Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mister Alabama
Phillip Quinn Morris  (Editions Finitude)  octobre 2016

Mister Alabama est un livre écrit par l’américain Phillip Quinn Morris en 1989 qui n’avait jamais été traduit en français jusqu’à aujourd’hui. Après ce premier roman, l’écrivain en écrira un second, un an plus tard avant de retourner à d’autres occupations lui permettant de vivre. Aujourd’hui, l’auteur gagne sa vie comme peintre en bâtiment en Floride, ce qui ne l’empêche pas de continuer à écrire. Qui sait ? La publication de son premier roman en France sera peut-être l’occasion de relancer cet écrivain américain.

A priori, en lisant la quatrième de couverture, ce genre de livre n’est pas de ceux devant lesquels je m’arrête habituellement, mais bon, cette traduction 25 ans après sa parution américaine attise ma curiosité donc je me lance dans sa lecture sans espérer grand-chose sinon une bonne surprise. Après tout, que demande-t-on à un livre quand on le lit ? De nous éblouir les yeux par un style littéraire particulier ? Pour ce qui me concerne oui ! De nous transmettre des émotions au point de nous faire chavirer ? Evidemment oui ! Ou bien tout simplement de nous faire passer un bon moment, sans grande prétention avec des mots simples et efficaces, qui plus est avec une dose d’humour non négligeable. Pourquoi pas même s’il existe d’autres moyens pour cela. C’est dans cette catégorie que l’on doit classer le dernier livre de Phillip Quinn Morris. Un livre sans prétention, dont le style est loin d’être inoubliable (il y a beaucoup de dialogues, souvent grossiers), construit autour de personnages qui sonnent vrai, attachants et drôles.

Ni roman, ni polar, ce livre est une chronique évoquant une poignée de personnages (principalement des hommes) au cœur de l’Alabama à la fin des années 70 dans un petit village du doux nom de Mud Creek. Au centre du livre se trouve Alvin Lee Fuqua (peut-être l’auteur ?), ex Mister Alabama, 28 ans qui rêve de devenir Mister America, pour passer à la télé, se faire remarquer, devenir acteur et jouer dans des films avec Burt Reynolds, l’idole de l’époque ! Sauf que ses problèmes récurrents à la hanche vont vite le ramener à la réalité, adieu gloire et bodybuilding et bonjour la pêche aux moules dans la rivière, plus lucrative que la vente de whisky frelaté.

L’histoire débute véritablement lorsqu’un l’un des plongeurs de la rivière, le meilleur et le plus âgé mais aussi le mentor d’Alvin, s’écroule, victime du mal des profondeurs (dans une rivière !). Alvin va vouloir par tous les moyens comprendre la mort de son ami. Son existence bascule, il retourne à son ancienne passion, la musculation avec des exercices parfois très loufoques et utilise des stéroïdes. Un ensemble d’événements s’enchaîne alors créant un grand bazar dans le petit village de Mud Creek. La veuve vient s’installer chez Alvin avec ses enfants et sa nymphomanie (passages très rigolos sur la veuve nympho). Un ami d’Alvin, ancien du Vietnam, tombe amoureux de sa sœur anorexique reine du stand-up, des plants de cannabis sont découverts par le shérif chez un autre personnage, ancien joueur de baseball. Bref cela devient un gros bordel organisé. Tout ce petit monde délire au gré des 324 pages du livre avec des dialogues très souvent drôles. On a parfois l’impression de lire un western spaghetti avec Bud Spencer et Terence Hill. On sent que la plupart des personnages sont inspirés de personnes que l’écrivain a dû connaître, tant ils paraissent réels.

Au final, la traduction française de ce livre 27 ans après sa parution américaine ne me semble pas fondamentale et Phillip Quinn Morris ne restera pas au panthéon des grands auteurs américains à mes yeux. Reste que son livre est sympathique, rigolo et divertissant.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=