Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Bac 68
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  octobre 2016

Comédie française, écrite, mise en scène et jouée par Philippe Caubère.

Quand on a vu "La Danse du Diable", on n'a qu'une idée en tête : voir au plus vite "Le Bac 68", deuxième volet des aventures de Ferdinand Faure, alias Philippe Caubère.

Dans les précédents chapitres, celui-ci était encore un tout jeune garçon du début des années 1960, à l'imagination débordante, qui, une fois la porte de sa chambre fermée, convoquait tout un tas de personnages, comme le général de Gaulle, Mauriac ou Malraux, dialoguait avec eux, pour oublier une mère bien plus qu' "envahissante".

C'est cette dernière qui est omniprésente dans le récit du "Bac 68", tout au moins dans sa première partie. Mère méditerranéenne, digne de celles qui fleurissent dans les deux continents qu'elle sépare, elle est la matrice de tous les personnages maternels qui feront la fortune des comiques à venir, comme Gad Elmaleh, Les Laroque-Palmade, Michel Boujenah et tant d'autres.

Dans ce spectacle qu'il joue depuis plus de quarante ans, Philippe Caubère interpelle parfois le public pour s'interroger sur ses quatre décennies passées et pour rappeler qu'il y a longtemps il ironisait sur la possiblité qu'un de ses spectacles puisse traverser le temps sans dommages.

C'est pourtant ce qui arrive et l'on ne s'étonne plus qu' un public de tous les âges puisse être également concerné, même si certains ne comprennent pas la majorité des allusions concernant des personnages historiques dont ils ne savent pas énormément de choses, voire rien du tout.

Ce qui frappe, c'est l'énergie de Caubère, la maîtrise toujours égale avec laquelle il entraîne chaque spectateur dans son ailleurs personnel. On rit franchement, d'un beau rire sain, qui n'a pas besoin de passer par une connivence sociale ou ethnique pour se déclencher.

Quand arrive la seconde partie du spectacle, celle précisément où le héros passe son bac et se retrouve devant son examinateur, on est mûr pour un moment d'absolu délire, pourtant fondé sur le vieux truc de l'élève ignare qui va débiter avec un toupet absolu des bêtises plus grosses que lui.

Devant disserter en géographie sur la Sibérie, Ferdinand atteint des sommets, tutoie des massifs d'idiotie. Ce qui ne pourrait être que grotesque est transfiguré par le talent puissance mille de Caubère.

Le spectateur est devant lui, pantelant et médusé car il sait, sans être un spécialiste, qu'il peut déjà dire à la cantonade : "j'y étais". Il peut aussi avoir la certitude que "Le Bac 68" est désormais un classique qui l'accompagnera encore pendant de longues décennies.

Dire que c'est admirable et à ne pas manquer est la moindre des choses.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mars 2023 : Motion de culture

Tout fout le camp en ce moment. En attendant des jours meilleurs, accrochons nous et noyons notre chagrin dans la culture !Cc'est parti pour le sommaire de la semaine en commençant par le replay de la 63eme Mare Aux Grenouilles.

Du côté de la musique :

"Your mother should know, Brad Mehldau plays the Beatles" de Brad Mehldau
"Soul tropical" de David Walters
"Embers" de Embers
"Le courage" de Julie Rey et Adrien Desse
"Nuit blanche" de Anodine
"Désequilibre" de Bilbao Kung Fu
"Elements" de Foehn
"La Sagrada" de Natalia Doco
"Red cloud" de Red Cloud
"Isla" de Simon Moullier
et toujours :
"Sound of Eymet" de Adrien Chicot
"O futuro é mais bonito" de Anna Setton
"Vertigo" de Bipolar Club
"W.A. Mozart : The prussian quartets" de Chiaroscuro Quartet
"Principia" de En Attendant Ana
"Charivari" de Marcel
"111" de One Shot
"A very big lunh" de Papanosh
"Brothers & Sisters" de Steve Mason
"Screamers" de Treponem Pal

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Dans la solitude des champs de coton" à l'Espace Cardin
"House" au Théâtre de la Colline
"Oeuvrer son cri" au Théâtre de la Cité Internationale
"Le silence et la peur" au Théâtre de la Colline
"Tom na Fazenda" au Théâtre Paris-Villette
"Petites histoires de la démesure" au Théâtre Les Déchargeurs
"Apocalipsync" au Théâtre du Rond- Point
"Weber à vif" à La Scala
"HPNS" au Théâtre La Reine Blanche
"Marée haute" au Théâtre Le Lucernaire
"Rémi Larrousse - Confidences d'un illusionniste" au Théâtre Le Lucernaire
"Opération Kortex" à La Folie Théâtre
"Patricia Lelouebec - Sauver le monde" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Langue des Cygnes au Théâtre 71 à Malakoff
les reprises :
"Nagasaki" au 100ECS
"Maupassant, Octave et moi" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Maya, une voix" au Lavoir Moderne Parisien
"Al Atlal, chant pour ma mère" au Théâtre 14
et une sélection des autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Giovanni Bellini - Influences croisées" au Musée Jacquemart-André
dernière ligne droite pour :
"Capitales" à l'Hôtel de Ville de Paris
"Yves Klein intime" à l'Hôtel de Caumont
et les autres expositions à l'affiche

Lecture avec :

"Les nageurs de la nuit" de Tomasz Jedrowski
"Les grands ministres de Habsbourg" de Jean Paul Bled
"Le petit roi" de Mathieu Belezi
"Il ne doit jamais rien m'arriver" de Mathieu Persan
et toujours :
"Un paradis en enfer" de Rebecca Soinit
Rencontre avec Taous Merakchi & Da Coffee Time
"Coven" de Taous Merakchi & Da Coffee Time
"Les autres gens ne sont pas des gens comme nous" de J.M. Erre
"Le passager" de Cormac McCarthy
"La guerre sainte de Poutine" de Sébastien Boussois & Noé Morin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=