Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arnaud Cathrine & Florent Marchet
Frère Animal (Second Tour)  (PIAS)  octobre 2016

Il était une fois dans la douce et belle ville de Combley, une usine de culbuto, la Sinoc, la Mère nourricière des habitants, notamment de Jean le père de Thibaut et de Renaud. Thibaut, le fameux frère animal, une vingtaine d’années, mal dans sa peau malgré sa copine Julie qui, elle, rêve d’ailleurs. Thibaut qui, presque contre lui-même, ira travailler à la Sinoc, mais ne le supportant tellement pas qu’il finira par y mettre le feu.

Il était deux fois dans la douce et belle ville de Combley au sortir de prison, Thibaut retrouve son frère, sa petite amie et Benjamin un ancien camarade de classe. Le temps a passé, Renaud s’est marié, Julie a refait sa vie à Bruxelles, Benjamin s’est engagé politiquement pour le Bloc National le parti d’extrême droite, en cette année présidentielle cela a son importance. Thibaut va devoir réapprendre à vivre, trouver un travail, retrouver une place parmi des gens qui ont évolué sans lui, sans l’attendre. Finalement, Benjamin lui ouvrira grand les bras pour profiter de sa colère et de son sentiment d’abandon, pour le transformer à la vieille du premier tour, en militant du Bloc National…

Je sais, vous vous attendiez à ce que je parle d’un disque de Florent Marchet et Arnaud Cathrine et à la place je vous raconte une histoire, mais vous l’aurez compris ce disque ce n’est pas vraiment un disque, mais une histoire entière avec un début, un milieu et une fin (ouverte), alors que le premier volume en 2008 avait été pensé comme un livre-disque sur le monde du travail et qui, un peu par hasard, s’est retrouvé sur scène. Ce second opus lui a été pensé directement comme un livre-disque-spectacle, ce qui apporte une plus grande cohérence, moins de personnages, chacun dans son rôle, Valérie Leulliot est Julie, Nicolas Martel est Benjamin, Florent est Thibaut, Arnaud est Renaud. L’équipe initiale accueille également François Morel en narrateur, journaliste et Bernard Lavilliers en Jean, le père.

En plus d’être une histoire, il faut aussi bien comprendre que c’est un disque à thèse plus que réellement engagé, une histoire ancrée dans la réalité tentant de montrer d’où vient la tentation de l’extrême droite, comment les proches réagissent, et ce qui se cache derrière la vitrine d’un parti ripoliné, alors que dans l’arrière-boutique les discours et les idées rances restent toujours les mêmes. Que l’on soit en phase ou non avec leur thèse, leurs idées, il faut en tout cas saluer le courage de prendre aussi clairement position, alors que beaucoup laisse ouvert en permanence le robinet d’eau tiède, ne surtout déplaire à personne, ne rien dire, ne pas penser…

Florent Marchet et Arnaud Cathrine font le contraire, il prenne position, la présence de l’auteur de "Les mains d’or" en figure du père n’est pas qu’une simple coïncidence, mais bien la revendication d’une certaine idée de la chanson dite sociale, mais que l’on peut appeler plutôt sociétale. C’est-à-dire qui s’inscrit dans la vie de la société, cherchant à mettre des mots et des notes sur le quotidien, et ne pas se contenter de chanter "l’amour c’est bien alors que la haine ce n’est pas bien, même si parfois il y en a des qui méritent". Les textes coécrits par Florent Marchet et Arnaud Cathrine en plus de raconter l’histoire, sont comme autant de petits chapitres, ils sont parfois crus parfois drôles en creux, avec une grande liberté de ton et de forme, liberté qui se retrouve également dans la musique.

C’est Florent Marchet qui a composé entièrement les morceaux, et cela donne son disque le plus abouti, c’est-à-dire la synthèse parfaite de tous ses disques précédents, réussissant à marier des chansons aux mélodies accrocheuses "Vis ma vie", "Si tu veux savoir" à des morceaux en talk over sur des instrumentaux mêlant cordes et arrangements électroniques. On sent à de nombreux endroits l’influence d’avoir été compositeur de quelques bandes originales de films, on retrouve également l’amour de Florent pour les chœurs, les ponts déstructurés, les changements de rythme, les envolées… Nous sommes en terre connue et pourtant jamais dans la redite, c’est une des forces de Florent Marchet : avoir un vrai univers musical, immédiatement identifiable mais toujours surprenant, cela s’appelle avoir du talent et un style.

Il faut également saluer Nicolas Martel incroyable en Mère Noël lors d’un précédent spectacle de Florent Marchet, il livre ici une parfaite performance en militant d’extrême droite, glaçant et totalement cynique en opposition avec la douceur incarnée qu’est Valérie Leulliot. Et si le chant de Florent Marchet est toujours aussi poignant et sur le fil, Arnaud Cathrine ose enfin donner de la voix, et à réellement chanter, on découvre avec étonnement qu’il est très bon chanteur également (en fait personne n’en doutait). Cela donne un disque réussi, certes avec une thèse avec laquelle on peut être en accord ou non, mais je ne suis pas éditorialiste politique mais simplement chroniqueur musical, donc je me limite à vous parler du disque et c’est à vous de vous faire votre opinion, c’est un disque qui ne peut pas laisser indiffèrent, qui oblige à réfléchir sur soi-même, sur ses convictions, sur ses comportements, un disque qui incite à prendre la parole, à débattre. Ils sont rares les disques comme celui-ci. Un disque dont on a hâte de découvrir sur scène puisqu’il a été également pensé pour ça.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gargilesse de Florent Marchet
La chronique de l'album Rio Baril de Florent Marchet
La chronique de l'album Frère animal de Arnaud Cathrine - Florent Marchet
La chronique de l'album Courchevel de Florent Marchet
La chronique de l'album Bambi Galaxy de Florent Marchet
Florent Marchet en concert à La Cigale (5 novembre 2004)
Florent Marchet en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (dimanche)
Florent Marchet en concert au Café de la Danse (10 décembre 2008)
Florent Marchet en concert à ACB Scène Nationale (dimanche 16 décembre 2012)
L'interview de Florent Marchet (29 novembre 2004)
L'interview de Florent Marchet - première partie (13 décembre 2006)
L'interview de Florent Marchet - deuxième partie (13 décembre 2006)
L'interview de Florent Marchet (avril 2007)
L'interview de Florent Marchet (2 décembre 2008)
L'interview de Florent Marchet (dimanche 16 décembre 2012)
L'interview de Arnaud Cathrine & Florent Marchet (septembre 2016)
La chronique de l'album Il n'y a pas de cœur étanche de Julie Rey & Arnaud Cathrine
La chronique de l'album Caldeira de Valérie Leulliot
L'interview de Valérie Leulliot (20 janvier 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de Florent Marchet
Le Bandcamp de Florent Marchet
Le Soundcloud de Florent Marchet
Le Facebook de Florent Marchet
Le site officiel de Arnaud Cathrine
Le Facebook de Arnaud Cathrine
Le Facebook de Frère Animal


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Florent Marchet (2 décembre 2008)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=