concert à Pzzle Festival #3 (édition 2017)


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=