Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sonita
Rokhsareh Ghaem Maghami  octobre

Réalisé par Rokhsareh Ghaem Maghami. Allemagne/Iran/Suisse. Documentaire. 1h31 (Sortie le 12 octobre 2016). Avec Sonita Alizadeh.

Dès que vous la verrez, vous l'aimerez !

Sonita Alizadeh, dix-huit ans, casquette sur la tête plutôt que voile, est une clandestine afghane qui vit à Téhéran (banlieue bien entendu) et qui rappe dans sa langue natale.

Dans "Sonita" de Roksareh Ghaem Maghami, elle est à la fois elle-même et un personnage, car ce conte de fées moderne qui commence dans la noirceur d'un mariage forcé annoncée s'achève "miraculeusement" loin de tout ça, comme dans un beau rêve au pays des merveilles du gangster rap... Un trop beau rêve diront les esprits chagrins...

Car "Sonita" pose beaucoup de passionnantes questions. D'abord, le film interroge sur ce qu'un documentaire est ou peut-être. Est-ce qu'en intervenant financièrement pour calmer les ardeurs de marieuse de la mère de Sonita, Roksareh Ghaem Maghami respecte la "déontologie" d'une documentariste qui, en principe (mais quel principe?) ne doit pas interférer avec l'histoire qu'elle filme ?

Mais, après tout, donner un petit coup de pouce au destin, surtout quand on le dit presque explicitement, est-ce aussi anti-déontologique que ça ?

"Sonita" de Roksareh Ghaem Maghami pourra aussi réviser quelques jugements sur le pays des mollahs et des ayatollahs. Sonita est en effet, comme des centaines de milliers d'afghans, aidée par des organisations non gouvernementales iraniennes, qui ont pignon sur rue, et qui s'avèrent bienveillantes, même si, évidemment en bonne ONG qui se doit, celle qui épaule Sonita, ne roule pas sur l'or.

Par ailleurs, Sonita s'avère posséder de vraies qualités d'écriture et a acquis, par l'intermédiaire de "You Tube" et Cie, une solide culture rap qui donne à ses textes engagés une vraie force et à son interprétation une vraie légitimité dans le genre qu'elle pratique.

Dans son documentaire, la réalisatrice iranienne oscille entre le portrait du petit phénomène qu'est Sonita et la description minutieuse de son univers. Elle filme notamment la mère de Sonita, femme ambivalente, dont on ne doute pas de la grande intelligence, et dont on se demande si elle ne joue pas la carte intégriste, celui du mariage de Sonita, pour faire monter les enchères en se doutant bien que la cinéaste pourra peut-être lui offrir plus que la "dot" qui lui échoirait si sa fille était mariée.

Quand les choses s'arrangent, et que Sonita revient à Kaboul pour obtenir enfin des papiers d'identité, on suit alors la jeune adolescente dans son retour au pays natal. Un retour où l'on découvre le quotidien de ses anciens concitoyens. Le moment où elle rentre dans son hôtel-bunker et qu'elle traverse un dédale de couloirs dans lesquels elle croise un grand nombre de gardes armés en dit long sur la réalité du Kaboul dominé par les Occidentaux.

Même si certains ont deviné comment s'achève "Sonita" de Roksareh Ghaem Maghami, on laissera aux autres le plaisir de le découvrir, mais on ne s'interdira pas d'écrire qu'il faut retenir le prénom de cette très maligne petite afghane. Il n'est pas interdit de penser que l'avenir lui appartient et qu'elle n'a pas fini de faire parler d'elle.

On lui souhaite de rapper le plus longtemps possible et surtout de conserver, quoi qu'il advienne, sa fraîcheur et son enthousiasme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=