Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Willy 1er
Ludovic Boukherma, Zoran Boukherma, Marielle Gautier et Hugo P. Thomas  octobre 2016

Réalisé par Ludovic Boukherma, Zoran Boukherma, Marielle Gautier et Hugo P. Thomas. France. Comédie dramatique. 1h22 (Sortie le 19 octobre 2016). Avec Daniel Vannet, Noémie Lvovsky, Romain Léger, Robert Folle,, Geneviève Plet Eric Jacquet, Alexandre Jacques et Léa Viller.

Ils s'y seront mis à huit mains, donc à quatre, pour réaliser ce premier long métrage qui ne ressemble à rien, sinon à son personnage principal.

Sortis de la première promotion de l'école de la Cité de Luc Besson, les quatre mousquetaires cinéastes, un record certainement, ont réalisé l'impossible : faire un film du Nord qui ne soit ni dans les pas de "Bienvenue chez les Ch'tis" ni dans ceux des pensums philosophiques de Bruno Dumont.

Contrairement à ce dernier, c'est sans aucune radicalité voyeuriste, qu'ils ont pris pour héros une espèce de sous-prolétaire rural. Ils ne l'ont surtout pas laissé dans son jus.

Au contraire, Willy n' est pas figé dans le constat sordide qui voudrait que la nordique condition rime avec débilité, ou pire encore. Il est décrit quand il part pour une Odyssée digne de celle d'Ulysse, qui le conduira à dix kilomètres de la ferme familiale.

Pour y parvenir, et surtout s'y maintenir, il devra accomplir le défi qu'il s'est assigné, après le suicide de son frère jumeau : "A Caudebec j'irai, un appartement j'en aurai un. Un scooter, j'en aurai un. Des copains, j'en aurai. Et j'vous emmerde !"

Programme ambitieux digne des "Dix travaux d'Hercule" que celui-là !

"Willy 1er" de Ludovic et Zoran Boukherma, Marielle Gautier et Hugo P. Thomas est une œuvre qui laisse pantois. Avoir osé mettre en avant Daniel Vannet, et le faire sans qu'il ne soit en difficulté ni moqué, est déjà une belle preuve de bon esprit des quatre réalisateurs novices.

Avoir su lui adjoindre des partenaires autres que des comédiens "amateurs" ou des proches ajoute encore à leurs qualités. Ainsi, jamais Noémie Lvosky n'aura été aussi vraie que dans "Willy 1er". Son personnage d'assistance sociale est une composition puissante et touchante, tout comme celui du "copain" de Willy, interprété par Romain Léger. La séquence improbable où il se transforme en Zaz (eh oui !) est chargée d'émotion et de poésie.

Pourtant, tout avait mal commencé entre Willy et cet autre... Willy. En fait, le vrai, l'unique puisque, avant d'aller à Caudebec pour y travailler dans une "grande petite" surface, Willy s'appelait encore Michel... Deux Willy, dans un film, cela paraît beaucoup, mais finalement, cela suffit pour faire une paire d'amis.

Entre temps, Willy aura découvert l'altérité, la différence et aura appris à se méfier des faux amis, ceux qui l'auront renvoyé hors du cercle des "normaux" normés. Tout ça à dix minutes de chez lui et du drame qui l'aura poussé, à cinquante ans, à tenter la grande aventure. Et à enfourcher un scooter, par la même occasion !

Daniel Vannet est, avec Fred Dorkel, le "De Niro" des films de Jean-Charles Hue et particulièrement de "Mange tes morts", la plus belle trouvaille du cinéma français de ces dix dernières années. Jadis, il aurait été cantonné à être une "gueule" récurrente dans le barnum Mocky. Aujourd'hui, grâce à "Willy 1er" de Ludovic et Zoran Boukherma, Marielle Gautier et Hugo P. Thomas, il éclate à l'écran et l'on espère qu'il trouvera d'autres chaussures cinématographiques à son pied pas facile à chausser.

Pour l'heure, on ne l'oubliera pas les mains rivés au guidon de son scooter, traversant des paysages "rurbanisés" qui font du Nord quelque chose de si proche de la Roumanie qu'on comprend mieux pourquoi il y a des migrants coincés à quelques kilomètres de là. On ne l'oubliera pas et l'on espère, pourquoi pas, que le César de la révélation masculine lui échoira, tout comme celui du premier film à "Willy 1er".

Si cela n'était pas, cela ne serait grave que pour ceux qui, du coup, ignoreront que le jeune cinéma français peut encore donner vie à des films de ce calibre.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=