Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moi, Daniel Blake
Ken Loach  octobre 2016

Réalisé par Ken Loach. Grande Bretagne/France/Belgique. Drame. 1h39 (Sortie le 26 octobre 2016). Avec Dave Johns, Hayley Squires, Dylan McKiernan, Percy Sharon, Briana Shann, John Sumner, Mark Burns et Micky McGregor.

Eh oui, ça peut arriver ! En 2016, la Palme d'or à Cannes a été donnée à un grand film qui devrait convaincre ses spectateurs et non pas les obliger à adouber le choix critique.

D'autant que cette année, la critique - particulièrement la critique française - avait fait de "Toni Erdmann", le film allemande Maren Ade son chouchou.

On ne pourra que féliciter le réalisateur des Mad Max, George Miller de lui avoir préféré "Moi, Daniel Blake" de Ken Loach.

Evidemment, les esprits chagrins ont souligné que c'était la deuxième palme d'or du cinéaste contestataire britannique, après "Le vent se lève" en 2006, par ailleurs le plus sélectionné à Cannes (18 fois dont 13 en compétition officielle) depuis 1972 et son magnifique "Family Life".

Mais si, la première fois, le duo Loach et Paul Laverty (son scénariste) avait été récompensé pour un film sur la guerre d'Irlande, cette fois-ci, c'est pour son cinéma social qu'il obtient la récompense suprême.

"Moi, Daniel Blake" poursuit en effet cette veine populaire qui, depuis 1967, avec "Pas de larmes pour Joy", caractérise le cinéma de Loach. Comme toujours, son héros, Daniel Blake, est un homme broyé par le système.

Comme toujours, il essaiera de s'en sortir avec la dignité d'un l'homme qui n'a que cette qualité comme arme. Comme toujours, il connaîtra la solidarité de ses pareils en malheur, ici représentés par Katie et des deux enfants.

Pour certains des amis de "Toni Erdmann", Ken Loach a franchi avec "Moi, Daniel Blake" le Rubicon du mélo. C'est sans doute parce que le vieux cinéaste estime que le monde actuel, où toutes les vannes de l'ultra-libéralisme sont ouvertes, et où chacun est seul face à la broyeuse sociale, ne peut conduire qu'au pire, prenant les formes classiques de la misère et de la prostitution.

Daniel Blake est victime d'un imbroglio administratif qui lui fait perdre ses droits et le conduit vers une mort sociale, voire physique. Loach sous-entent que cette "erreur" administrative est quasi-volontaire et montre comment, en Grande-Bretagne, comme partout ailleurs en Europe sous d'autres formes, les pauvres sont accusés d'être responsables de leur pauvreté...

Il démontre aussi que, contrairement à ce qui est dit, le libéralisme extrême est le paradis de la paperasse et de la bureaucratie.

Film poignant qu'aurait pu signer Victor Hugo si le septième art avait existé au temps des "Misérables", "Moi, Daniel Blake" de Ken Loach est le portrait d'un juste victime de la guerre économique. Constat établi juste avant le Brexit, il explique pourquoi il y a quelque chose de "pourri" au Royaume d'Angleterre. Il n'appelle pas explicitement à la révolte comme d'autres films de Ken Loach, mais expose une situation avant peut-être que tout explose.

Sommet d'une œuvre commencée il y a cinquante ans, "Moi, Daniel Blake" de Ken Loach ne laissera personne indifférent. On aimerait entendre les arguments de ses détracteurs, au-delà, bien sûr, de la vieille antienne selon laquelle "on sait déjà tout ça". Peut-être n'oseront-il pas avouer que ce film humaniste les travaillent déjà comme il risque d'alimenter la réflexion de la plupart de ceux qui le verront et l'approuveront.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=